Découvrez comment s'est terminée la guerre entre les maoris colons britanniques.

L'Histoire de la Nouvelle-Zélande.

Réservez votre voyage en Nouvelle-Zélande !

Contactez un conseiller Kiwipal pour parler de votre projet de vacances, c'est gratuit et sans engagement !

Je pose une question ▸
  • Lire l'article
  • Détails
  • Conseils
42 Votez SVP !
Vos questions (6)
Poser une question

Présentation.

  • 1La Nouvelle-Zélande racontée simplement.
  • 2La découverte par les Maoris et les Occidentaux.
  • 3Début de la colonisation et Guerre des mousquets.
  • 4Le traité de Waitangi et l'échec des colons Français.
  • 5Les guerres sanglantes avec les Maoris.
  • 6Vers l'autonomie et la modernité.
  • 7La Nouvelle-Zélande de nos jours.

1La Nouvelle-Zélande racontée simplement.

Les étoiles sur le drapeau news zélandais représentent la croix du sud, visible de ce côté du globe.

Le drapeau néo-zélandais avec les étoiles de la croix du sud.

J'ai reçu des milliers de questions sur la Nouvelle-Zélande, mais rarement sur ses origines ou son Histoire. Peut-être parce que l'on a tendance à réduire la destination à quelques clichés autour du rugby, des moutons ou des paysages du Seigneur des anneaux.

C'est pourquoi j'ai longtemps remis la rédaction de cet article à plus tard. Il me semblait d'ailleurs inconcevable de prétendre traiter l'Histoire de la Nouvelle-Zélande sans être moi-même d'origine néo-zélandaise ! Et puis les musées du pays sont excellents.


Même si elle ne s'étend que sur quelques siècles, l'Histoire de la Nouvelle-Zélande est passionnante et mérite que l'on s'y attarde.

L'Histoire de la Nouvelle-Zélande mérite d'être connue !

J'ai changé d'avis quand j'ai commencé à véritablement m'intéresser à la question des guerres coloniales entre les Britanniques et les Maoris.

Je suis arrivé à la conclusion que l'on ne pouvait pas comprendre la Nouvelle-Zélande contemporaine sans cet éclairage.


La Nouvelle-Zélande surtout connue pour avoir servi de lieu de tournage pour le Seigneur des anneaux, mais sa véritable histoire est bien plus intéressante.

La Nouvelle-Zélande ne se résume pas au Seigneur des anneaux !

Bien entendu, il ne s'agit pas de donner ici un cours magistral sur la Nouvelle-Zélande, et j'en serais d'ailleurs bien incapable !

J'ai choisi de raconter l'Histoire du pays le plus simplement du monde, en suivant un ordre chronologique, comme je le ferais avec un ami.

J'espère en tout cas réussir à vous donner quelques clés pour mieux comprendre la destination avant votre séjour.

Je vous remercie par avance d'être venu lire cette petite Histoire de la Nouvelle-Zélande !


2La découverte par les Maoris et les Occidentaux.

D'origine polynésienne, les Maoris sont d'excellents navigateurs et ils seront les premiers à découvrir puis peupler la Nouvelle-Zélande.

Les Maoris sont les premiers à peupler la Nouvelle-Zélande au XIIIe siècle.

Il suffit d'observer la position excentrée de la Nouvelle-Zélande sur la carte pour comprendre pourquoi les îles qui la composent furent les dernières à être découvertes par l'Homme.

La date de l'arrivée des premiers Maoris en waka (pirogue) fait toujours débat, mais la plupart des historiens s'accordent sur une tranche comprise entre 1250 et 1350 après J.-C. Les Maoris, d'origine Polynésienne, établissent un système de tribus (iwi) divisées en clans qui s'affrontent parfois, mais s'unissent pour lutter contre d'autres tribus rivales. L'enjeu est essentiellement d'avoir la mainmise sur des zones de chasse ou de pêche.


Si l'aspect guerrier s'est estompé avec le temps, l'attachement à la tribu est encore très vivant de nos jours.

Abel Tasman est originaire de Hollande où se trouve la province de Zélande, qui va donner son nom à la Nouvelle-Zélande.

Abel Tasman est le premier Européen à découvrir la Nouvelle-Zélande.

Les premiers Européens arrivent quelques siècles plus tard en 1642. C'est Abel Tasman qui débarque en premier et constate la beauté des paysages. L'origine hollandaise de ces navigateurs va donner son nom au pays, car le cartographe de l'expédition baptise les terres « Nova Zeelandia », en référence à la province de Zélande aux Pays-Bas !

