Comment se loger quand on est jeune avec un budget limité.

Comment se loger sans dépasser son budget ?

Réservez votre voyage en Nouvelle-Zélande !

Contactez un conseiller Kiwipal pour parler de votre projet de vacances, c'est gratuit et sans engagement !

Je pose une question ▸
  • Lire l'article
  • Détails
  • Conseils
5 Votez SVP !
Vos questions (18)
Poser une question

Présentation.

  • 1Quel hébergement durant un PVT ?
  • 2Les locations en ville.
  • 3Formalités et justificatifs
  • 4Comment trouver une colocation ?
  • 5Se loger en auberge de jeunesse.
  • 6Logement en Woofing et HelpX.
  • 7Le camping en dernier recours.
  • 8Un hébergement adapté à votre personnalité !

1Quel hébergement durant un PVT ?

Pour vivre une année à l'étranger, il ne faut pas négliger un minimum de confort. L'exercice de petits boulots physiques (cueillette des fruits par exemple) exige d'être en forme.

La réussite d'un VVT impose de bonnes nuits de sommeil.

Le logement sera votre premier poste de dépense tout au long de votre Visa Vacances Travail. Quel que soit le type de métier que vous comptez exercer en Nouvelle-Zélande, il existe une grande variété d'hébergements qui vont du camping à la location d'appartement, en passant par l'auberge de jeunesse et la colocation.

S'ils sont adaptés à un séjour touristique de quelques semaines, les hôtels et autres Beds & Breakfasts sont à proscrire. Ils peuvent occasionnellement vous dépanner ou récompenser une période de travail très intense, mais leurs tarifs dépassent généralement ce que vous pouvez gagner en une journée avec de petits boulots.


Vous ne pouvez pas vous loger une année entière dans des Beds and breakfasts ou des hôtels. Mais rien ne vous interdit de vous offrir une chambre de temps en temps.

Beds and Breakfasts et lodges sont trop chers pour un VVT.

Pour autant, vous n'êtes pas obligé de passer toutes vos nuits à la belle étoile, ou sur la banquette arrière d'une voiture.

Si ce type de couchage spartiate est envisageable durant la partie vacances d'un PVT, il est incompatible avec la nécessité d'exercer des métiers physiques et peut nuire à votre moral.

Voyager avec un budget réduit impose de se serrer la ceinture, mais sacrifier le confort minimal pour faire des économies serait une erreur majeure.

La qualité du repos et du sommeil ne sont pas négociables si vous espérez tenir une année complète à l'étranger.


Dormir dans sa voiture pour faire des économies est une solution de secours. Mais n'espérez pas passer une nuit confortable dans une telle condition.

Le véhicule peut dépanner à l'occasion, mais il manque de confort.

Je vais vous présenter les différents hébergements adaptés au budget d'un PVT. Il est vraisemblable que vous jonglerez de l'un à l'autre au gré de vos aventures. Si certains logements sont payants, d'autres sont gratuits, mais ils vous laisseront tous un souvenir impérissable.


2Les locations en ville.

Faites le tour des agences immobilières dans les quartiers qui vous intéressent. Vous pourrez comparer les montants des loyers et vous faire une idée.

Les agences de quartier permettent de se faire une idée des loyers.

Si votre projet ou les aléas du séjour vous conduisent à accepter un travail en ville, vous devrez vous mettre en quête d'une chambre ou d'un appartement à louer seul ou en colocation.

La question de la colocation est d'ailleurs un sujet à part entière, et je le traite en détail un peu plus loin dans la page. Je vais commencer par aborder la recherche d'une chambre individuelle, souvent délicate si l'on ne séjourne que durant quelques mois dans une même ville.


Avant de se précipiter sur une annonce immobilière, commencez par visiter la ville et essayez de trouver un hébergement proche de votre lieu de travail.

Commencez par repérer les loyers moyens par quartiers.

Si les petites annonces dans les journaux locaux conservent un intérêt, l'essentiel du marché immobilier s'est déplacé sur Internet.

