New Plymouth | Quelles visites et activités
13 AVIS
Merci !

New Plymouth et l'ascension du volcan Taranaki.

Guide de la visite

Guillaume Le Nistour, certifié expert par l'office de tourisme
Par Guillaume Poser une question Contact Expert Nouvelle-Zélande

Au coeur du Taranaki

Le Mt Egmont a été baptisé par le capitaine Cook lors de son passage en 1770.
Le mont Egmont trône au centre de la région du Taranaki.

New Plymouth (Ngāmotu en maori) est la capitale du Taranaki, une vaste région de la côte ouest de l'île du Nord de la Nouvelle-Zélande, injustement méconnue des touristes étrangers qui se précipitent plutôt au Tongariro Crossing avant de filer directement vers Wellington.

Et pourtant, cette petite ville côtière qui doit son nom aux premiers colons occidentaux à la particularité d'être à seulement une demi-heure de route de la montagne.

Dès lors, il devient possible (comme à Kaikoura sur l'île du Sud) de skier le matin et d'aller surfer à la plage l'après-midi !

Il est possible de pratiquer les sports d'hiver comme les activités de plage.
New Plymouth se situe entre la mer de Tasman et le volcan Taranaki.

En réalité, New Plymouth ne se trouve pas au pied d'une montagne, mais bel et bien d'un volcan et pas de n'importe lequel !

Le « Te Maunga O Taranaki » a été rebaptisé en Mt Egmont par le capitaine Cook en hommage à John Perceval, second comte d'Egmont, mais les kiwis l'appelle simplement le « Taranaki ».

Au repos depuis sa dernière éruption en 1755, le Taranaki possède une symétrie saisissante qui évoque le célèbre Mt Fuji du Japon.

Le « Dernier Samourai » avec Tom Cruise a été filmé en Nouvelle-Zélande en exploitant justement la ressemblance entre les deux sommets.
Le panorama avec le volcan fait désormais partie des lieux les plus photographiés de l'île du Nord.
La région a vu sa popularité grimper en flèche depuis quelques années.

L'Egmont National Park sur les flancs du volcan propose d'innombrables randonnées que l'on peut improviser dans la forêt des Gobelins et d'autres, plus exigeantes, qui se déroulent sur plusieurs jours notamment au Pouakai Crossing.

Ce guide va naturellement vous emmener à la découverte de la ville de New Plymouth, mais sans s'y attarder, car la région regorge de merveilles bien plus attractives même si elles sont parfois excentrées comme au Phare du Cap Egmont ou à la plage des Three Sisters.

Les Three Sisters et l'Elephant Rock sont des rochers imposants en bord de mer.
Les plages de la côte Ouest présentent de superbes formations rocheuses.

Puis nous prendrons la route en direction du Mt Egmont avec une brève escale au lac Mangamahoe avant de découvrir les forêts mystérieuses qui recouvrent les flancs du volcan.

Les plus téméraires pourront même se lancer à l'assaut du sommet en empruntant la Taranaki Summit Track pour grimper au-dessus des nuages et devenir les maîtres du monde.

Région du Taranaki
Découvez les plus beaux paysages de la région. Un film de Michael Schollum
Location de voiture en Nouvelle-Zélande Location de voiture Nouvelle-Zélande Louez une voiture
À partir de 29 € par jour seulement. À partir de 29 € TTC
VOIR LES TARIFS RÉSERVER VOIR

Visite de New Plymouth

New Plymouth est une ville industrielle qui n'est pas laide, loin s'en faut, mais sans charme particulier.
La ville alterne les bâtiments anciens et les constructions modernes.

Fortifiée durant la guerre du Taranaki des années 1860, New Plymouth est aujourd'hui une ville paisible de 60.000 habitants qui mise sur la qualité de vie. Pour les voyageurs en revanche, l'agglomération fait surtout office de camp de base.

À l'échelle de la Nouvelle-Zélande, New Plymouth a la réputation d'être une cité industrielle importante, mais qui ne saurait être comparée avec les grandes métropoles comme Auckland ou Christchurch.

Elle ne possède à première vue aucun charme particulier et l'on chercherait vainement un véritable centre-ville dans une agglomération traversée par une State Highway comme le serait une banale bourgade de province.

Le centre-ville concentre tous les types de commerces.
New Plymouth possède cette atmosphère paisible des villes de provinces.

Cette entrée en matière vous aura sans doute laissé perplexe quant à l'intérêt de se rendre sur place, mais l'attrait de New Plymouth repose essentiellement sur ses plages, son vaste parc et ses quelques musées.

De toute manière, comme vous n'allez vraisemblablement passer qu'une seule nuit sur place, les quelques centres d'intérêts de la ville (au demeurant excellents) suffiront amplement à occuper les quelques heures dont vous disposerez en arrivant en fin de journée.

Découverte de New Plymouth
Les principales visites de New Plymouth. Une vidéo de 100% Pure New Zealand

Dans ces conditions, New Plymouth est une étape tout à fait agréable, surtout si l'on profite de l'occasion pour suivre sa « Coastal Walkway » dont je parlerais plus en détail.

La Clock Tower

Mitoyenne de l'ancien bureau de poste bâtie en 1906, la Clock Tower de Robe Street Park a connu un étrange destin, car elle fut fragilisée par un séisme puis démolie en 1969 avant d'être reconstruite à l'identique en 1985 en récupérant même sa cloche d'origine.

Démolie en 1969 mais reconstruite en 1985 à l'identique, la Clock Tower est indissociable de New Plymouth.
La tour de l'horloge est l'un des monuments célèbres de la ville.

Magnifiquement éclairée en soirée avec ses étages colorés, cette horloge que l'on peut gravir en empruntant un escalier était jadis le monument le plus célèbre de la ville.

Le Len Lye Centre construit juste en face lui a volé la vedette et il suffit désormais de traverser Devon St pour changer résolument d'époque et de style.

Clock Tower en 1969
Une archive montrant la destruction de la tour de l'horloge en 1969. Réalisé par Uncle Roy Lovell's
MonumentClock Tower
Adresse2 Robe Street, New Plymouth
TarifGratuit

Le Len Lye Centre

Ouvert en 2015 dans le prolongement de la Govett-Brewster Art Gallery, le Len Lye Centre possède une façade en acier inoxydable ondulé de quatorze mètres de haut qui reflète le paysage et la Clock Tower comme dans un miroir !

Ce musée d'art contemporain est consacré à un artiste néo-zélandais majeur.
Le Len Lye Centre est le bâtiment le plus célèbre de New Plymouth.

Dédiée exclusivement aux oeuvres de l'artiste contemporain néo-zélandais, sculpteur et réalisateur de films d'animation avant-gardistes expérimentaux, la galerie intérieure se révèle on ne peut plus dépouillée et ne trouvera sans doute grâce qu'auprès d'une clientèle de visiteurs avertis.

Len Lye Centre et musées
Présentation du Len Lye Centre et de ses expositions. FIlmé par la Govett-Brewster Art Gallery

Les autres voyageurs en quête d'oeuvres d'art plus traditionnelles et en rapport avec la culture maorie se contenteront d'admirer la façade du Len Lye Centre, stupéfiante au demeurant, puis mettront le cap sur le musée Puke Ariki voisin qui retrace l'histoire de la région tant sur le plan culturel que volcanique.