La Nouvelle-Zélande doit son nom à l'origine hollandaise des premiers explorateurs.

Le premier contact avec les Maoris dégénère en tuerie à Golden Bay (la « Baie des assassins »).

La Nouvelle-Zélande est enfin sur la carte, mais les îles ne sont pas cartographiées et les Européens qui rentrent au pays évoquent une terre sauvage peuplée de cannibales sanguinaires…

Cela suffira pour décourager le financement d'autres expéditions pendant près d'un siècle !


À bord de l'Endeavour, le Capitaine Cook et son équipage vont cartographier la Nouvelle-Zélande et rapporter de nombreux dessins sur la faune et la flore du pays.

Le Capitaine Cook cartographie la Nouvelle-Zélande durant quatre ans.

Mais le monde change, et le temps des Empires arrive avec son irrésistible soif de conquêtes. En 1769, le capitaine Cook longe les côtes de Nouvelle-Zélande.

Durant une expédition de quatre ans, botanistes et cartographes recueillent des notes pour préparer une future colonisation.

Cook a l'heureuse idée de ne pas traiter les Maoris comme des sauvages et repart sans la moindre effusion de sang.

L'Histoire du pays aurait été complètement différente si le navire de Cook avait fait naufrage ou si les Maoris avaient massacré les explorateurs …


3Début de la colonisation et Guerre des mousquets.

La France est devancée par la couronne anglaise, mais elle commence à s'intéresser aux nouveaux territoires d'Océanie.

Les Français envoient aussi des expéditions au bout du monde.

Après le succès de Cook, d'autres expéditions vont suivre, toujours anglaises, mais aussi italiennes, russes et françaises. Les Français d'ailleurs commencent par entretenir de bons rapports avec les Maoris.

Mais les marins ne savent pas se tenir et la situation dégénère à nouveau en bain de sang. La réputation guerrière des Maoris se propage à nouveau en Europe, et ralentit une fois de plus le processus colonial.


Activité dangereuse, mais très lucrative, la pêche à la baleine attire les Occidentaux qui ont besoin de ports d'attache.

C'est principalement la chasse à la baleine qui attire les Occidentaux.

À défaut de pouvoir s'installer vraiment, les Européens constatent la présence de baleines et de phoques dont le commerce est très lucratif à l'époque. Peu à peu, un système de troc se met en place avec les Maoris. On échange des outils contre des matières premières vitales comme l'eau potable ou le bois pour réparer les navires (sans parler de la prostitution).

Peu à peu, la population maorie se transforme au contact des Européens.

Au contact des Occidentaux, la société maorie commence à se transformer et les missionnaires chrétiens débarquent à la même période. Mais c'est le trafic d'armes qui va bouleverser l'ordre établi ! Pour une tribu maorie armée de mousquets, l'avantage militaire est bien réel et la tentation trop grande pour ne pas faire parler la poudre !


La Guerre des mousquets fera 20.000 morts dans population Maorie !

La Guerre des mousquets fera des ravages au sein des tribus maories.

La guerre des mousquets oppose les tribus maories entre elles sans que les Occidentaux soient impliqués directement (ils se contentent de fournir les armes).

Vingt mille morts plus tard, le conflit prend fin lorsque toutes les tribus se retrouvent équipées d'armes à feu et donc à armes égales.

Paradoxalement, ce carnage apprend aux Maoris comment construire des défenses efficaces contre les balles. Les Anglais en feront les frais plus tard, et les Maoris seront les premiers à offrir une véritable résistance à la couronne Britannique habituée naguère à balayer ses adversaires sans difficulté.


4Le traité de Waitangi et l'échec des colons Français.

La Nouvelle-Zélande était à plus de deux mois de navigation de l'Europe, une distance considérable qui explique pourquoi la colonisation a été aussi tardive.

La Nouvelle-Zélande n'intéresse pas grand monde à l'époque.

De 1788 à 1840, les Britanniques considèrent la Nouvelle-Zélande comme une extension du continent australien. Personne ne juge opportun de renforcer le contrôle sur des îles éloignées qui ne rapportent pas grand-chose.

Ce sera la crainte de voir la France contester leur suprématie qui va accélérer le processus colonial. Le gouvernement anglais nomme William Hobson pour proclamer la souveraineté sur la Nouvelle-Zélande et le charge de négocier avec les Maoris.