Les différents portails de la profession (voir les conseils de Ben le Kiwi en fin d'article) recensent des milliers d'annonces et ressemblent comme deux gouttes d'eau à nos équivalents français.

Durant votre recherche, les échanges par e-mail ont peu de chances d'aboutir. Intimidantes pour certaines personnes, les démarches par téléphone sont à privilégier pour décrocher des visites.


Si l'on trouve toujours des annonces dans les journaux, l'essentiel du marché immobilier se concentre désormais sur Internet.

La recherche de logement se déroule essentiellement sur Internet.

Peut-être encore plus qu'en France, il faut éviter de se ruer sur la première offre, à moins d'être contraint par le temps ou l'argent.

Le marché des annonces en meublé est celui qui offre le plus d'opportunité pour les voyageurs en PVT, mais vous pouvez aussi chercher un appartement vide et le meubler sommairement si vous comptez rester une année.

Commencez par explorer les différents quartiers de la ville et repérez les commerces et les transports en commun. Si vous avez déjà trouvé du travail, obtenir un logement à proximité de celui-ci est fortement recommandé, surtout dans les grandes métropoles comme Auckland.


Si vous comptez travailler durant votre séjour en Visa Vacances Travail, il peut être préférable de vous loger à proximité.

Essayez de trouver un logement proche de votre travail.

Que ce soit sur Internet, dans un campus ou à l'accueil d'une auberge de jeunesse, les petites annonces immobilières que vous trouverez sont souvent rédigées de la même manière

Astuces pour décrypter les annonces immobilières.

  • L'avance légale sur le loyer ne peut excéder deux semaines
  • La durée du bail et le montant de la caution (bond) doivent être précisés
  • Le montant du loyer doit approcher les prix de l'observatoire du marché
  • Les annonces de meublés comportent la mention “furnished”.
  • Les charges sont comprises si “all Inclusive” est indiquée.
  • Les charges ne sont pas comprises si “without charges” est indiquée.
  • L'eau (water) et l'électricité (power) peuvent être mentionnées.
  • Un accès Internet est souvent déjà installé et compris dans le loyer
  • Le quartier doit être bien desservi par les transports en commun.

Les propriétaires rechignent souvent à louer leur bien à une personne de passage, qui plus est étrangère au pays et sans réelles garanties financières. Pour augmenter vos chances, vous devez éviter tout faux pas et connaître les formalités légales.


3Formalités et justificatifs

Le marché immobilier est plus accessible qu'en France, vous ne devriez pas avoir trop de mal pour louer une chambre. N'espérez tout de même pas vous loger en plein centre-ville, sauf dans le cadre d'une colocation.

La recherche d'appartement est un peu plus simple qu'en France.

Si la location d'un appartement impose de fournir certaines garanties, les exigences des propriétaires kiwis demeurent raisonnables. À condition d'avoir quelques fonds en réserve et un compte en banque kiwi, la recherche d'un logement n'est pas très difficile.

Les justificatifs minimums à fournir se résument à une pièce d'identité et un RIB de votre banque en Nouvelle-Zélande. Pour l'ouverture d'un compte courant, je vous invite à consulter le dossier banque sur Kiwipal.

Le montant des loyers fluctue d'une ville et même d'un quartier à l'autre. Donner une estimation correcte des loyers en Nouvelle-Zélande est pratiquement impossible. Comptez environ 200 $ pour une chambre simple à Auckland, mais le prix peut très bien grimper en flèche dans le CBD(Central Business District, c.a.d à la fois le centre-ville et le quartier d'affaires).


Attention, Auckland est avant tout une région entière du pays et non une simple ville. Les annonces immobilières peuvent être trompeuses.

Auckland n'est pas qu'une ville, mais une région très étendue.

La durée minimale pour établir un bail est habituellement de six mois (periodic term) et les deux parties peuvent se donner congé trois semaines à l'avance.

