Voyagez bien assurés durant votre année en Nouvelle-Zélande.

Faut-il souscrire une assurance voyageur ?

Réservez votre voyage en Nouvelle-Zélande !

Contactez un conseiller Kiwipal pour parler de votre projet de vacances, c'est gratuit et sans engagement !

Je pose une question ▸
  • Lire l'article
  • Détails
  • Conseils
6 Votez SVP !
Vos questions (21)
Poser une question

Présentation.

  • 1Quels sont les risques en Nouvelle-Zélande ?
  • 2Comment choisir une bonne assurance ?
  • 3Faut-il une assurance pour conduire ?
  • 4Comment réagir en cas d'accident ?
  • 5Quelle compagnie d'assurance choisir ?
  • 6Budget à prévoir et derniers préparatifs.

1Quels sont les risques en Nouvelle-Zélande ?

En matière de sécurité, la Nouvelle-Zélande est l'un des pays les plus sûrs du monde. Agressions et criminalités sont en baisse constante depuis 10 ans. Le vrai danger réside surtout dans le fait de sous-estimer le danger de la nature en ne préparant pas ses randonnées avec sérieux.

La Nouvelle-Zélande est un pays sauvage, mais sans réels dangers.

Les îles de Nouvelle-Zélande ne présentent aucun risque sanitaire ni aucune espèce dangereuse pour l'homme. Nul vaccin n'est exigé pour pénétrer dans ce pays où le niveau d'insécurité est l'un des plus bas du monde. Dans ces conditions, on peut légitimement se demander s'il faut investir dans une assurance voyage ?

Si elle demeure facultative dans le cadre d'un bref séjour touristique, l'assurance multirisque est néanmoins une condition obligatoire pour postuler au Visa Vacances Travail. L'attestation délivrée par votre assureur sera d'ailleurs contrôlée durant l'arrivée en Nouvelle-Zélande.


Les sauveteurs sont le plus souvent sollicités pour aider des randonneurs qui n'ont pas pris le temps d'étudier la météo ou le parcours de leur randonnée en pleine nature sauvage.

Les randonnées mal préparées mobilisent les sauveteurs.

Je ne souhaite pas dramatiser, mais il ne faut pas oublier qu'un séjour d'une année dans un pays étranger vous expose à de multiples inconvénients.

Car si le coût d'une consultation chez le médecin n'est pas excessif, les soins hospitaliers et le rapatriement peuvent ruiner votre séjour, vider votre compte en banque et vous endetter à vie dans le pire des cas.

Vous ne gaspillez pas votre argent en souscrivant à une assurance voyage.

Vous payez en réalité le prix de votre tranquillité et vous rassurez en même temps votre famille et vos amis. La nécessité de la chose étant acquise (l'assurance est obligatoire en PVT de toute façon), je me propose plutôt de vous aider à choisir une formule appropriée.


Les assurances ne couvrent pas les activités à risque comme le parapente ou les sports extrêmes. En règle générale, l'organisateur de l'activité vous fera signer une décharge qui le met à l'abri de toute poursuite.

Toutes les activités ne sont pas couvertes par votre assurance.

Une bonne assurance n'est pas nécessairement la moins chère, mais celle qui couvre efficacement les activités du séjour. Rassurez-vous, les solutions abordables existent et la question de l'assurance ne sera pas une entrave à la réussite de votre Programme Vacances Travail.


2Comment choisir une bonne assurance ?

L'assurance de votre carte visa française est peut-être suffisante pour un séjour touristique d'une durée inférieure à trois mois. Pour un visa vacances travail, ce n'est pas suffisant et vous devrez souscrire une assurance voyageurs multirisque.

L'assurance des cartes bancaires n'est valable que trois mois.

À moins que vous n'ayez souscrit un contrat particulier, vous pouvez d'ores et déjà renoncer à l'assurance de votre carte bancaire. Pour un voyage qui multiplie les trajets sur la route, les petits boulots ou les activités sportives, il vous faut une véritable assurance voyage multirisque.

De toute manière, le Visa Vacances Travail impose une assurance capable de couvrir une année entière.