Le traité de Waitangi octroyait la citoyenneté britannique aux Maoris, mais les termes du traité étaient mal traduits.

La signature du traité de Waitangi a lieu le 6 février 1840.

Le traité de Waitangi signé dans la Baie des îles le 6 février 1840 demeure à ce jour l'acte fondateur de la Nouvelle-Zélande (la fête nationale est toujours célébrée chaque année à cette même date).

Le traité restreint la vente des terres aux seuls Britanniques pour mettre les autres nations hors course. Il est aussi censé garantir les droits à la propriété des Maoris.

Hélas, le texte rédigé dans l'urgence est bâclé et sa traduction fait encore l'objet de vifs débats aujourd'hui !


La colonisation s'accentue entre 1839 et 1852 quand la New Zealand Company recrute des colons.

Ils seront 28.000 colons anglais à débarquer entre 1839 et 1852.

Mais cette fois, la colonisation est en marche et la population européenne passe de 2000 individus en 1839 à plus de 28 000 en 1852.

Les colons sont recrutés par la New Zealand Company qui installe des comptoirs et fonde les villes de Wellington, Nelson, New Plymouth et Christchurch.

La colonisation s'accélère entre 1839 et 1852.

À ce stade, et aussi incroyable que cela puisse paraître, seule l'Île du Nord est vraiment connue des Occidentaux !

Les Européens ont certes cartographié les contours de l'Île du Sud mais ne l'ont pas encore explorée sérieusement.

Ce sera la découverte d'importants filons d'or qui va attirer des aventuriers de tous les pays du monde et accélérer le peuplement.


La tentative de colonisation de l'Île du Sud de la Nouvelle-Zélande sera un échec cuisant.

La France décide de tenter une colonisation de l'Île du Sud en 1836.

En 1836, la France se réveille et un premier corps expéditionnaire achète des terres à une tribu maorie de l'Île du Sud pour une bouchée de pain.

Mais la scène politique est agitée et l'affaire traîne en longueur avant que le premier navire de colons ne parte en 1840 pour établir la présence française.

À quelques jours près, une grande partie de l'île du Sud de la Nouvelle-Zélande aurait pu appartenir à la France !

Les colons épuisés par la navigation commettent l'erreur de se ravitailler au Nord dans un port sous domination anglaise ...

On rencontre souvent des symboles français comme des drapeaux quand l'on se promène dans les environs d'Akaroa.

Il subsiste quelques traces de la présence française.

Conscients du danger, les Britanniques devancent leurs rivaux et l'Union Jack flotte déjà sur Akaroa lorsque les marins français débarquent. La chance a tourné et ne se représentera plus ! Les aspirants-colons sont naturalisés anglais, mais les rues du village portent aujourd'hui encore des noms français.


5Les guerres sanglantes avec les Maoris.

Les relations entre les maoris et les britanniques restent cordiales tant qu'il n'est question que de troc.

D'abord harmonieuses, les relations avec les Maoris vont dégénérer !

Jusqu'à présent, et si l'on passe sous silence la Guerre des Mousquets où ils étaient mouillés indirectement, les anglais entretiennent de bons rapports avec les Maoris. Le commerce avec les Pahekas (le mot maori qui désigne les étrangers) profite à tous.

Le traité de Waitangi garantit aux tribus la possession de leurs terres, notamment les zones de pêche et de chasse ou les sols sacrés.

Hélas, il n'est pas dans l'habitude des Anglais de s'installer quelque part sans prendre des libertés.

Peu à peu, le gouvernement de Sa Majesté ferme les yeux sur les abus de ses ressortissants, et ne joue pas son rôle d'arbitre impartial. Des terrains changent de main sans donner lieu à des contrats de vente, et le ressentiment grandi au sein de la population maorie.


Je n'ai rien contre les Anglais, mais il faut rappeler qu'ils ont agressé 90% des pays du monde durant leur Histoire.

La Guerre des mousquets et les Guerres maories vont considérablement réduire la population maorie.

Les Guerres vont décimer la population maorie en moins de cinquante ans.

La situation se dégrade et dégénère bientôt en conflit armé. Si les premiers combats relèvent de l'échauffourée, on compte bientôt une dizaine de morts par affrontement.

Ces Guerres maories vont durer jusqu'en 1870 et se solder par de lourdes pertes humaines du côté des tribus avec une population réduite de moitié en cinquante ans à peine.

Durant la même période, et malgré la violence du conflit, la présence britannique est multipliée par dix pour atteindre le nombre de 250.000 colons contre 50.000 Maoris seulement !