Mais dans la mesure où vous comptez louer pour une période maximale d'un an, le propriétaire proposera peut-être un bail à durée déterminée (fixed term) qui vous engage mutuellement jusqu'à une date fixée.

Attention, le choix entre un “periodic term” ou un “fixed term” est d'une importance considérable pour la suite de votre séjour en Visa Vacances Travail.

Un engagement trop ferme peut sacrifier votre mobilité et vous faire perdre des offres d'emploi. Ne vous engagez pas à la légère, surtout si vous n'avez pas encore trouvé du travail.


Les baux à durée déterminée vous engagent et peuvent nuire à votre mobilité. Si vous aviez prévu de visiter le pays, cette solution est peut-être à éviter.

Selon le type de bail signé, vous sacrifiez votre mobilité.

La caution fixée entre deux et quatre semaines de loyer est actée par le “Bond Lodgement Form” signé par le locataire et le propriétaire (landlord).

Une somme restituée intégralement à la fin de la location, si l'appartement est rendu dans son état initial et que votre “Bond Refund Form” est correctement rempli.

Bien entendu, si vous ne traitez pas directement avec un particulier, vous devrez également vous acquitter des frais d'agence.

Le montant réclamé est calculé sur la base d'une semaine de loyer, auquel s'ajoute quelques frais de dossier supplémentaires.


S'il est possible de payer son loyer mensuellement, les propriétaires réclament habituellement le paiement à la semaine. Le règlement se fait par chèque ou par virement.

Le loyer se règle généralement chaque semaine.

Le règlement de deux semaines le loyer à l'avance (rent in advance) s'ajoute à la caution, ce qui porte le dépôt initial à environ un mois de loyer.

Par la suite, vous réglerez le loyer toutes les deux semaines (ou toutes les semaines parfois) par chèque ou prélèvement bancaire.

Le contrat de location (Tenancy Agreement Form) est bien entendu obligatoire.

Il n'y a rien de particulier à signaler concernant l'état des lieux, la seule règle étant de relever le moindre détail et de repartir avec un exemplaire du “Property Inspection Report” signé par les deux parties.

Résumé de la procédure pour louer durant un PVT.

  • Recherche d'une annonce immobilière.
  • Prise de contact avec le loueur pour vérifier les termes du contrat de location.
  • Visite de l'appartement.
  • Présentation des justificatifs requis par le loueur.
  • Rédaction et signature du Tenancy Agreement Form (contrat de location).
  • Paiement de la caution et signature du Bond Lodgement Form.
  • Paiement de deux semaines de loyer d'avance selon le maximum légal.
  • État des lieux et signature du Property Inspection Report.
  • Emménagement et occupation de l'appartement.
  • Signification du congé selon les modalités fixées par le contrat de location.
  • État des lieux de sortie et signature du Property Inspection Report.
  • Récupération de la caution au Bond Center du ministère du Logement.

4Comment trouver une colocation ?

Partager un appartement en colocation est idéal, surtout au début d'un Programme Vacances Travail. Conseils pratiques et bonne ambiance.

La colocation est une solution idéale pour un VVT.

Monter de toute pièce une colocation entre voyageurs est envisageable, mais il est souvent plus simple de rechercher une colocation déjà installée. Cependant, même si ce type d'organisation est moins regardante sur les justificatifs à fournir, votre profil doit correspondre à celui des autres locataires.

Les avantages d'une colocation ne méritent pas que l'on y consacre plus de quelques lignes. Le loyer inférieur à la moyenne pour une plus grande superficie, l'emplacement souvent idéal et la bonne ambiance sont des arguments imparables. Question budget, vous pouvez espérer trouver une colocation entre 100 et 200 $ la semaine.


Pour être accepté dans une colocation, vous devrez convaincre les actuels locataires durant un entretien. Si vous avez déjà trouvé du travail, votre candidature sera davantage prise au sérieux.

Encore faut-il réussir à convaincre les autres locataires.