Intéressant, le Puke Ariki ne saurait toutefois rivaliser avec le Te Papa de Wellington ou le musée de Rotorua.
MuséeLen Lye Centre
Adresse42 Queen Street , New Plymouth
Site officielSite officiel
Horaires7j/7 de 10:00 à 17:00
Tarif adulte15 $
Tarif 65 ans10 $
Tarif -16 ansGratuit
Louer un Camping-car en Nouvelle-Zélande Location camping-car Nouvelle-Zélande Camping-car
À partir de 39 € par jour seulement. À partir de 39 € TTC
VOIR LES TARIFS RÉSERVER VOIR

Détente au Pukekura park

La maison de thé comme le lac du Pukekura park méritent le détour.
Le Pukekura park est un vaste jardin en plein centre-ville.

Plus intéressant, le Pukekura park est un vaste domaine de 52 hectares en plein centre-ville où les arbres poussent en profitant du riche sol volcanique de la région.

Sans égaler la magnificence des jardins botaniques de Christchurch, Wellington ou Dunedin, le Pukekura park se révèle néanmoins somptueux et sa collection de plantes et d'arbres exotiques en fait l'attraction principale de New Plymouth.

Vous pouvez louer des barques pour naviguer sur le lac du parc.
Le pont des poètes est resté le même depuis 1884.
Pukekura park
Visite dans le parc de Pukekura à New Plymouth. Un filme de Real New Zealand Adventures

Plusieurs chemins permettent d'arpenter le parc et les visiteurs peuvent franchir le pont des poètes demeuré inchangé depuis 1884 pour rejoindre un petit lac ornementé d'une fontaine.

À deux pas, la maison de thé accueille les visiteurs depuis 1930 et permet d'admirer les couples qui louent des barques pour rejoindre une jolie cascade.

L'entrée de ce spectacle de sons et lumières est gratuite.
Le festival des lumières a lieu chaque année dans le Pukekura Park.

En décembre de chaque année depuis 1993, le Pukekura park accueille plus de 100.000 spectateurs pour son festival des lumières.

Dès la tombée de la nuit, un spectacle de sons et lumières gratuit émerveille petits et grands avec des teintes colorées et des sculptures audacieuses qui engendrent une atmosphère féerique.

Festival des lumières
L'édition récente du festival des lumières dans le Pukekura park. Un reportage d'Ethan Griffiths

Et si le festival des lumières coïncide avec le début de l'été, le « World of Music Arts and Dance » qui se tient à la mi-mars annonce quant à lui le début de l'automne.

Initié en 1982, le WOMAD a été associé a plus de 160 festivals dans le monde entier et son édition néo-zélandaise a lieu systématiquement dans le Pukekura park où il attire plus de 80.000 spectateurs chaque année.

WOMAD festival
Les concerts du WOMAD dans le Pukekura park. Une vidéo de WOMAD New Zealand
JardinPukekura park
Adresse10 Fillis Street, New Plymouth
Site officielSite officiel
Horaires7j/7 et 24h/24
TarifGratuit
Assurance Voyage en Nouvelle-Zélande Assurance Nouvelle-Zélande Assurance Voyage
À partir de 22 € seulement. À partir de 22 €
PROMO -5% OFFRE -5% VOIR

Promenade sur la Coastal Walkway

Cette promenade s'adresse aussi bien aux marcheurs qu'aux cyclistes.
La Coastal Walkway longe l'intégralité de New Plymouth sur 13 kilomètres.

New Plymouth est au bord de la mer de Tasman. Avec une promenade dans le centre rapidement bouclé, il devrait vous rester suffisamment de temps libre pour découvrir la grande promenade qui longe la côte et la ville dans toute sa longueur.

Cette « Coastal Walkway » qui s'étire sur 13 km permet de relier les quartiers de Bell Mouth et le port de Taranaki. Idéale pour les cyclistes du dimanche, vous n'aurez néanmoins probablement pas le temps de la parcourir à pied en entier...

New Plymouth mise depuis plusieurs années sur la qualité de vie avec la construction de nombreuses pistes cyclables.
Il faut louer des vélos pour profiter pleinement de cette promenade.

Mais peu importe ! Les deux principaux centres d'intérêt de la Coastal Walkway sont accessibles en transport et vous pourrez aisément enchaîner ces deux visites en profitant du panorama splendide sur la mer.

Coastal Walkway
L'essentiel de la Coastal Walkway de New Plymouth. Réalisé par The Kiwi Bloke Review
PromenadeCoastal Walkway
Adresse1 Hakirau Street, New Plymouth
Site officielSite officiel
Horaires7j/7 et 24h/24
TarifGratuit

Traversée du Te Rewa Rewa Bridge

Le Te Rewa Rewa qui constitue la première étape de la Coastal Walkway est sans aucun doute le monument de New Plymouth le plus photographié.

Finalement assez récent (il date de 2010) ce pont de 83 m dédié aux cyclistes et aux piétons enjambe la Waiwhakaiho River qui se jette plus loin dans la mer.

Construit sur un site sacré qui vit les Maoris et les pahekas (les colons anglais) s'affronter durant la guerre des mousquets, le pont rend hommage aux morts qui prirent part au conflit.
Conçu par Peter Mulqueen, ce pont audacieux est réservé aux pietons et aux cyclistes.
Le Te Rewa Rewa Bridge est aligné avec le Mt Taranaki.

L'architecture qui forme une arche est dotée de 19 branches en acier qui évoquent à la fois un squelette de baleine et le mouvement d'une vague.

Avec un mont Taranaki parfaitement aligné à l'horizon dans l'axe du pont, l'oeuvre de Peter Mulqueen surprend les visiteurs par son audace. 

Te Rewa Rewa Bridge
Survol du célèbre pont Te Rewa Rewa avec un drone. Un film de Dean harrison

Ascension du Paritutu Rock

Il suffit de reprendre la route quelques minutes pour rejoindre le Paritutu Rock qui sépare la plage de surfeur de Back Beach et celle plus familiale de Ngamotu Beach.

Découvert par le capitaine Cook en 1770, cet imposant rocher de 156 mètres de haut est en réalité un ancien cratère de volcan rongé par l'érosion depuis 1,75 million d'années.

La fin du parcours est difficile et déconseillée aux personnes qui ont le vertige.
L'ascension du Paritutu Rock est possible mais demande quelques efforts.

L'ascension qui est gratuite se réalise en un petit quart d'heure à peine, mais au prix d'un effort certain : la pente raide étant exposée aux rayons du soleil continuellement.

La couche d'ozone est plus mince au-dessus de la Nouvelle-Zélande, facilitant les coups de soleil si l'on néglige de s'enduire d'une protection UV à l'indice maximal.

Les chaussures de randonnées sont recommandées et la fin du parcours implique une petite phase d'escalade à l'aide d'une chaîne accrochée dans la roche.

Le sommet était jadis occupé par un camp fortifié maori.
Le sommet du Paritutu Rock offre un panorama dégagé sur 360°.

Les visiteurs qui connaissent la peur du vide devront renoncer, mais les autres seront récompensés en rejoignant un sommet jadis applani par les Maoris qui disposaient d'un camp retranché.

Par beau temps, la vue dégagée à 360° permet d'admirer aussi bien New Plymouth que le Taranaki et même les lointains sommets du Tongariro qui se trouvent pourtant à 130 kilomètres !

Du côté de la mer, on aperçoit au large les sept « Sugar Loaf Islands » qui s'avère être des vestiges du même volcan éteint.

Sortez vos jumelles pour repérer les dauphins et parfois même les baleines qui remontent à la surface.
Paritutu Rock
Découvre le Paritutu Rock au bord de la mer de Tasman. Une vidéo de Jared Newall

Cette visite que l'on prolonge souvent par un pique-nique sur le sable marque la fin des principales activités recommandées à New Plymouth.

Je vais à présent vous emmener à la découverte de la région avec trois escales qui ont toutes en commun d'offrir des points de vue magnifiques sur le Mt Egmont.