Dans l'immense majorité des cas, les formules liées à des cartes de crédit ne couvrent que les déplacements inférieurs à 90 jours. Qui plus est, les délais de remboursement ne sont pas immédiats et les franchises parfois élevées.

La première démarche pour choisir une bonne assurance consiste à vérifier qu'elle est capable d'avancer les dépenses sur place en Nouvelle-Zélande. Faute de quoi, vous pourriez vous retrouver bloqué par une absence de liquidités.


Le règlement du Programme Vacances Travail exige que vous souscriviez une assurance avant le début du séjour. Vous devez être couvert durant l'intégralité de votre année passée en Nouvelle-Zélande.

L'assurance est à souscrire avant le départ en VVT.

Étudiez ensuite la nature des risques couverts, les plafonds de remboursement et le montant des franchises.

Relisez les petites lignes des contrats et vous découvrirez que les assurances ne couvrent pas les maladies antérieures au départ : n'espérez donc pas poursuivre en NZ un soin dentaire commencé en France.

Sans aller jusqu'à envisager des scénarios improbables, considérez néanmoins l'éventualité d'un rapatriement en urgence.

S'il n'a lieu qu'en dernière extrémité, lorsque les soins sur place s'avèrent impossibles, les sommes engagées pour un tel retour justifient amplement une couverture intégrale !


Le saut à l'élastique fait partit des sports à risque et n'est donc pas couvert par votre assurance. Les accidents sont très rares, mais réfléchissez bien avant de vous lancer.

Les sports extrêmes ne sont pas couverts par les assurances.

Bien entendu, les assureurs ne raffolent pas des sports extrêmes tels que le saut à l'élastique à Queenstown.

Ce type d'activité figure en bonne place dans la liste des clauses d'exclusion. Les sports classiques comme le vélo sont généralement couverts, mais prenez le temps d'étudier la question sérieusement avant de vous engager.

Une assurance multirisque n'est pas une assurance “tout risque”. Selon la nature de votre séjour en Visa Vacances Travail, il existe d'autres types d'assurance indispensables, ne serait-ce que pour acheter un véhicule.


3Faut-il une assurance pour conduire ?

La conduite à gauche fait partit des inconvénients lorsque l'on souhaite visiter le pays. Il faut surveiller constamment si l'on est du bon côté de la route pour éviter les accidents.

La Nouvelle-Zélande possède une réglementation très originale.

Votre assurance conducteur en France n'est évidemment pas valable en Nouvelle-Zélande. Faut-il néanmoins prendre une assurance complémentaire pour la location ou l'achat d'un véhicule durant votre séjour en PVT ?

La location d'une voiture, d'un petit van ou d'un camping-car comprend toujours une assurance, mais elle ne couvre pas forcément l'intégralité des dégâts que pourrait subir le véhicule.

Les pneumatiques par exemple ne sont généralement pas couverts. Une crevaison restera à votre charge, tout comme les bris de glace (pourtant fréquents dans un pays où il existe de nombreuses routes sur gravier).

Dans ces conditions, il est recommandé de racheter une partie de la franchise du véhicule pour voyager avec l'esprit libre.


Pour ceux qui l'ignorent, la franchise est la somme qui reste à votre charge après le passage de l'assurance.


Lorsque vous louez un véhicule, il faut avoir conscience que les pneumatiques ne sont pas couverts par l'assurance. Si vous avez la possibilité de racheter une partie de la franchise pour être mieux couvert, vous devriez l'envisager sérieusement.

Les pneumatiques ne sont pas souvent couverts par l'assurance.

On oublie généralement que le véhicule loué n'est pas forcément conçu pour tous les types de terrains.

Certaines voies d'accès sont réservées aux quatre roues motrices. Si vous ne respectez pas ces conditions, vous ne serez pas couvert en cas d'accident. Pensez-y avant de lancer votre camping-car sur la 90 mile beach !

Dans la mesure où la location d'un véhicule n'est pas rentable sur un long séjour, de nombreux candidats au PVT préfèrent acheter un modèle d'occasion. Si vous retenez cette solution, l'assurance véhicule sera obligatoire.