Les Maoris ne pouvaient pas combattre et cultiver leurs terres en même temps, et le manque de ravitaillement sera la principale raison qui mènera à la fin du conflit.

Les Anglais assiègent les forts maoris et bloquent le ravitaillement.

Comment résumer des décennies de guérillas qui impliquent des tribus dont les alliances vont et viennent au gré des défaites et des victoires ?

Parmi les faits marquants, il faut mentionner l'acte symbolique du chef Hōne Heke qui abat l'Union Jack à Flagstaff Hill pour hisser le drapeau des tribus unifiées.

La volonté de la couronne de reprendre la mainmise déclenche l'invasion du Waikato.

Les 14.000 soldats Anglais font face à la résistance acharnée de 4000 guerriers maoris retranchés dans des villages fortifiés.


Le terrain se prête bien à la guérilla, et de nombreuses embuscades sont organisées en forêt.

Les Maoris évitent les batailles rangées et privilégient la guérilla.

Le décompte macabre porte les morts à près d'un millier côté maori et 700 du côté anglais.

Des pertes presque équilibrées qui reflètent mal le caractère inégal de la lutte entre une armée de métier formée à la guerre coloniale et des tribus sans unité mais déterminées.

Une accalmie s'installe qui ne débouche pas sur la paix mais sur la Guerre de Taranaki.

Les Guerres maories sont marquées par des actes de cruauté de part et d'autre.

Les Britanniques adoptent cette fois la tactique de la terre brûlée. Les exactions les plus cruelles ont lieu quand l'armée anglaise cible les villages sans défense.

Les années qui suivent sont encore plus violentes et l'on assiste même au retour du cannibalisme rituel qui avait disparu durant la Guerre de Titokowaru.


Les camps retranchés maoris ne peuvent pas soutenir de longs sièges, surtout quand les Anglais ont recours au canon.

Les camps fortifiés maoris sont bombardés par les Britanniques.

La résistance maorie s'établit dans des enceintes fortifiées que les Anglais bombardent avant de juger plus efficace de couper les ravitaillements. L'épuisement mène à la fin du conflit, les Maoris ne pouvant subvenir aux besoins de leurs familles tout en faisant la guerre, tandis que les Britanniques bien approvisionnés continuent d'arriver en nombre.

Le conflit prend fin quand la population maorie n'est plus en état de faire la guerre.

Le souvenir des guerres perdure et il faut attendre 1975 pour assister à l'instauration d'un tribunal chargé de rétablir les Maoris dans leurs droits. Une manière pour les descendants des colons britanniques de réparer tant bien que mal les injustices et les atrocités d'autrefois.


6Vers l'autonomie et la modernité.

Le premier parlement de Nouvelle-Zélande tenait dans une simple maison.

Le parlement néo-zélandais se réunit en 1854 pour la première fois.

Avec la signature du traité de Waitangi, la Nouvelle-Zélande est passée sous la souveraineté de la couronne britannique. Pour gagner son autonomie, le pays va devoir franchir plusieurs étapes et le processus sera long.

En 1854 le premier parlement se réunit et commence à administrer le pays, mais il faut attendre un demi-siècle jusqu'en 1907 pour que le pays se voie accorder un statut de dominion. Enfin, la souveraineté est proclamée en 1947 au lendemain de la Seconde Guerre mondiale.

La Nouvelle-Zélande ne gagne son autonomie vis à vis de l'Angleterre qu'en 1947.

Le pays est alors dégagé de la tutelle britannique, excepté sur les questions diplomatiques et militaires. En d'autres termes, le Royaume-Uni n'intervient plus dans la politique intérieure mais garde la mainmise sur les relations extérieures, ce qui reste un moyen de contrôle très efficace pour un pays aussi isolé.


La Nouvelle-Zélande fut le premier pays au monde à accorder le droit de vote aux femmes, et il faudra attendre un demi-siècle de plus pour que le reste du monde suive le mouvement.

Les Néo-Zélandaises ont obtenu leur droit de votre en 1893.

Parallèlement à cette évolution constitutionnelle, la Nouvelle-Zélande fait rarement parler d'elle si ce n'est pour ses réformes progressiste et audacieuses.

Il fallait bien du courage pour être le premier état à accorder le droit de vote aux femmes en 1893, cinquante ans avant la France !

L'économie quant à elle tarde à décoller et ne prend son envol qu'avec l'invention de la réfrigération qui permet enfin l'exportation de la viande et du lait vers l'Europe. Une dépendance économique qui se paie cher lors de la crise de 1929 qui plonge le pays dans la récession.