ExcursionParitutu Rock
AdresseCentennial Drive, Spotswood, New Plymouth
Horaires7j/7 et 24h/24
TarifGratuit
Location de voiture en Nouvelle-Zélande Location de voiture Nouvelle-Zélande Louez une voiture
À partir de 29 € par jour seulement. À partir de 29 € TTC
VOIR LES TARIFS RÉSERVER VOIR

Excursion au phare du cap Egmont

C'est en 1642 que ce cap sera pour la première fois tracé sur la carte du monde.
Le cap Egmont marque l'arrivée des premiers Occidentaux.

En 1642, après des mois d'une navigation périlleuse, le célèbre navigateur Abel Tasman aperçoit enfin une terre paradisiaque qu'il baptise « Nieuw Zeeland » tandis que son voilier longe le rivage où sera érigée New Plymouth deux siècles plus tard.

En suivant cette même côte en direction du sud sur 45 kilomètres (cette fois par la route), le voyageur peut rejoindre le cap que le capitaine avait tracé sur sa carte, découvrant sans le savoir la dernière terre encore inconnue des Occidentaux.

Si le domaine est privé, l'accès au phare est en revanche autorisé.
Les pâturages devant le phare ne sont pas accessibles au public.

Le parking (gratuit) le plus proche du cap est perdu au milieu de nulle part et le GPS ne sera pas de trop pour arriver à bon port.

Un sentier qui part sur la droite mène rapidement au meilleur point de vue sur le Cap Egmont et son phare emblématique.

Si vous aimez ce paysage, nous vous recommandons le phare du cap Palliser.
Le phare du cap Egmont est l'un des plus beaux de Nouvelle-Zélande.
Le phare semble veiller aussi bien sur la mer que sur le volcan.

En réalité, ce n'est pas tant le phare qui impressionne, mais surtout la silhouette imposante du volcan Taranaki en arrière-plan.

Le phare en lui-même peut-être rejoint en traversant une ferme privée dont l'entrée se situe à une courte distance du parking.

Ne vous laissez pas intimider par la barrière et montrez-vous courtois.
Une entrée en bord de route permet de rejoindre le phare.

Préfabriqué à Londres puis acheminé par navire, le phare en fonte de 20 m de haut est d'abord érigé en 1864 à proximité de Wellington.

Souvent confondu avec un phare voisin, il engendre plus de naufrages qu'il n'est censé en éviter et sera déplacé à son emplacement actuel en 1877 pour trouver enfin son utilité en étant visible à 40 km au large !

Phare du Cap Egmont
Survolez le phare du cap Egmont avec le volcan au loin. Un film de Bevin Lealand

Hélas! Le phare ne se visite pas et les rafales qui balayent la côte lorsque la tempête menace vous arracheraient pratiquement l'appareil photo des mains : le prix à payer sans doute pour contempler l'un des plus beaux paysages de toute l'île du Nord.

Les locaux craignent le camping sauvage dans cette région, alors n'oubliez pas de demander la permission pour rejoindre le phare.
VisitePhare du Cap Egmont
Adresse377-379 Cape Road, Pungarehu, Taranaki
HorairesDe 09:00 à 17:00
TarifGratuit
Louer un Camping-car en Nouvelle-Zélande Location camping-car Nouvelle-Zélande Camping-car
À partir de 39 € par jour seulement. À partir de 39 € TTC
VOIR LES TARIFS RÉSERVER VOIR

La plage des Three sisters

La mer gagne peu à peu du terrain en grignotant la roche siècle après siècle.
Les falaises et rochers de la côte sont rongés par l'érosion.

Au nord de New Plymouth, à une heure de route en direction de Tongaporutu se trouve une plage de sable noir volcanique où s'élèvent d'étranges rochers.

Le cadre, peut-être encore plus beau qu'au cap Egmont, mérite bien de parcourir 70 km sur une State Highway 3 sinueuse qui franchit le Mount Messenger en empruntant des tunnels.

Une route de gravier (Pilot Road) longue d'un kilomètre rejoint un petit parking gratuit d'où l'on peut gagner la plage en quelques minutes.

Encore faut-il ne pas manquer le panneau indicateur sur Clifton Road qui mentionne les "Three Sisters".
Tenez compte de l'horaire des marées avant de partir explorer des grottes.
De nombreuses grottes marines sont accessibles à marée basse.

La surprise est de taille, avec des falaises orangées d'où émergent des coquillages, des fossiles et même quelques boulders comme ceux de Moeraki sur l'île du Sud.

À peine plus loin se trouve une arche creusée dans la roche que l'on franchit pour découvrir les « trois soeurs » et l'immanquable Mt Taranaki dont le sommet lointain accroche les nuages.

La visite de la plage n'est envisageable que durant quelques heures à marée basse.
Les Three Sisters sont entourées par la marée montante.

Le nom du lieu mériterait d'être révisé ! Bizarrement, les « Three sisters » étaient jadis incarnées par quatre rochers de 25 mètres de haut à l'écart des falaises sur la plage.

L'une de ces merveilles a été emportée en 2003 lors d'une violente tempête et une seconde fragilisée par l'érosion s'est effondrée suite à un séisme.

Un nouveau rocher émerge de la falaise et l'on pourra bientôt à nouveau parler des Three Sisters !
Seuls deux des trois rochers subsistent depuis un récent séisme.

Plus loin, un autre rocher fascinant qui ressemblait autrefois à un éléphant a perdu sa trompe en 2016, mais demeure très photogénique.

Malgré ses transformations récentes, le paysage reste exceptionnel et comporte même quelques grottes marines que l'on peut explorer à marée basse !

Gardez vos distances avec les falaises fragilisées par l'érosion.
Three sisters sur la plage
Randonnée sur la plage des Three sisters. Filmé par Michael Schollum

Il faut souligner l'importance de la marée pour visiter la plage, car la mer remonte très vite et ne laisse guère qu'un créneau de 2 h pour explorer les rochers sans danger, notamment l'Elephant Rock qui est plus avancé au large.

Planifier sa visite est donc rigoureusement indispensable et tout le monde n'aura pas le luxe d'admirer les « Three sisters » (du moins ce qu'il en reste) au crépuscule quand le soleil couchant fait rougeoyer les falaises.

Si vous jouez de malchance, sachez qu'il est possible de contempler ces formations rocheuses à partir d'un point de vue indiqué sur Pilot Road.
VisiteThree Sisters
AdresseClifton Road, Tongaporutu
HorairesSelon les marées
TarifGratuit
Assurance Voyage en Nouvelle-Zélande Assurance Nouvelle-Zélande Assurance Voyage
À partir de 22 € seulement. À partir de 22 €
PROMO -5% OFFRE -5% VOIR

Escale au lac Mangamahoe

Ce lac jadis interdit au public accueille désormais randonneurs et cyclistes.
Le lac Mangamahoe avec sa vue imprenable sur le volcan.

Il est temps de mettre le cap sur le Mt Egmont et son parc National d'exception, mais une dernière escale incontournable au lac Mangamahoe s'impose pour admirer le volcan de plus près.

Le lac Mangamahoe se trouve à dix petites minutes en voiture de New Plymouth, mais demeurait étonnamment interdit au public jusqu'en 1990.

Un circuit de randonnée que l'on peut suivre aussi bien à pied qu'à vélo (ou même à cheval) réalise le tour du lac sur six kilomètres en deux heures avec quelques parties difficiles.

Le lac Mangamahoe est l'un des plus beaux du pays avec le Lake Matheson.
Aussi surprenant que cela puisse être, ce paysage paradisiaque a été créé par l'Homme.
Le lac est artificiel et la forêt a été plantée avec des arbres californiens.