À moins de louer un véhicule adapté (4x4 par exemple), vous n'êtes pas autorisé à rouler sur n'importe quel terrain. Rouler sur la célèbre plage 90 mile beach par exemple, peut ruiner votre séjour en cas d'enlisement.

Réfléchissez à deux fois avant de conduire sur la plage ...

Aussi incroyable que cela puisse paraître, l'assurance conducteur sera facultative, car la Loi néo-zélandaise interdit de réclamer des dommages et intérêts en cas d'accident, y compris en cas de blessure grave ou des dégâts matériels conséquents.

En contrepartie, l'ACC (Accident Compensation Corporation) vous indemnisera même si vous êtes étranger au pays. Les thérapies physiques et psychologiques seront intégralement prises en charge. Notez par ailleurs que l'ACC peut également vous indemniser si un arrêt de travail résulte de votre accident (nous parlons bien entendu d'un emploi exercé dans le territoire).


Les éventuels dégâts sur le pare-brise ou sur les rétroviseurs ne sont pas couverts en franchise de base. Compte tenu du nombre de routes sur gravier et du risque de projection, vous devriez envisager de souscrire l'option qui vous couvre contre le bris de glace.

L'assurance bris de glace est généralement proposée en option.

Attention, l'ACC n'est pas une assurance maladie. Elle ne concerne que les accidents et ne se substitue pas à votre assurance voyageurs.

Il faut par ailleurs que l'accident vécu soit reconnu comme tel, ce qui exclut la conduite sous l'emprise de l'alcool ou de stupéfiants.

Ceci étant dit, je vais profiter de l'occasion pour glisser un mot sur le comportement à adopter en cas d'accident.


4Comment réagir en cas d'accident ?

En montagne, la météo peut se dégrader très rapidement. Ce qui était une simple randonnée peut se transformer en véritable cauchemar. Un équipement mal adapté peut vous mettre dans une situation dangereuse et requérir l'intervention des sauveteurs.

La météo peut changer en quelques minutes en Nouvelle-Zélande.

Ce n'est pas à proprement parler un sujet très agréable, mais autant connaître à l'avance le comportement à adopter en cas d'accident. En Nouvelle-Zélande, ce sont surtout les randonnées et les baignades improvisées qui entraînent l'intervention des secours.

Pour autant, les problèmes sur la route ne sont pas à sous-estimer dans un pays ou l'on roule à gauche. Les autoroutes limitées à 100 km/h peuvent sembler lentes par rapport aux nôtres, mais la vitesse est suffisante pour causer de graves accidents.


En plus des moutons qui bloquent parfois la route durant un quart d'heure, vous devrez aussi prendre garde aux pingouins et aux kiwis qui traversent sans prévenir.

Sur la route, méfiez-vous des kiwis, pingouins et autres moutons...

Conservez sur vous la liste des numéros d'urgences ainsi que votre attestation d'assurance. En cas d'accident, gardez votre calme et faites le nécessaire pour joindre des secours.

Ai-je besoin de rappeler que le délit de fuite ne vise pas uniquement à sanctionner les auteurs de fautes graves ? Si vous endommagez (même légèrement) un autre véhicule, vous êtes tenu d'en informer le propriétaire dans les 48 heures. Dans le cas contraire, vous encourrez une amende, et vous perdez également le droit à toute indemnisation.


L'ACC (Accident Compensation Corporation) est un organisme qui indemnise les victimes d'accidents même s'ils sont étrangers au pays. En contrepartie, les victimes ne peuvent engager des poursuites en justice pour dommages et intérêts.

En cas d'accident, vous serez automatiquement couvert par l'ACC.

Pour faire jouer votre assurance, notez les noms et adresses des personnes impliquées, et les plaques minéralogiques s'il s'agit d'un accident de la route.

Recueillir des témoignages signés idéalement par un officier de police est fortement conseillé.

N'allez pas pour autant endosser la responsabilité des faits !

Conservez un ton neutre, n'accablez personne, et transmettez l'affaire aux compagnies d'assurance qui géreront le dossier et la demande d'indemnisation auprès de l'ACC.


5Quelle compagnie d'assurance choisir ?