Les soldats maoris se sont comportés avec héroïsme durant les guerres mondiales, ce qui ne les a pas empêchés de se faire décimer, notamment à Verdun.

Les bataillons Maoris seront décimés durant la Seconde Guerre mondiale.

Sur le plan militaire, la Nouvelle-Zélande envoie de la chair à canon (notamment des bataillons maoris héroïques) lors des deux Guerres mondiales et durant les principaux conflits ou les Britanniques sont engagés (Guerre des Boers, canal de Suez…).

Les Néo-Zélandais participent à toutes les Guerres menées par le Royaume-Uni.

Après la boucherie de 39-45, la transformation de la société est devenue palpable. Un signe qui ne trompe pas concerne la population maorie qui rompt avec ses habitudes et part s'installer en ville. La perte d'identité chez la jeunesse se traduit par la naissance de gangs et de tensions communautaires.


Les gangs néo-zélandais sont le reflet de la pauvreté qui sévit dans la communauté maorie, notamment dans la région de Gisborne.

Les gangs maoris sont le triste reflet des tensions communautaires.

Les décennies qui suivent voient le pays adopter une politique économique libérale radicale, qui met fin à l'étatisme d'antan. Le succès est au rendez-vous, mais les faibles salaires poussent les jeunes à s'expatrier en Australie (un phénomène enrayé à l'heure où j'écris ces lignes, l'écart entre les deux nations s'étant considérablement réduit).


7La Nouvelle-Zélande de nos jours.

La Nouvelle-Zélande s'est modernisée sans renier son passé et ses traditions.

La Nouvelle-Zélande contemporaine a gagné le pari de la modernité.

La Nouvelle-Zélande est devenue l'une des démocraties les plus prospères au monde, avec une qualité de vie exceptionnelle et une population accueillante. Des classements comme le Mercer placent même Auckland à la seconde place des villes les plus agréables à vivre.

La conscience écologique des Néo-Zélandais née avec l'affaire du Rainbow Warrior ne cesse de croître depuis.

Certains parcs nationaux sont conservés intacts, car la population refuse l'exploitation de mines ou la construction de barrages !

Récemment, une rivière a même obtenu un statut juridique qui lui reconnaît les droits d'une personne à part entière.

Les guerres font partie du passé et la Nouvelle-Zélande est devenue un pays pacifique.

L'avenir nous dira ce que les Kiwis feront des atouts extraordinaires que la nature leur a donnés. Même si l'autorité de la couronne se résume à peu de chose aujourd'hui, la population demeure attachée à l'Angleterre. Le rejet du référendum sur le projet de modernisation du drapeau en 2016 est révélateur d'un certain conservatisme.


Contre toute attente, les Neo-Zélandais ont refusé le projet de modernisation du drapeau du pays.

Les Néo-Zélandais ont choisi de conserver leur drapeau en 2016.

Enfin, difficile de ne pas s'offusquer du sort réservé aux Maoris par les Anglais durant la colonisation…

On rappellera toutefois que les Français de l'époque avaient aussi essayé d'acheter une partie de l'Île du Sud pour un millier de francs.

Le temps des empires est certes révolu, mais le passé demeure un sujet sensible sur lequel un étranger ne peut guère s'exprimer sans risquer l'anachronisme. Faut-il idéaliser une société maorie violente ou l'écriture n'existe pas et où l'on meurt à 35 ans si l'on a survécu aux guerres tribales ?


La communauté maorie possède sa propre chaîne de télévision, et l'apprentissage de sa langue connaît un regain de popularité.

Le drapeau maori flotte aussi devant le parlement à Wellington.

On aurait tort de sous-estimer l'importance du rugby qui a permis de souder la population autour des All Blacks.

Il n'en demeure pas moins que tous les problèmes ne sont pas réglés, et la pauvreté frappe surtout la communauté maorie.

De nombreuses restitutions de terres aux tribus ont eu lieu depuis les années 80, et les tensions se sont apaisées peu à peu.

Les Maoris d'aujourd'hui se considèrent avant tout comme des Néo-Zélandais et le pays est tourné vers l'avenir.


Le rugby est en quelque sorte le ciment qui rapproche les communautés.

Le rugby rassemble toute la population derrière son équipe nationale.

Bien entendu, le voyageur de passage ne verra rien de tout cela, tout comme le touriste qui admire la tour Eiffel ne perçoit qu'une image partielle de l'Histoire de France.