Plusieurs points d'entrées dans le parc existent, mais celle de l'Upper ridge est à privilégier, car elle permet de rejoindre aisément une section en hauteur qui offre la plus belle vue que l'on puisse imaginer sur le Mt Taranaki et le lac Mangamahoe.

Les parkings sont gratuits et possèdent des toilettes publiques et des tables de pique-nique.
Cette variété d'arbre se rencontre également dans la forêt de Rotorua.
Le Californian Redwood s'adapte parfaitement au climat néo-zélandais.

Un paysage sublime qui semblera quelque peu étrange aux visiteurs qui connaissent bien la flore du pays ! Et ils auront raison, car seul le volcan possède une origine naturelle !

Le lac de 31 hectares alimenté par les rivières Waiwhakaiho et Mangamahoe (d'où le nom du lac) a été conçu par l'homme pour les besoins d'un barrage en 1931.

Lac Mangamahoe
De magnifiques plans aériens sur le lac Mangamahoe. Une video par The Life & Times of Patrick

Qui plus est, la forêt de 100 hectares qui entoure le lac n'est pas composée d'arbres endémiques, mais de variétés de Pin de Monterey et de Californian Redwoods, des arbres américains qui avaient déjà démontré leur parfaite accoutumance au climat néo-zélandais dans les environs de Rotorua.

Autrement dit, c'est un paysage incroyable qui évoque à la fois les USA et la Nouvelle-Zélande, d'où son caractère singulier, inclassable et néanmoins sublime ! 

Prenez garde toutefois, car l'accès au lac est fermé en fin de journée !
VisiteLake Mangamahoe
AdresseLake Mangamahoe Road
TarifGratuit
Horaires avr-sept07:00 à 18:00
Horaires oct-mar07:00 à 20:30
Location de voiture en Nouvelle-Zélande Location de voiture Nouvelle-Zélande Louez une voiture
À partir de 29 € par jour seulement. À partir de 29 € TTC
VOIR LES TARIFS RÉSERVER VOIR

Randonnées dans la forêt des Goblins

Le parc du Mt Egmont regorge de sentiers de randonnées à la difficulté variable.
Le volcan Taranaki se trouve à moins d'une heure de New Plymouth.

Nous entrons cette fois dans le vif du sujet avec le parc national du Mt Egmont et sa forêt des Goblins dont les arbres poussent sur les flancs du volcan à 45 min, soit seulement 50 km de New Plymouth.

Parmi les innombrables randonnées à 1000 mètres d'altitude, il en existe trois qui sont suffisamment brèves pour convenir aux voyageurs qui ont un emploi du temps chargé, mais souhaitent malgré tout en prendre plein les yeux.

Les pistes de Kamahi Loop Track, Wilkies Pools Track ou Dawsons Falls Track sont aisément accessible et sans faire la course si l'on dispose de deux ou trois heures à leur consacrer.

La dernière éruption du volcan date probablement du 18e siècle.
On repère aisément les anciennes coulées de lave sur les flancs du volcan.

Ces trois visites sont reliées entre elles par des sentiers de randonnées aménagés et parfaitement balisés avec des ponts de bois.

L'ensemble du parcours couvre toutefois plus de 12 km A/R, mais vous pourrez économiser du temps en rejoignant les différents points de départ en transport. De la sorte, chaque visite occupera 15 à 30 minutes en moyenne et vous pourrez aller directement à l'essentiel.

Forêt des Goblins
Randonnée au coeur de la forêt des Goblins. Une oeuvre de Brown Kiwi Productions

Néanmoins, si vous préférez éviter de reprendre la route, il est possible de combiner la Kamahi Loop Track et la Wilkies Pools Track ou bien la Wilkies Pools Track et la Dawsons Falls Track.

Vous pouvez tout aussi bien vous contenter d'une simple visite à Kamahi Loop Track pour vous imprégner de l'atmosphère de la forêt des Goblins.

Avec tout ce choix, vous êtes peut-être un peu perdu et c'est normal ... Alors pour vous aider, je vais vous présenter chaque randonnée plus en détail.

Kamahi Loop Track

Kamahi Loop Track est souvent présentée comme la forêt des Goblins à part entière dans les guides de voyage alors qu'il ne s'agit que de l'une de ses nombreuses pistes de randonnée.

La forêt des goblins possède une atmosphère envoutante.
La Kamahi Loop Track est la piste la plus connue de la forêt des Goblins.

C'est avant tout la randonnée la plus facile à suivre du parc avec une boucle d'à peine 600 m qui se parcoure en moins d'une demi-heure (et même un quart d'heure en pressant le pas).

Le sentier débute juste après la « Stratford Mountain House » après avoir parcouru une quinzaine de kilomètres sur Pembroke Road (il suffit de guetter le panneau qui indique le point de départ).
La forêt des Goblins ressemble beaucoup à celle du Fiordland.
L'humidité favorise la mousse qui recouvre les troncs d'arbres.

Si courte soit-elle, la Kamahi Loop Track n'en est pas moins extraordinaire et constitue une surprise de taille pour le voyageur qui n'imagine pas découvrir une végétation aussi dense en altitude.

Le Mt Taranaki a connu une dernière éruption il y 400 ans dont l’intensité fut telle que toute la forêt de l'époque fut littéralement balayée par la lave.

La végétation qui a repoussé de manière chaotique sur un sol irrégulier forme désormais un véritable labyrinthe qui voit la mousse recouvrir le moindre centimètre carré.

La végétation est parfois étonnante avec d'étranges formes de lierre.
Le caractère féérique de la forêt des Goblins saute aux yeux.

L'atmosphère féérique avec ses jeux de lumière explique le surnom de cette forêt où l'on pourrait s'attendre à voir surgir des créatures féériques à la tombée de la nuit. 

Les connaisseurs du pays seront d'ailleurs saisis d'étonnement en constatant la forte ressemblance avec les forêts impénétrables du Fiordland sur l'île du Sud.

RandonnéeKamahi Loop Track
DépartParking, Pembroke Road
TarifGratuit

Wilkies Pools Track

De l'avis général (que je partage), la randonnée qui mène aux Wilkies Pools est encore plus belle que la Kamahi Loop Track avec cette fois de petites cascades qui remplissent des bassins.

L'eau est trop fraîche pour se baigner, mais personne ne vous interdit d'essayer !
Les Wilkies Pools coulent sur d'anciennes coulées de lave solidifiées.

Ces bassins des Wilkies Pools ont été formés par une coulée de lave il y a plus de 20.000 ans.

Une sorte de toboggan naturel permet même de s'y laisser glisser, mais seuls les plus téméraires oseront se baigner dans une eau si fraîche (glaciale) même au coeur de l'été (nous sommes tout de même à près de 1000 m d'altitude).

Le sommet enneigé du Taranaki ajoute encore à la beauté du lieu, mais prenez garde à ne pas chuter en marchant sur les rochers couverts de mousse humide lorsque vous prenez vos photos.
Aucune raison d'avoir peur, les ponts sont solides !
Il faudra franchir des ponts suspendus lors de cette randonnée.

Le sentier débute à 100 m du « Dawson Falls Visitor Centre », une sorte d'office du tourisme où l'on peut demander conseil sur les randonnées de la région. 

Toutefois, si la piste parfaitement aménagée s'avère facile à suivre jusqu'aux bassins, le reste du parcours est autrement plus délicat avec une rivière Kapuni à traverser en sautant de rocher en rocher.

Si l'exercice est aisé par beau temps, de mauvaises conditions météo (fortes pluies la veille) peuvent rendre la traversée périlleuse ou impossible. C'est pourquoi je recommande de ne pas achever la boucle et rebrousser chemin.