L'assureur Chapka est réputé pour ses assurances voyageurs multirisques.

Kiwipal recommande les assurances Chapka.

J'imagine que vous espérez des recommandations sur les compagnies d'assurance. J'insiste préalablement pour que mes conseils ne vous dispensent pas de mener votre propre étude comparative.

J'ai choisi de recommander les assurances Chapka en toute indépendance. Les différentes offres de cet assureur vont de la simple assurance annulation jusqu'aux offres multirisques adaptées à un Visa Vacances Travail.

Le rapport qualité-prix est l'un des plus avantageux (si ce n'est meilleur) du marché. Il faudra compter environ 34 euros par mois (soit 408 euros à l'année) pour être intégralement couvert.


Si vous êtes encore étudiant, demandez à votre mutuelle française si elle peut vous couvrir durant votre Programme Vacances Travail.

Les étudiants peuvent parfois étendre la couverture d'une mutuelle.

Si vous jugez la somme trop conséquente, considérez que vous auriez dépensé à peu près la même chose pour l'abonnement Internet que vous allez résilier avant votre départ. Ce qui m'amène d'ailleurs à souligner que vous devez impérativement souscrire votre assurance AVANT de partir en Nouvelle-Zélande.

Si vous êtes encore étudiant (ou partez en Nouvelle-Zélande pour suivre un cursus), il peut être plus intéressant de demander à votre mutuelle d'étendre votre couverture au monde entier. Vous paierez alors un supplément, mais vous éviterez les multiples ouvertures et fermetures de compte.

Enfin, si vous souhaitez des pistes pour faire assurer un véhicule, je vous renvoie à notre dossier complet sur les moyens de transports durant un Visa Vacances Travail. Le sujet est suffisamment sérieux pour n'être pas survolé, et je préfère conclure cet article sur les assurances avec quelques conseils pratiques.


6Budget à prévoir et derniers préparatifs.

Vous ne pouvez pas faire l'économie d'une bonne assurance en VVT. C'est pour cette raison que la souscription à une assurance est une condition obligatoire fixée par le ministère de l'Immigration néo-zélandais.

L'assurance voyageurs multirisque est obligatoire en VVT.

Au risque de me répéter, j'insiste pour que vous lisiez votre contrat d'assurance dans les moindres détails. Une lecture sans doute rébarbative, mais tout à fait indispensable. Car ne pas savoir comment l'on est couvert est presque aussi risqué que de voyager sans assurance.

Question budget, une bonne assurance multirisque permet d'être couvert pour un euro par jour durant un an. Si vous devez être soigné, il suffira de présenter votre carte d'assuré pour ne pas débourser un seul centime dans la plupart des cas. Au pire, vous réglerez la franchise sans compromettre le reste du séjour.


Une simple visite chez le dentiste ou une consultation chez un généraliste coûte plus cher en Nouvelle-Zélande qu'en France. D'où l'intérêt de posséder une bonne assurance santé afin de ne pas sacrifier ses économies et gâcher le séjour.

Les petits tracas peuvent se produire durant une année en VVT.

Si vous n'êtes toujours pas convaincu, je vous suggère de dresser la liste de vos dépenses de santé durant l'année écoulée. Il y a de grandes chances pour que vous retrouviez au moins une visite chez le dentiste ou le médecin... Pourquoi en serait-il autrement durant un séjour d'une année où vous serez plus actif et exposé aux accidents ?

D'autant que les frais médicaux en Nouvelle-Zélande sont plus élevés qu'en France :


CONSUTATION TARIF MOYEN
Généraliste 65 $
Dentiste 110 $
Spécialiste 200 $

Avant le départ, assurez-vous de bien emporter vos papier d'assurance, y compris le contrat complet pour être en mesure de le consulter sur place.

Prenez aussi votre carnet de santé et ajoutez la liste des numéros d'urgence néo-zélandais dans votre répertoire téléphonique.

N'oubliez pas d'emporter votre carnet de santé et l'éventuelle liste des traitements médicaux que vous suivez.

Notre rubrique PVT sur Kiwipal comporte tout ce qu'il faut savoir pour décrocher un Visa Vacances Travail.