Le profil des autres locataires doit également vous convenir, et vous devez toujours exiger un contrat signé qui stipule le règlement intérieur et la répartition des tâches ménagères.

Comme partout en Nouvelle-Zélande, le loyer se règle à semaine. Colocation ou non, la Loi s'applique et l'on peut vous demander un dépôt de garantie de deux semaines et le droit de réviser le loyer tous les 180 jours.


La vie en colocation est agréable, mais ne doit pas tourner à l'anarchie. Un règlement intérieur est indispensable pour éviter les conflits entre locataires.

La colocation impose des règles de vie commune à respecter.

La recherche d'un colocataire est suffisamment longue pour que l'on ne s'engage pas à la légère.

Pour faire l'unanimité durant l'entretien de présentation, il faut se présenter sous son meilleur jour. Avoir déjà trouvé du travail est recommandé pour montrer que vous n'allez pas claquer la porte du jour au lendemain.

N'espérez pas profiter de la colocation pour imposer la présence de votre conjoint à moindres frais au début du séjour ni même après quelques semaines. Sinon, il vaut mieux chercher un appartement ou une chambre pour deux.


Les bachs (aussi surnommés cribs) sont de petites maisons perdues en pleine nature ou sur le bord de mer. Elles sont parfaites pour s'amuser le temps d'un weekend si vous partagez les frais de la location.

Les bachs ou cribs sont parfaits pour faire la fête entre amis.

Si le logement est assuré par son propriétaire, la sécurité de vos affaires en colocation reste à votre charge. Prenez contact avec l'assurance qui couvre votre voyage pour d'inclure une éventuelle assurance complémentaire.

Pour clore le sujet, je glisse un mot sur un modèle de colocation qui fait le bonheur des vacanciers. Les célèbres “Bachelors” surnommés “Bachs”ou “Crib” sont des cottages isolés en pleine nature ou situés en bord de mer, parfois même sur la plage. Le prix de la location qui tourne aux alentours de 100 $ la nuit est abordable et permet de faire la fête avec les amis rencontrés en auberge de jeunesse.


5Se loger en auberge de jeunesse.

La qualité des backpackers est assez variables. Ne vous fiez pas à l'apparence extérieure, les auberges les plus laides ne sont pas forcément les moins confortables.

Certains Backpackers laissent des souvenirs impérissables.

La vie sur les routes à la recherche d'un emploi dans une ferme biologique ou la cueillette des fruits peut s'accommoder de nuits passées à l'arrière d'un van. Mais si l'on n'est pas motorisé ou que l'hiver se fait trop rude, il faut envisager de dormir dans une auberge de jeunesse.

Le terme “backpacker” qui signifie en anglais “sac à dos” désigne aussi bien les jeunes qui parcourent les routes en quête de travail que les auberges de jeunesse. Ces établissements bon marché accueillent des voyageurs de toutes les nationalités dans des dortoirs ou des chambres simples ou doubles.


Certaines auberges de jeunesse présentent une architecture qui n'est pas sans rappeler les films de Peter Jackson.

D'autres auberges sont influencées par le Seigneur des anneaux.

L'accès aux parties communes, comme la salle à manger, la cuisine, la buanderie ou la salle de bain permet au voyageur de profiter d'un confort acceptable pour un tarif raisonnable. Le prix à la semaine dépend de l'attractivité touristique de la région et oscille entre 90 et 180 $ (parfois moins dans les zones reculées de la carte). L'offre la moins chère étant celle en dortoir, il faut débourser un supplément pour profiter d'une chambre ou d'une salle de bain indépendante.


Les auberges de jeunesse louent parfois le terrain attenant à l'auberge pour du camping. Une aubaine si votre budget est plutôt serré.

Il est souvent possible de camper sur le terrain du backpacker.

Vous pouvez même disposer d'un emplacement pour planter votre tente sur un terrain à proximité et alléger la facture. Mais si l'opportunité se présente, votre meilleure chance de réduire la note consiste à donner un peu de son temps pour aider le personnel d'entretien.