RandonnéeWilkies Pools Track
DépartParking, Dawsons Falls
TarifGratuit

Dawsons Falls Track

Les chutes de Dawsons sont la récompense d'une belle randonnée de presque une heure de marche (1.8 km A/R soit 50 min) en bifurquant depuis la Kapuni Track.

Il existe un raccourci pour rejoindre plus rapidement la chute.
La chute de Dawsons tombe de 18m de haut.

Mais le sentier présente l'inconvénient majeur d'être particulièrement boueux par mauvais temps, rendant indispensable le port de chaussures de randonnées étanches (de type Gore-Tex) qu'il ne faudra pas craindre de salir pour autant.

Prévoyez toujours un sac plastique pour ne pas salir le coffre de votre véhicule au retour.
Prenez garde à ne pas glisser en traversant les rivières.
De petites cascades sont disséminées le long du sentier.

Un long escalier en bois permet de rejoindre la base de la chute qui tombe de 18 m de haut. Ce panorama est le plus intéressant désormais, car si les guides mentionnent un second observatoire plus loin après l'escalier, la végétation qui s'est développé ces dernières années bouche désormais pratiquement la vue.

Sur Kiwipal, nous n'avons pas pour habitude de suggérer des raccourcis, mais compte tenu de l'état du sentier, il est recommandé de guetter le panneau du Département de la Conservation lorsque l'on emprunte la Manai Road en direction du « Dawson Falls Visitor Centre ».

Dawsons Falls
Découverte des Dawsons Falls dans le Taranaki. Un reportage de Chris Quimbo

La place est suffisante pour stationner sur le bord de la route d'où part une courte promenade d'une dizaine de minutes qui mène directement aux chutes sans devoir patauger dans la boue. Vous profiterez moins de la forêt des Goblins, certes, mais vous gagnerez un temps précieux !

RandonnéeDawsons Falls Track
DépartParking, Dawsons Falls
TarifGratuit
Louer un Camping-car en Nouvelle-Zélande Location camping-car Nouvelle-Zélande Camping-car
À partir de 39 € par jour seulement. À partir de 39 € TTC
VOIR LES TARIFS RÉSERVER VOIR

Le trek du Pouakai Crossing

Cette randonnée de deux ou trois jours comporte des nuits dans des refuges de montagne en chemin.
Le Pouakai Crossing est l'un des plus beaux treks de Nouvelle-Zélande.

L'une des plus belles randonnées de l'île du Nord de la Nouvelle-Zélande était jadis méconnue, mais la beauté du Pouakai Crossing est devenue virale depuis quelques années sur la toile.

Et pourtant, il ne s'agit pas d'une promenade de santé, mais d'un véritable trek alpin sur deux à trois jours de marche avec une difficulté intermédiaire.

Le point de départ de cette randonnée de 25 km qui implique des nuits en refuge se trouve au niveau de l'Egmont National Park Visitor Centre.

Compte tenu de l'altitude, il fera toujours froid en soirée, même en été, et il faudra bien se couvrir.
Prenez le temps d'étudier le parcours avant de partir à l'aventure.
Le Pouakai Crossing est une randonnée de niveau intermédiaire.

Le Pouakai Crossing forme une boucle. En revanche, s'il est tout à possible de partir dans la direction de son choix, il est recommandé de suivre le sens indiqué ci-dessous, pour des raisons de dénivelés plus homogènes.

Toutefois, si le panorama sur les Pouakai Tarns constitue le seul objectif et si l'on est pressé par le temps, il est possible de s'y rendre directement en 4 à 5 h de marche aller-retour via la Mangorei Track.
Pouakai Crossing
Présentation du Pouakai Crossing avec des conseils pratiques. Un film de Garrett Galván

Gardez à l'esprit que les refuges appliquent une politique stricte du « premier arrivé, premier servi » et si vous trouvez l'établissement complet, vous n'aurez plus qu'à camper en extérieur, si tant est que vous disposiez du matériel de camping approprié ... ce qui ne laisse aucune place à l'improvisation !

Le tarif des nuits en refuge qui est fixé à 15 $ par adulte se règle sur place auprès du ranger à demeure.

Jour 1 : Centre d'accueil ▸ Holly Hut

Cette première étape ne compte que 7,5 kilomètres à parcourir en 3 à 4 h pour se mettre en jambe si j'ose dire.

Inutile d'attaquer la randonnée à 8 h du matin sauf si vous souhaitez prolonger la marche du jour pour rejoindre directement l'étape suivante et réaliser le Pouakai Crossing en deux journées au lieu de trois.

Vous devrez vous doucher à l'eau froide et cuisiner vos repas.
Les huts assurent un certain confort mais demeurent spartiates.

Le sentier grimpe progressivement sur le Taranaki et la forêt s'estompe peu à peu avec l'altitude. Le reste du parcours longe les pans du volcan avec quelques ruisseaux à franchir avant d'atteindre le refuge d'Holly Hut à 975 m d'altitude.

Facultative, une randonnée secondaire d'une heure A/R permet de rejoindre les Bells Falls.

Si le refuge offre les commodités de base, de l'eau potable et 16 matelas dans un dortoir, son coin cuisine est en revanche dénué d'ustensile et de feux pour la cuisson. Il vous appartient de prévoir les provisions et le nécessaire pour préparer vos repas.

Jour 2 : Holly Hut ▸ Pouakai Hut

La seconde étape est presque une formalité avec un trajet simple de 4,5 km à boucler en deux ou trois heures, mais qui offre d'innombrables points de vue sur le Taranaki.

Ce cadre épique évoque la Terre du milieu de Tolkien.
Le sentier traverse les vastes marais d'Ahukawakawa.

Le moment fort de cette partie concerne la traversée des marais d'Ahukawakawa dont la formation remonte à 3500 ans.

Profitant d'un microclimat, des plantes uniques au monde et que l'on n'imaginerait pas rencontrer à une altitude aussi importante prolifèrent.

Dans cette vallée marécageuse où pousse du tussack (une herbe haute de Nouvelle-Zélande), le randonneur progresse le plus souvent sur des planches en bois installées pour ne pas altérer le fragile écosystème.

Toutefois, certaines sections peuvent être détrempées.
La traversée des marais s'effectue sur des planches en bois.

Selon la météo, il ne sera guère possible d'éviter l'eau et la boue par endroit, mais l'aspect sauvage du trek en sortira renforcé.

En chemin, on observe continuellement les flancs du Taranaki qui semblent marqués par des sortes de veines et des crevasses là ou les coulées de lave se sont solidifiées après la dernière éruption.

Le sentier se poursuit ensuite en direction d'une colline face au volcan et où se trouve perché le refuge de Pouakai.

L'accueil sera similaire à celui du refuge précédent, mais les capacités de couchage sont doublées avec 32 lits.
Les huts appliquent la règle du premier arrivé, premier servi !
Il faudra dormir sous la tente si le refuge est complet.

Les plus motivés ressortiront en début de soirée pour se rendre aux Pouakai Refelective Tarns afin de profiter du coucher du soleil, mais l'étape sera au programme dès le lendemain matin de toute manière.

La Pouakai Hut se trouve à cinq minutes de la Mangorei Track qui permet de rejoindre la route et donc la civilisation en deux heures de marche, ce qui constitue une sortie de secours si la dernière étape du lendemain semble inenvisageable à cause de la fatigue.

Jour 3 : Pouakai Hut ▸ Centre d'accueil

La dernière journée du Pouakai Crossing est sans doute la plus belle, mais aussi la plus fatigante avec pas moins de 13 km à parcourir en 5 à 7 h de marche selon le niveau d'endurance de chacun.