Une lecture à compléter avec notre liste des activités incontournables en Nouvelle-Zélande. Mais c'est un autre sujet, et je laisse Ben le Kiwi prolonger le débat sur les assurances dans sa rubrique de conseils pratiques.


Guillaume Le Nistour, Kiwipal
Un article de Guillaume Le Nistour.
Fondateur de Kiwipal, Guide de Voyages Nouvelle-Zélande.
guillaume

Questions & Réponses.

Que puis-je faire pour vous aider ? Je pense que vous avez compris qu'une bonne assurance est indispensable. Je ne vous casserais pas les pieds sur le sujet. Posez-moi vos questions, je vous répondrais avec plaisir !

Poser une question à Ben

  • Tous les sujets ... 21 réponses au total
  • Santé et soins 10 réponses
  • Assurances 8 réponses
  • Services d'urgences 3 réponses

Santé et soins

  • Est-ce que je peux conserver ma mutuelle française ?

    Vous ne devriez pas conserver votre mutuelle française, car elle ne vous couvrira pas en Nouvelle-Zélande. Cela reviendrait à payer deux assurances au lieu d'une. À moins bien sûr que votre mutuelle accepte d'étendre sa couverture à l'étranger ? Plutôt que de vous voir résilier, il se peut aussi que votre mutuelle vous offre une suspension d'abonnement durant votre voyage.

  • Les soins médicaux sont-ils chers ?

    Les soins sont plus chers qu'en France, notamment en ce qui concerne les soins dentaires.

  • Comment acheter des médicaments ?

    Analgésiques et autres médicaments sans ordonnance sont en vente libre dans les pharmacies. Comme en France, il faudra une prescription médicale pour obtenir des antibiotiques.

  • Suis-je couvert par la sécurité sociale française ?

    La sécurité sociale française ne vous couvre pas en Nouvelle-Zélande. On lit parfois sur Internet que l'on peut se faire rembourser des achats de médicaments durant un bref séjour, mais c'est une légende urbaine.

  • Comment bénéficier du système de santé néo-zélandais ?

    Le système de santé néo-zélandais s'adresse aux personnes qui ont séjourné en toute régularité dans le pays durant au moins deux ans. Avec un Visa Vacances Travail, vous n'êtes pas concerné par cette disposition.

  • Comment consulter un médecin spécialisé ?

    Le système de santé néo-zélandais pratique le “referral”. Vous devez passer par un généraliste pour être mis en relation avec un spécialiste.

  • Qui paye les frais d'hospitalisation ?

    L'agence pour le financement de la santé (Health Funding Authority) avance les frais d'hospitalisation.

  • Est-ce que la Nouvelle-Zélande présente un risque sanitaire ?

    La Nouvelle-Zélande ne connaît pas d'épidémies sur son territoire.

  • Est-ce qu'il existe des vaccins obligatoires ?

    Aucun vaccin n'est obligatoire, mais l'OMS recommande les vaccinations standards de type oreillon, varicelle ou hépatite B... vaccins que vous avez sûrement déjà effectués (vérifiez sur votre carnet de santé).

  • Faut-il craindre les morsures de serpents ?

    Il n'y a pas de serpents en Nouvelle-Zélande !

Assurances

  • L'assurance voyageurs est-elle obligatoire ?

    Facultative, mais fortement recommandée dans le cadre d'un bref séjour touristique, l'assurance voyageurs est en revanche obligatoire pour décrocher un Visa Vacances Travail.

  • Quel organisme indemnise en cas d'accident ?

    L'Accident Compensation Corporation (ACC) est un organisme d'état qui indemnise les victimes d'accidents, quelle que soit leur nationalité. À condition bien entendu qu'il s'agisse d'un accident et que les personnes concernées soient autorisées à circuler dans le pays.

  • N'étant pas résident, puis-je être indemnisé par l'ACC ?

    L'ACC indemnise toute personne en Nouvelle-Zélande du moment qu'elle à le droit de se trouver dans le pays. C'est donc le cas pour les visiteurs en séjours touristiques de moins de trois mois ou toute personne munie d'un visa néo-zélandais (notamment le VVT).