S'il existe des backpackers indépendants, deux leaders se partagent pourtant le marché.

BBH et YHA sont les deux principales chaines de Backpackers du pays.

BBH est une franchise qui réunit différentes auberges dans tout le pays avec une qualité d'accueil variable. YHA possède un peu moins d'établissements, mais offre un service de qualité supérieure. Concurrence oblige, les deux enseignes sont souvent voisines l'une de l'autre.


Chaque enseigne propose des cartes de fidélité. Il vous faudra choisir entre YHA et BBH et vous tenir à votre choix si vous espérez faire des économies.

YHA et BBH sont les deux principales chaines de backpacker.

Gardez à l'esprit que la réservation à distance d'un backpacker est indispensable durant la haute saison.

Elle impose la détention d'une carte bancaire, ce qui peut poser problème si vous n'avez pas suivi notre tutoriel pour ouvrir un compte en banque néo-zélandais.

YHA comme BBH récompensent la fidélité par des réductions.

La carte de membre est suffisamment chère (40 $) pour que le rabais de 4 $ la nuit ne soit rentable qu'au bout d'une dizaine de jours. L'offre intéresse surtout les candidats au PVT qui ont décroché un travail ou les voyageur qui cherchent une solution de secours.


Présentation des services de BBH.

BBH est une franchise moins standardisée que YHA.

Enfin, il importe de faire la distinction entre les backpackers et les Working Hostels. Identiques dans leur capacité d'accueil et leur mode de fonctionnement, les Working Hostels ont cependant pour objectif de faciliter la mise en relation entre les jeunes travailleurs et les entrepreneurs de la région.


Sans carte débit, vous ne pourrez pas réserver vos places en auberge de jeunesse. Dans ces conditions, il faut ouvrir un compte en banque dès votre arrivée en Nouvelle-Zélande.

La réservation impose de posséder une carte bancaire.

Il serait tentant de croire sur parole le personnel des Working Hostels qui annonce la présence de recruteurs (contractors). Mais leur objectif reste essentiellement d'attirer la clientèle, et s'il n'y a pas tromperie sur la qualité du service hôtelier, vous n'êtes pas assuré de trouver du travail pour autant.


6Logement en Woofing et HelpX.

Le Wwoof (World-Wide Opportunities on Organic Farms) est largement répandu en Nouvelle-Zélande. Contre quelques heures de travail à la ferme, vous profitez du gîte et du couvert. Le reste de votre temps libre peut-être consacré à visiter la région.

Le WWoofing échange gîte et couvert contre du travail.

Présentés en détail dans notre dossier sur les métiers à exercer durant un Visa Vacances Travail, le WWOOFING et le HELPX permettent d'échanger le gîte et le couvert contre quelques heures de travail quotidien. L'accueil est excellent et vous serez logé directement chez l'habitant ou plus fréquemment dans un petit cottage attenant.

La formule rencontre un succès grandissant, et si la perspective de travailler dans une ferme biologique, ou de participer à la vie d'une jeune entreprise vous motive, vous avez trouvé le bon filon. Le seul bémol étant que vous ne gagnerez pas d'argent et qu'il faudra malgré tout continuer à payer les transports pour vous déplacer dans le pays.


Le plus souvent, les propriétaires de fermes logent les jeunes travailleurs dans de petits cottages aménagés. Il arrive aussi que l'on soit logé directement chez l'habitant.

Vous serez souvent logé dans de confortables cottages.

Mis à part les offres en wwoofing ou HelpX, certains employeurs louent des chambres aux travailleurs qu'ils recrutent. Ces offres à 150 $ la semaine sont plus onéreuses que les auberges de jeunesse, mais le confort est largement supérieur.

Encore moins chers, les emplacements pour vans et tentes sont une aubaine durant la haute saison. Les terrains appartiennent aussi bien à des employeurs qu'à des Kiwis soucieux d'améliorer leurs fins de mois. Si les douches sont parfois proposées, le “système D” reste de mise. Dans ces conditions, autant opter pour un terrain de camping tout équipé.