Le volcan se reflète dans les eaux calme du petit lac alpin.
La découverte des Pouakai Refelective Tarns est le moment fort du parcours.

Un petit kilomètre sépare le refuge du Pouakai Circuit Refelective Tarn, un lac alpin bien plus modeste que les photos ne laissent croire.

C'est ici que les photos du Taranaki présentées sur tous les réseaux sociaux sont prises, idéalement par temps clair et calme lorsque le volcan se reflète sur l'eau tranquille.

Pour que la surface de l'eau ne soit pas troublée, il vaut mieux venir en soirée.
Un lac miroir à la beauté surnaturelle !

Plus loin, l'étape au sommet du Henry Peak à 1220 mètres vous offre un dernier grand panorama spectaculaire à 360° sur la région avant de redescendre en direction de la forêt des Goblins.

Au milieu des arbres recouverts de mousse, le taux d'humidité explose et l'expérience ne sera pas une partie de plaisir s'il faut progresser sous la pluie et dans la boue.

Pouakai Circuit Refelective Tarn
De superbes images des Pouakai Refelective Tarns à la nuit tombée. Une réalisation de Sigma Octantis

Après une succession de ruisseaux où l'on se mouille parfois les pieds et des ponts suspendus au-dessus des rivières Kai Auahi et Waiwhakaiho, vous retrouvez le point de départ et votre véhicule qui vous attend pour la suite du séjour.

Des félicitations s'imposent, mais le Pouakai Crossing n'est pas la randonnée ultime dans le parc national, il en existe une autre, plus belle, mais autrement plus difficile à accomplir.

RandonnéePouakai Crossing
DépartEgmont National Park Visitor Centre
TarifGratuit
Assurance Voyage en Nouvelle-Zélande Assurance Nouvelle-Zélande Assurance Voyage
À partir de 22 € seulement. À partir de 22 €
PROMO -5% OFFRE -5% VOIR

Ascension du mont Taranaki

La Summit Track ne s'adresse qu'aux randonneurs confirmés.
L'ascension au sommet du volcan est difficile, mais envisageable.

L'ascension du Mt Egmont/Taranaki compte parmi les plus remarquables de Nouvelle-Zélande, mais n'est pas sans danger et s'adresse qu'à une minorité de voyageurs. C'est en quelque sorte la randonnée dont tout le monde parle, mais que presque personne n'ose aborder !

Avant toute chose, il convient de rappeler que le Taranaki est un volcan au repos, candidat au réveil et culminant à 2518 mètres d'altitude.

Sa forme conique singulière, l'une des plus symétrique au monde, est d'autant plus frappante que le volcan se trouve au centre d'une vaste plaine dénuée de relief et qui s'étend jusqu'à la mer de Tasman.

On pourrait penser la photo truqée, mais elle est pourtant authentique.
Vue de l'espace, la forme symétrique du volcan est saisissante !

À l'échelle géologique, il s'agit d'un jeune volcan de « seulement » 120 000 ans dont la dernière éruption s'est produite en 1755.

Surveillé constamment par de nombreux sismographes censés alerter la ville de New Plymouth en cas de réveil, le Taranaki s'est vu ne reconnaître un statut de personne légal eu égard à son caractère sacré dans la tradition maorie.

La récente éruption de White Island en 2019 a montré combien il est difficile de prévoir l'activité volcanique.

La légende maorie

Si vous avez parcouru le guide de Kiwipal sur le Tongariro Crossing, vous connaissez déjà la légende du Taranaki, qui mérite d'être conté à nouveau.

Si l'on en croit la légénde maorie, le dieu Tongariro a chassé le dieu Taranaki.
Le Tongariro ressemble un peu au Mt Egmont/Taranaki.

La tradition maorie rapporte en effet que le dieu Te Maunga o Taranaki vivait jadis au centre de l'île du Nord de la Nouvelle-Zélande en compagnie des dieux Tongariro, Ruapehu et Ngauruhoe. Toutes ces divinités se disputaient les faveurs de la déesse Pihanga.

Le volcan prépare sa revanche d'après la tradition maorie.
Les nuages qui accrochent le sommet évoquent la légende du volcan.

Taranaki fit des avances à Pihanga qui mirent Tongariro en fureur ! Au lendemain de l'affrontement, Tongariro l'avait emporté et Taranaki était parti s'exiler non loin de la mer à son emplacement actuel.

On raconte que la pluie qui tombe et les nuages qui accrochent le sommet du volcan symbolisent les larmes du dieu qui prépare sa revanche.

Préparatifs pour la Summit Track

Le cadre étant posé et la légende racontée, venons-en aux choses sérieuses avec les préparatifs indispensables pour envisager l'ascension du volcan.

Mais compte tenu de la difficulté qui attend le randonneur téméraire, il faut d'abord mettre les choses au clair !

Les chaussures de randonnées sont indispensables !
Ne partez pas à l'aventure sans l'équipement nécéssaire !

Cette aventure s'adresse aux marcheurs dont l'âge n'a pas fragilisé les genoux et qui ne souffrent ni du vertige ni de la peur du vide (qui sont deux pathologies bien distinctes).

Si vous n'avez pas une bonne condition physique, il vaut mieux faire une croix sur le projet et considérer plutôt le Tongariro Crossing qui reste difficile, mais abordable.

Grimper au sommet du Mt Taranaki comporte des risques sérieux même en prenant toutes les précautions d'usage. Durant le siècle passé, on a dénombré près d'une centaine de décès sans parler des entorses et autres blessures plus ou moins graves.

Taranaki Summit Track
Le panorama grandiose au sommet du Taranaki filmé avec un drone. Un film de Pete Battye

Le but n'est évidemment pas de décourager (des centaines de personnes réussissent l'ascension chaque année), mais de donner la mesure de l'épreuve.

Et avant toute chose, il faut planifier un départ très matinal pour être certain d'être de retour avant la tombée de la nuit. Il n'est évidemment pas question de partir les mains dans les poches et les chaussures de randonnées sont tout aussi indispensables que les vêtements techniques et les imperméables.

Lisez notre guide complet de la randonnée en Nouvelle-Zélande pour découvrir comment vous habiller efficacement pour la marche.
Personne ne se moquera de vous si vous préférez faire demi-tour !
Le sentier demeure facile pour l'instant, mais cela va changer...

Il s'agit surtout de ne pas être pris au dépourvu si la météo venait à changer brutalement en se préparant à affronter des conditions difficiles en atteignant un sommet qui sera probablement enneigé.

Des provisions en quantité sont à prévoir, mais aussi un couvre-chef qui ne sera pas arraché par le vent, de la crème solaire et des lunettes de soleil, car l'on sera constamment exposé lorsque les derniers arbres laisseront place à l'environnement alpin.

Le début de l'ascension

Si le Taranaki s'élève à 2518 m, vous n'aurez heureusement pas à gravir une telle distance, car le début de la randonnée débute au centre d'accueil des visiteurs à 946 m d'altitude.

Cette partie de la montée est délicate, car il faut éviter de glisser.
La marche dans les éboulis est particulièrement épuisante.

La piste ne sera pas en ligne droite et vous devrez parcourir 12,6 km aller-retour (soit environ 5 à 6 h de marche) pour atteindre le sommet. Comptez ensuite 3 à 4 heures pour redescendre, sinon plus selon votre forme physique et votre degré de maîtrise de la peur du vide.

En soi, le début de la randonnée est relativement aisé, mais sans grand intérêt jusqu'au chalet de Tahurangi lodge à 1492 m d'altitude. À peine le temps d'admirer le point de vue que vous voilà déjà de retour sur le sentier de marche après ce qui constitue simplement une forme d'échauffement.