  • Puis-je me contenter de l'assurance de ma carte bancaire ?

    C'est envisageable dans la limite de 90 jours. Assurez-vous que votre carte comprend les prestations de rapatriement puis vérifiez la nature des soins couverts durant un séjour à l'étranger.

  • Quels sont les délais pour être remboursé par mon assureur ?

    Les délais de remboursement figurent dans votre contrat d'assurance. Préférez idéalement une assurance qui avance les frais sur la simple présentation d'une attestation.

  • Est-ce que mon assurance couvre les activités sportives ?

    Toutes les assurances ne couvrent pas les activités sportives. D'autres assurances excluent les sports à risque ou extrêmes, ce qui correspond à un large éventail de possibilités allant du parapente jusqu'au saut à l'élastique. Le choix d'une assurance dépend donc des activités que vous envisagez de pratiquer en Nouvelle-Zélande.

  • Mon assurance voiture française est-elle suffisante ?

    Vous pouvez vérifier auprès de votre assureur s'il propose une extension d'assurance à l'étranger. Sauf surprise, vous n'êtes pas couvert par défaut.

  • Faut-il racheter la franchise d'une assurance automobile ?

    Les assurances ne couvrent ni les crevaisons de pneumatiques, ni les bris de glace. Ce sont pourtant des accidents qui peuvent survenir même si vous êtes un excellent conducteur. Racheter la franchise permet de réduire, sinon de supprimer les frais restant à votre charge.

Services d'urgences

  • Où trouver la liste des numéros d'urgences ?

    Les numéros d'urgence figurent en première page de l'annuaire des pages jaunes. Ils sont également affichés dans les cabines publiques. Mais il vaut mieux les noter sur Kiwipal ou les ajouter dans le répertoire de votre téléphone mobile.

  • Est-ce qu'il existe l'équivalent de nos services d'urgences ?

    Il existe des officines de garde dans les hôpitaux. S'il s'agit juste de demander un conseil pratique, vous pouvez aussi vous renseigner dans les pharmacies “chemist”.

  • Quel numéro appeler pour obtenir des conseils médicaux ?

    La ligne Heathline est disponible au 0800 611 116. Attention, ce numéro vert ne vous met pas en relation avec un médecin. Il s'agit surtout d'un service de conseils pratiques, d'orientation ou de mise en relation avec les services hospitaliers.

Photo de guillaume à la montagne

Posez vos questions à Guillaume.

Expert Nouvelle-Zélande

Assurance multirisque est un terme assez trompeur. Cela ne signifie pas que vous serez couvert quoiqu'il advienne.

Vous devez impérativement lire votre contrat d'assurance dans le détail, même si c'est fastidieux.

La question n'est pas de savoir s'il faut être assuré (c'est de toute manière obligatoire dans le cadre d'un VVT).

En revanche, vous devriez choisir une assurance qui avance les frais pour vos dépenses de santé.

Kiwipal n'est pas un assureur. Je ne suis pas habilité à répondre aux questions d'ordre technique.

Mais je serais heureux de vous aider si vous avez des questions d'ordre général sur le VVT.

Je pose une question ▸

Liens pratiques

Plus d'informations à consulter sur le sujet avant de partir.

Photo de guillaume à la montagne

Votre voyage en Nouvelle-Zélande :

Kiwipal vous aide à préparer un séjour en Nouvelle-Zélande sans agence de voyages.

Vous économisez jusqu'à 30% sur votre budget vacances en éliminant les frais d'agence.

Je contacte Guillaume

Rejoignez-nous !

Abonnez-vous au groupe des voyageurs passionnés par la Nouvelle-Zélande.

Expert certifié de la destination

Une question ?

Demandez conseil aux experts de la Nouvelle-Zélande :

Je pose une question ▸
Adresse email erronée ou message trop court !
Message envoyé !
Un conseiller Kiwipal vous répondra dans les plus brefs délais. Merci !
Haut de la page
Vos articles favoris
Vous pouvez construire une liste de vos articles favoris.
Cliquez sur le bouton « ajouter aux favoris » dans la page de votre choix. Votre liste sera sauvegardée même si vous quittez le site.
J'ai compris !