Le passé de la Nouvelle-Zélande comporte une part d'ombre, et la force de ses habitants est d'avoir réussi à se réconcilier pour construire une grande démocratie prospère.


Guillaume Le Nistour, Kiwipal
Un article de Guillaume Le Nistour.
Fondateur de Kiwipal, Guide de Voyages Nouvelle-Zélande.
guillaume

Questions & Réponses.

Que puis-je faire pour vous aider ? Quand on découvre un pays aussi pacifique, il est difficile d'imaginer combien il aura fallu de conflits pour aboutir à ce résultat ! Vous voulez en savoir plus ? Écrivez-moi !

Poser une question à Ben

  • Tous les sujets ... 6 réponses au total
  • Langues du pays 2 réponses
  • Les guerres maories 2 réponses
  • La Nouvelle-Zélande aujourd'hui 2 réponses

Langues du pays

  • Est-ce que l'on parle français en Nouvelle-Zélande ?

    Non, car les colons français qui ont débarqué à Akaroa étaient trop peu nombreux et ils ont vite été assimilés par les Anglais.

  • Est-ce que l'on parle maori en Nouvelle-Zélande ?

    Seule une petite minorité de la population (environ 4%) parle le maori. Et ceux qui parlent le maori parlent aussi anglais.

Les guerres maories

  • Les Maoris pouvaient-ils gagner la guerre ?

    Il aurait fallu éviter la Guerre des mousquets qui a affaibli les tribus, et s'en prendre aux Anglais quand ils étaient encore en minorité. Certains Historiens affirment que le modèle tribal était de toute manière inadapté contre l'organisation militaire occidentale. Dans cette optique, la colonisation aurait eu lieu tôt ou tard.

  • Les Maoris étaient-ils cannibales ?

    Oui, et la société dans laquelle ils vivaient était organisée pour faire face aux batailles entre tribus. Il ne faut pas non plus idéaliser la société ou la culture maorie où l'espérance de vie des hommes était faible, et où l'écriture n'existait pas.

La Nouvelle-Zélande aujourd'hui

  • Où est célébrée la fête nationale ?

    Le 6 février commémore la signature du traité dans la Baie des îles en 1840. C'est l'acte fondateur de la Nouvelle-Zélande.

  • Que signifie le drapeau maori ?

    On l'appelle à l'origine Tino rangatiratanga, puis M?ori national flag en 2010, date à laquelle il est autorisé à flotter devant le parlement de Nouvelle-Zélande. D'abord créé en signe de protestation en 1990 par des groupes activistes maoris, il conserve aujourd'hui son caractère revendicatif, sans être pour autant indépendantiste.

Photo de guillaume à la montagne

Posez vos questions à Guillaume.

Expert Nouvelle-Zélande

L'Histoire du pays a toujours fait l'objet de controverses et ce bref article n'a pas pour vocation de vous permettre de débattre avec un Néo-Zélandais, surtout s'il est d'origine maorie.

Il s'agit avant tout de mieux comprendre la culture du pays, et peut-être de vous donner envie d'en savoir plus.

Auquel cas, la visite du musée Te Papa de Wellington vous comblera.

Ma découverte de la Nouvelle-Zélande date de 1997. Je partage depuis mon expérience sur Kiwipal avec d'autres passionnés.

Notre mission est de vous emmener hors des sentiers battus en proposant des voyages sur mesure.

Je pose une question ▸

Liens pratiques

Plus d'informations à consulter sur le sujet avant de partir.

Photo de guillaume à la montagne

Votre voyage en Nouvelle-Zélande :

Kiwipal vous aide à préparer un séjour en Nouvelle-Zélande sans agence de voyages.

Vous économisez jusqu'à 30% sur votre budget vacances en éliminant les frais d'agence.

Je contacte Guillaume

Rejoignez-nous !

Abonnez-vous au groupe des voyageurs passionnés par la Nouvelle-Zélande.

Expert certifié de la destination

Une question ?

Demandez conseil aux experts de la Nouvelle-Zélande :

Je pose une question ▸
Adresse email erronée ou message trop court !
Message envoyé !
Un conseiller Kiwipal vous répondra dans les plus brefs délais. Merci !
Haut de la page
Vos articles favoris
Vous pouvez construire une liste de vos articles favoris.
Cliquez sur le bouton « ajouter aux favoris » dans la page de votre choix. Votre liste sera sauvegardée même si vous quittez le site.
J'ai compris !