Si cette première étape est parvenue à vous épuiser, il faut sérieusement envisager de renoncer.

La partie la plus délicate

Le dénivelé s'accentue brutalement et le sentier s’efface pour céder la place à une pente dont l'ascension se déroule sur des rochers ou des plots orangés sont plantés de part et d'autre.

Les rochers deviennent peu à peu des éboulis et l'on progresse enfin dans un mélange de sable et de cailloux volcaniques.

L'ultime phase de l'ascension n'est pas sans danger !
L'ascension ne s'adresse pas aux personnes qui ont peur du vide.

Ceux qui ont déjà tenté de gravir une dune (notamment à Te Paki près du Cap Reinga) peuvent se faire une idée du défi qui les attend...

La réalité est encore pire, car le terrain facilite les glissades. En d'autres termes : on avance fréquemment de trois pas puis l'on recule de deux et il faut se ménager pour ne pas s'épuiser.

Prévoyez des bâtons de randonnée, car les risques d'entorses sont réels.
Évitez de marcher au centre du cratère qui demeure sacré dans la tradition maorie.
La traversée du cratère précède l'arrivée au sommet du volcan.

La dernière partie avant le sommet est constituée de gros rochers qu'il faut escalader en essayant de deviner l'itinéraire le plus approprié sans s'écarter des plots qui se font étonnament discrets. À ce stade, il faut maîtriser sa peur du vide qui n'est jamais loin et regarder devant soi.

L'ascension du Mt Taranaki est fortement déconseillée en hiver sans la présence d'un guide de montagne expérimenté.

Découverte du cratère et du sommet

Voilà enfin le cratère, enneigé selon la saison, qu'il faut longer par précaution pour ne pas courir le risque de s'enfoncer profondément dans la neige.

Une dernière ascension vous attend, facile cette fois, avant d'atteindre le point culminant et le spectacle d'une vie.

Glace et neige au sommet du volcan.
Les conditions météo peuvent évoluer rapidement, alors soyez prudents.

Le sommet du Taranaki offre une vue dégagée à 360° sur la région si les nuages qui flottent un peu plus bas en altitude ne s'interposent pas. Même dans le cas contraire, la mer de cumulus n'en est pas moins spectaculaire et procure une sensation indescriptible.

Par temps clair, on aperçoit distinctement les monts Ruapehu, Ngauruhoe et Tongariro du plateau central qui dépassent à l'horizon et bien entendu New Plymouth et la mer de Tasman.

Une fois passée l’euphorie et après avoir récupéré des forces et pris une collation, il faut déjà envisager le trajet du retour !
Par temps clair on peut apercevoir le Mt Tongariro à 130 km dans le plateau central.
Le sommet permet d'admirer la région à cent kilomètres à la ronde.

Une descente presque plus ardue que la montée, car au bord du vide et face à la pente, avec le risque permanent de déloger des pierres qui pourraient blesser d'autres randonneurs en contrebas !

De retour sur terre (si j'ose dire), on éprouve la sensation d'avoir été sur la Lune et l'on se remémore des souvenirs d'une rare intensité.

En définitive, l'ascension du Taranaki justifie les efforts consentis, mais ne s'adresse clairement pas au randonneur du dimanche. Il faut connaître ses limites et s'équiper sérieusement pour ajouter un tel sommet à son palmarès.

Taranaki Summit Track en hiver
L'ascension du volcan au coeur de l'hiver. Une vidéo de Toaxn Holdem
RandonnéeTaranaki Summit Track
DépartEgmont National Park Visitor Centre
TarifGratuit
Location de voiture en Nouvelle-Zélande Location de voiture Nouvelle-Zélande Louez une voiture
À partir de 29 € par jour seulement. À partir de 29 € TTC
VOIR LES TARIFS RÉSERVER VOIR

Notre avis sur la région

Avec un peu de curiosité, vous repartirez avec d'excellents souvenirs, surtout si vous sortez un peu des sentiers battus.
Les surprises ne manquent pas dans cette région méconnue.

Oublié des visiteurs qui se pressent vers Wellington après avoir traversé le plateau central de l'île du Nord, la région du Taranaki est pourtant l'une des plus belles de Nouvelle-Zélande.

Une région dont l'attrait ne se limite ni à la ville de New Plymouth ni au Mt Taranaki, car on y trouve de nombreuses activités et des merveilles disséminées aux alentours qui comprennent aussi bien des plages que des lacs ou des forêts magiques.

Encore faut-il avoir le temps de se lancer dans une randonnée de plusieurs jours.
Le Pouakai Crossing est l'activité phare de la région.

Certes, vous pourriez faire l'impasse sur New Plymouth en vous logeant dans un Bed and breakfast comme le célèbre Dawsons Fall Lodge situé en plein coeur du parc National de Mt Egmont, à deux pas des Wilkies Pools.

Ce ne serait pas regrettable en soi, même si la ville offre tout de même quelques beaux centres d'intérêt. 

Je considère d'ailleurs New Plymouth comme un excellent camp de base que l'on peut rejoindre en fin de journée. Les quelques visites incontournables comme le Pukekura park, le Te Rewa Rewa Bridge ou le Parituru Rock seront aisément bouclés en quelques heures en matinée après une bonne nuit de sommeil.

Prévoyez au moins deux journées dédiées à la visite de New Plymouth et ses environs.
Une journée ne suffira pas pour profiter des merveilles du Taranaki.

Il sera, je ne le cache pas, impossible d'intégrer les Three Sister, le phare du Cap Egmont ou le lac Mangamahoe dans votre itinéraire si vous ne prévoyez qu'une journée de visite dans la région.

Même en disposant de deux journées pleines, il faudra faire des choix pour ne pas passer trop de temps sur la route, l'idéal étant de pouvoir pratiquer au moins la randonnée dans la forêt des Goblins !

Nous n'avons pas parlé du ski sur les flancs du Taranaki, mais vous en apprendrez davantage en lisant notre guide des stations de sports d'hiver en Nouvelle-Zélande.
Le Taranaki n'est pas un volcan éteint, mais il ne se reveillera sans doute pas avant des milliers d'années.
Le phare semble guetter le reveil du volcan endormi.

N'allez pas pour autant vous lancer dans l'ascension du Taranaki si vous n'avez pas les compétences requises ou si vous pensez vous en sortir indemne en portant un t-shirt et des baskets !

Le Pouakai Crossing n'est peut-être pas aussi intense, mais il offre de splendides panoramas, alors ménagez-vous, et gardez des forces pour la suite du séjour en Nouvelle-Zélande en mettant le cap sur Raglan et ses plages de surfeurs !

Infos pratiques

Questions fréquentes

Guillaume, Guide Kiwipal

Demandez à Guillaume de vous aider ! Besoin d'aide ? Je suis un guide certifié par l'office de tourisme et je vous réponds avec plaisir tous les jours de la semaine. Guide certifié par l'office de tourisme, je réponds avec plaisir tous les jours de la semaine. Je réponds avec plaisir à vos questions.

Poser une question à Guillaume Poser une question

New Plymouth

Faut-il absolument visiter la ville ?

Ce sont essentiellement le Pukekura park et la Coastal Walkway qui justifient la visite de New Plymouth et non le centre-ville qui ne possède aucun charme particulier, mais un aspect fonctionnel avec de nombreux commerces.

Peut-on faire ses courses sur place ?

Vous trouverez un immense supermarché Countdown au n°14 sur Courtenay street et un New World au n°78 toujours sur la même rue. La ville regorge de commerces et vous pourrez aisément faire le plein de carburant dans l'une des nombreuses stations essence de la ville.