7Le camping en dernier recours.

Il est possible de passer une année sans camper. Mais si vous prévoyez de circuler souvent, une tente peut s'avérer très utile pour parer à tout imprévu.

Il est rare de passer une année en NZ sans camper.

Le camping en Nouvelle-Zélande est décrit en détail dans la rubrique guide de Kiwipal. Je vais me contenter d'une présentation succincte, car il y a peu de chances pour que cette solution d'appoint vous dépanne durant une année entière.

Le gouvernement néo-zélandais autorise encore le camping sauvage, malgré l'hostilité de plus en plus marquée de la population.

Cependant, les régions les plus touristiques comme l'Otago ou Rotoruasont désormais interdites aux campeurs, ce qui ne fait pas l'affaire des jeunes voyageurs en quête d'emploi.

Remarque plus importante encore, les campings (notamment ceux du Département de la Conservation) ne sont pas nécessairement équipés de douches.

Si le secteur de la cueillette des fruits accorde peu d'importance à la présentation, le serveur de café peu frais ou mal rasé ne fait pas l'unanimité.


La qualité des campings est assez bonne en général. Attention toutefois au campings du DOC, qui s'ils sont souvent situés dans des lieux magnifiques, sont généralement plus rustiques.

Certains campings sont plus basiques que d'autres.

Car certaines personnes résistent moins bien que d'autres à la succession de plusieurs nuits de sommeil à la dure.

Enchaîner les journées de travail sans un matelas douillet pour récupérer le soir peut conduire tout droit à l'épuisement et à la fin prématurée du séjour !

Pour cette raison, envisager l'acquisition d'une tente pour économiser sur le budget du logement est un calcul risqué.

Et si vous n'êtes toujours pas convaincu par mes arguments, n'oubliez pas qu'une année en Nouvelle-Zélande implique aussi quelques mois d'hiver.


8Un hébergement adapté à votre personnalité !

Peu de gens peuvent vivre au jour le jour, à fortiori sans savoir où ils dormiront le lendemain. Un voyage en Programme Vacances Travail exige une bonne organisation, une capacité d'adaptation et un sens pratique développé.

Pour profiter vraiment du séjour, il faut savoir ou l'on va dormir.

Les candidats qui souhaitent partir en Visa Vacances Travail espèrent souvent y consacrer une année entière. Mais le voyage peut tourner court si l'écart est trop grand entre les rêves et la réalité.

Pour visiter la Nouvelle-Zélande et profiter de ses merveilles, il faut être en mesure de se déplacer souvent et donc de varier les hébergements.

Dans le cas contraire, il faudra restreindre son choix à une grande ville et mettre de l'argent de côté pour se payer vacances et activités.

Pour se donner les moyens de réussir, il faut choisir des solutions adaptées à vos capacités physiques et à votre personnalité.

Autrement dit, personne ne décidera à votre place si vous devez acheter une voiture ou un mini van, dormir dans un dortoir ou sous une tente…


Le mini-van est normalement étudié pour que l'on puisse dormir dedans. Mais il n'est pas équipé d'une douche et les soirées froides de l'hiver peuvent vous faire regretter une bonne chambre bien chauffée.

Un mini-van peut suffire aux plus débrouillards.

Même si la question du budget est souvent prioritaire, il y a des personnes faites pour vivre seules et d'autres en colocation.

Vous devrez parfois forcer votre nature, d'où l'importance de connaître vos limites sur le plan physique et émotionnel.

Pour toutes ces raisons, les premiers mois en Visa Vacances Travail peuvent être source de stress.

Heureusement, la gentillesse naturelle des kiwis et les expériences réussies en wwoofing ou en HelpX devraient rassurer la plupart d'entre vous.