Le Pukekura park est-il payant ?

L'accès à ce jardin ouvert 24/24 et 7j/7 est totalement gratuit.

Quand a lieu le festival des lumières ?

Le festival se tient traditionnellement de la mi-décembre à la fin janvier et dure 44 jours.

Combien coûte le festival des lumières ?

L'entrée du Pukekura Park où se déroule le festival est gratuite pour tous.

Combien coûte l'entrée au musée Len Lye Centre ?

L'accès coûte 15 $, mais les moins de 16 ans bénéficient de la gratuité.

Faut-il suivre toute la Coastal Walkway ?

La distance est conséquente et l'intégralité du parcours (13 km) s'adresse essentiellement aux cyclistes. À pied, il vaut mieux choisir un tronçon particulier pour admirer le Te Rewa Rewa Bridge ou le Paritutu Rock. Vous pouvez louer des vélos si vous souhaitez parcourir une distance plus importante.

Paritutu Rock

Quelle est la meilleure plage de New Plymouth ?

Les deux principales plages de New Plymouth s'adressent à des baigneurs différents. Back Beach est avant tout une plage de surfeurs, tandis que Ngamotu Beach est plus familiale et plus adaptée à la simple baignade.

L'ascension du Paritutu Rock est-elle dangereuse ?

Au deuxième tiers du parcours il faudra progresser sur un sol très irrégulier et fortement incliné en se tenant à une chaîne. Le parcours n'est pas dangereux à proprement parler pour une personne qui progresse tranquillement sans avoir la peur du vide, mais il vous fera transpirer, surtout en été.

Peut-on se loger à New Plymouth ?

La ville compte près de 130 hébergements différents qui vont de l'Hôtel au camping en passant par le bed and breakfast ou le motel. Vous n'aurez aucune difficulté à trouver un logement à la dernière minute, mais les bonnes enseignes seront évidemment déjà réservées de longue date.

Phare du cap Egmont

Peut-on monter en haut du phare ?

Non, car il s'agit d'un phare automatisé (comme tous les phares de Nouvelle-Zélande d'ailleurs) et dont l'accès à la passerelle est fermé au public.

L'accès au phare est-il autorisé ?

La voie à traverser pour se rendre au phare se trouve sur un terrain privé, alors même que le phare est bâti sur un domaine public... En d'autres termes, il vaut mieux demander la permission de se rendre au phare, même si vous en avez le droit.

Three sisters

Où trouver les horaires des marées ?

Vous pouvez retrouver l'horaire des marées sur le site internet de Tide Forecast.

Peut-on accéder à la plage à marée haute ?

Non, car la mer remonte (vite) jusqu'aux rochers, ce qui explique d'ailleurs la vitesse à laquelle l'érosion ronge les falaises d'année en année.

Lake Mangamahoe

Doit-on faire tout le tour du lac ?

Non, car certaines sections sont difficiles et plus adaptées aux cyclistes à VTT ou à cheval. L'essentiel consiste à rejoindre le point de vue spectaculaire sur le lac avec le Mt Taranaki à l'horizon.

Peut-on louer des vélos sur place ?

Non, mais vous pourriez en louer à New Plymouth pour la journée, ce qui implique toutefois de pédaler 20 km a/r pour rejoindre le lac et en revenir, ce qui n'est pas impossible, mais peu pratique.

Forêt des Goblins

Quelle est la meilleure randonnée du parc national ?

Vous pourriez rejoindre les Wilkies Pools au départ de la Kamahi Loop Track pour avoir un bon aperçu de la forêt des Goblins. L'idéal reste cependant de se lancer sur la Pouakai Track, à supposer que vous disposiez au moins de deux journées pleines avec une nuit à passer dans un refuge.

Peut-on se perdre en forêt ?

Du moment que vous restez sur le sentier et surveillez l'heure pour ne pas randonner de nuit, il n'y a aucun risque de se perdre.

Les chaussures de randonnées sont-elles indispensables ?

Pour une courte marche comme celle de la Kamahi Loop Track, de simples tennis pourraient suffire, mais une mauvaise météo pourrait les salir. Les chaussures de randonnées sont plus appropriées dès lors que l'on envisage de marcher dans la nature en Nouvelle-Zélande.

Pouakai Crossing

Est-on obligé de suivre tout le parcours ?

Vous pourriez rejoindre directement les Pouakai Tarns sur une randonnée à la journée, mais ce trek mérite d'être suivi dans son intégralité, car les différents points de vue sont disséminés sur l'ensemble du parcours.

Est-on obligé de dormir dans les refuges ?

Vous pouvez camper à proximité des refuges aux emplacements indiqués si vous disposez du matériel de camping adéquat, mais il est en revanche intedit de planter sa tente n'importe où sur le parcours.

Combien coûte le Pouakai Crossing ?

Vous devrez payer 15 $ par personne pour chaque nuit passée dans un refuge. Misez donc sur 30 $ pour une randonnée de deux jours ou 45 $ pour trois jours.

Faut-il réserver les nuits en refuge ?

Les huts du Pouakai Crossing ne peuvent pas être réservées et la règle du premier arrivé / premier servi s'applique.

Quel est le niveau physique requis ?

Le Pouakai crossing est une randonnée de niveau intermédiaire qui ne comporte pas de passages risqués. Il faut cependant être en mesure d'enchaîner plusieurs journées de marche en possédant des capacités des récupérations correctes. Je considère ce trek comme moins fatigant que le Tongariro Crossing, mais les avis sur la randonnée sont toujours relatifs et il vaut mieux avoir testé ses limites et demandé conseil à son médecin traitant si nécessaire.

Les enfants peuvent-ils suivre la randonnée ?

On considère en général que les plus jeunes peuvent participer à des longues randonnées à partir de 7 ans, mais il va sans dire que les parents doivent avoir testé leur endurance et leur intérêt pour ce type d'activité sur des parcours de longueurs variables (sans parler de l'aspect camping). Il ne sera pas aisé de faire demi-tour à n'importe quel moment, c'est pourquoi il ne faut pas s'engager à la légère avec des enfants.

Ascension du Mt Taranaki

La randonnée est-elle vraiment dangereuse ?

Le facteur risque est conséquent à cause des chutes de pierre et du caractère accidenté du terrain. Le véritable risque n'est pas tant de faire une chute mortelle (ce qui est arrivé statistiquement à pratiquement une personne par an en moyenne depuis un siècle) que de se faire une entorse qui mobiliserait des secours en hélicoptère que ne prendrait sans doute pas en charge une assurance voyage.

L'ascension est-elle possible en hiver ?

Elle est réalisable avec piolets et crampons et avec la présence d'un guide de montagne expérimenté. Il s'agit alors d'une ascension délicate (d'aucuns diraient périlleuse) épuisante, mais encore plus spectaculaire.

Peut-on grimper avec ses enfants ?

Nous avons déjà vu des enfants de moins de dix ans rejoindre le sommet du Taranaki. D'un point de vue physique c'est envisageable, mais hautement irresponsable de la part des parents dans la mesure où il serait très difficile d'obtenir des secours en cas de mauvaise chute.

Le vertige est-il un handicap ?

Il n'y a rien de honteux à souffrir du vertige ou de la peur du vide, mais il ne faut pas se lancer dans cette aventure si l'on est effrayé en altitude.

Peut-on camper au sommet du volcan ?

Les conditions sont difficiles, avec une météo très variable avec de fortes variations de température qui peuvent facilement mener à l'hypothermie. Il vaut mieux ne pas l'envisager, surtout si l'on n'a aucune expérience en matière de camping dans des conditions extrêmes.