Quelle que soit la durée de votre séjour en Visa Vacances Travail, vous devez privilégier les solutions d'hébergement qui vous gardent en forme. S'il est possible de vivre à la dure quelque temps, vous ne tiendrez pas longtemps sans un couchage correct.

L'hébergement idéal est celui qui vous permet de récupérer.

La Nouvelle-Zélande est l'un des pays les plus appréciés pour les séjours en PVT. Le voyage était toujours trop court quand on écoute les anciens.

La question du transport étant intimement liée à celle du logement, je ne saurais trop vous conseiller d'étudier notre dossier sur les moyens de se déplacer dans le pays.

N'hésitez pas à venir témoigner sur Kiwipal ! Vous contribuerez à alimenter la rubrique des conseils pratiques de Ben le Kiwi. Je lui cède d'ailleurs la place pour qu'il réponde à vos questions sur l'hébergement durant un PVT.


Guillaume Le Nistour, Kiwipal
Un article de Guillaume Le Nistour.
Fondateur de Kiwipal, Guide de Voyages Nouvelle-Zélande.
guillaume

Questions & Réponses.

Que puis-je faire pour vous aider ? Si j'ai bien un conseil à donner, c'est de voyager léger ! Plus facile à dire qu'à faire mais il faut se contenter du minimum. Je serais heureux de partager mon expérience avec vous !

Poser une question à Ben

  • Tous les sujets ... 18 réponses au total
  • Locations immobilières 12 réponses
  • Auberges de jeunesse 4 réponses
  • Camping 2 réponses

Locations immobilières

  • Combien de temps faut-il pour trouver une location ?

    L'idéal serait de disposer de deux semaines sur place pour avoir le temps de régler les formalités de base (numéro IRD, compte bancaire, hanz card...) et faire le tour de la ville.

  • Faut-il chercher un logement avant de partir ?

    Rien n'empêche de repérer des annonces et de planifier des visites. Mais il faudra passer des appels téléphoniques en Nouvelle-Zélande, ce qui peut revenir cher si vous n'êtes pas abonné chez Free. Lisez notre article sur les moyens de communication pour en savoir plus et n'oubliez pas le décalage horaire !

  • Quelles sont les villes où trouver un logement facilement ?

    Le logement n'est pas un problème majeur si vous avez un minimum de réserve pour prendre le temps de chercher. Auckland comme Wellington sont des métropoles et les tarifs de l'immobilier diminuent au fur et à mesure que l'on s'éloigne du centre-ville. Le logement en province est bon marché, mais les zones touristiques sont forcément plus chères.

  • Faut-il éviter le centre-ville pour faire des économies ?

    Le réseau de bus des grandes villes est assez étendu, mais la qualité du service est loin d'être parfaite. Si vous n'êtes pas motorisé, et que votre travail n'est pas à la porte à côté, cela peut poser problème.

  • Comment savoir si un appartement est meublé ?

    Si la mention « furnished » figure dans l'annonce, cela signifie que l'appartement ou la chambre sont meublés.

  • Comment s'abonner à Internet ?

    Si Internet n'est pas inclus dans la location, vous devrez souscrire un abonnement. Pour la marche à suivre, lisez le dossier spécial de Kiwipal sur le sujet.

  • Quel est le site immobilier de référence ?

    TradeMe est l'équivalent du « Bon coin » en version Kiwi. Ses pages regroupent l'essentiel des annonces immobilières proposées par des particuliers (vous économiserez des frais en traitant avec eux directement sans passer par une agence).Trade Me

  • Quel est le tarif moyen d'une location en Nouvelle-Zélande ?

    Le gouvernement néo-zélandais publie un classement des loyers pour chaque quartier. Une aubaine pour le voyageur en VVT qui peut évaluer la qualité des annonces immobilières.Official Market Rent Prices

  • Est-ce que l'on peut régler son loyer mensuellement ?

    Rien ne l'interdit si votre bailleur l'accepte, mais un tel arrangement est rarement négociable, ne serait-ce qu'à cause de votre visa temporaire.

  • À quoi ressemble un contrat de location type ?

    Il existe un formulaire standard qui est utilisé par la majorité des bailleurs. Vous pouvez télécharger ce document.Tenancy Agreement Form

  • Peut-on fumer dans une collocation ?

    La Nouvelle-Zélande a déclaré une véritable guerre au tabac et envisage même de le bannir du territoire. De nombreux propriétaires refusent les fumeurs, et les collocations suivent le mouvement à mesure que le nombre de fumeurs diminue. La recherche d'un locataire fumeur ou non-fumeur est un critère clairement indiqué dans les annonces immobilières.

  • Comment trouver un bach à louer ?

    Consultez les deux sites Internet de référence.Holiday HomesBook a Bach

Auberges de jeunesse

  • Comment obtenir une carte des backpackers ?

    Le site Internet de Backpacker Board liste les établissements sur les deux îles de Nouvelle-Zélande.Backpacker Board

  • Les backpackers sont-ils réservés aux plus jeunes ?

    On croise des personnes de tout âge, même s'il est vrai que la clientèle a souvent moins de 25 ans. Rassurez-vous, vous êtes le bienvenu même si vous frôlez la trentaine ;-)

  • Suis-je obligé de dormir dans un dortoir de backpacker ?

    Les chambres simples ou doubles sont assez peu nombreuses. À moins de les réserver très longtemps à l'avance, vous allez sans doute faire l'expérience du dortoir. Si vous êtes pudique rassurez-vous, ce n'est tout de même pas un camp de nudistes !

  • BBH ou YHA, quel est le meilleur backpacker ?

    Les questions de budget et de proximité du lieu de travail passent avant toute autre considérations et faussent le jugement. YHA offre une qualité légèrement supérieure selon l'avis général.BBH BackpackersYHA Backpackers

Camping

  • Faut-il acheter du matériel de camping ?

    Je considère que le sac de couchage et une tente Quechua sont indispensables pour un séjour d'une année entière. À condition bien sûr de partir sur les routes. On ne compte plus les situations où cet équipement de base peut vous tirer d'affaire.

  • Peut-on planter sa tente n'importe où ?

    La règle d'or est de toujours s'assurer que le camping sauvage est autorisé. L'absence de panneau d'interdiction ne signifie pas que vous êtes en règle. Posez la question au propriétaire s'il habite à proximité, ou au iSite le plus proche si vous avez un doute.

Photo de guillaume à la montagne

Posez vos questions à Guillaume.

Expert Nouvelle-Zélande

Les souvenirs de colocation et les nuits passées à dormir dans un vieux van sont inoubliables.

Mais vous ne tiendrez pas une année entière en dormant à la belle étoile ou dans de mauvaises conditions.

Surtout si vous devez travailler une partie de la journée dans une ferme.

Soyez réalistes et prévoyez des points de chute à l'avance, en conservant la voiture ou la tente comme solutions de secours.

Je pose une question ▸

Liens pratiques

Plus d'informations à consulter sur le sujet avant de partir.

Photo de guillaume à la montagne

Votre voyage en Nouvelle-Zélande :

Kiwipal vous aide à préparer un séjour en Nouvelle-Zélande sans agence de voyages.

Vous économisez jusqu'à 30% sur votre budget vacances en éliminant les frais d'agence.

Je contacte Guillaume

Rejoignez-nous !

Abonnez-vous au groupe des voyageurs passionnés par la Nouvelle-Zélande.

Expert certifié de la destination

Une question ?

Demandez conseil aux experts de la Nouvelle-Zélande :

Je pose une question ▸
Adresse email erronée ou message trop court !
Message envoyé !
Un conseiller Kiwipal vous répondra dans les plus brefs délais. Merci !
Haut de la page
Vos articles favoris
Vous pouvez construire une liste de vos articles favoris.
Cliquez sur le bouton « ajouter aux favoris » dans la page de votre choix. Votre liste sera sauvegardée même si vous quittez le site.
J'ai compris !