Randonnée pour rejoindre le sommer du phare emblématique de Cap Palliser.
Cape Palliser | Quelles visites et activités
920 AVIS
Merci !

Le phare de Cape Palliser et sa colonie d'otaries.

Guide de la visite

Guillaume Le Nistour, certifié expert par l'office de tourisme
Par Guillaume Poser une question Contact Expert Nouvelle-Zélande

En route vers Wairarapa

Le phare aux rayures rouges et blanches marque la pointe du cap.
Le Cap Palliser se trouve à l'extrémité de l'île du Nord de Nouvelle-Zélande.

Aujourd'hui je vous emmène à la découverte de Cap Palliser dans le Wairarapa, une région sauvage avec des plages de sable volcanique et une mer turquoise où nagent des otaries à fourrure.

Une sortie à la journée exceptionnelle pour rejoindre un phare perché au sommet d'une falaise, des villages de pêcheurs et un lieu de tournage spectaculaire du Seigneur des anneaux à quelques heures de route seulement de Wellington.

Plusieurs chaines de montagne obligent les visiteurs à parcourir 150 km au lieu de 50 pour rejoindre Cape Palliser.
Il faut franchir les Rimutaka Hills en direction de Martinborough.

L'excursion se déroule à Wairarapa, une région peuplée par les Maoris au XIVe siècle puis longtemps désertée à cause d'un tsunami.

Un isolement qui la tient à l'écart des conflits coloniaux, avec des relations pacifiques entre les tribus et les Occidentaux à partir de 1840.

Survol des Rimutaka Hills avec un drone
Les Rimutaka Hills via la SH2 en direction de Martinborough. Filmé par Carl Du Plessis

Si le cap se trouve à 50 kilomètres à vol d'oiseau de la capitale de Nouvelle-Zélande, plusieurs chaînes de montagnes et l'absence de route côtière imposent un détour conséquent par la Speed Higwhay 2 qui traverse les Rimutaka Hills et rejoint Martinborough et ses vignobles au bout d'une heure de route.

Cape Palliser Road longe les falaises et des plages de rochers volcaniques.
Puis longer la côte durant 25 kilomètres pour rejoindre le cap.

Il suffit ensuite d'une demi-heure pour rejoindre le Cap Palliser baptisé par le célèbre Capitaine Cook en hommage à Sir Hugh Palliser, amiral dans la Royal Navy.

Ce promontoire rocheux qui précède le détroit de Cook a la particularité de se trouver plus au sud que les villes de Picton, Blenheim ou encore Nelson qui sont pourtant situées sur l'île du Sud de Nouvelle-Zélande.

Malgré son paysage renversant, le Cap est rarement proposé par les agences de voyages.
SI le cap est populaire auprès des locaux, les voyageurs ignorent son existence.

Au total depuis Wellington, il faut compter 2h20 de route pour 150 km avant de rejoindre le phare emblématique aux rayures rouges.

Un phare particulièrement photogénique qui achève un trajet déjà splendide qui longe la côte et justifie à lui seul le voyage.

Les Putangirua Pinnacles se trouvent au début de la Baie de Palliser.
Escale aux Putangirua Pinnacles, un lieu de tournage du Seigneur des anneaux.

Je vais vous présenter toutes les escales indispensables en passant par la colonie d'otaries du cap et je vous conduirais même aux Putangirua Pinnacle, l'un des décors naturels filmés par Peter Jackson pour le Seigneur des anneaux.

Le village de Hobbiton et le Mount Sunday sont d'autres lieux de tournage présentés sur Kiwipal.

Un programme dense, avec une grande variété de paysages dont la Nouvelle-Zélande a le secret. Une visite qui répond en quelque sorte à celle du Cap Reinga à la pointe nord du pays.

Survol de la région au printemps
Le Cap Palliser au printemps lorsque l'herbe est encore verte. Une vidéo de NZ Drones
Location de voiture en Nouvelle-Zélande Location de voiture Nouvelle-Zélande Louez une voiture
À partir de 29 € par jour seulement. À partir de 29 € TTC
VOIR LES TARIFS RÉSERVER VOIR

Exploration de la Baie de Palliser

Cape Palliser Road longe une mer très agitée qui précède le détroit de Cook.
Vous voilà parti pour 25 kilomètres de route côtière exceptionnelle !

Après Martinborough, la route traverse des plaines de vignobles sans grand relief jusqu'à Lake Ferry qui marque le début de la Baie de Palliser et des panoramas grandioses en bord de mer.

La logique voudrait que l'on s'arrête en chemin aux Putangirua Pinnacles (un décor naturel du Seigneur des anneaux), mais je préfère conserver cette escale pour le trajet retour, car la lumière sera plus belle en fin de journée.

Les chutes de pierre ne sont pas rares, alors ne quittez pas la route des yeux.
La route est bordée par des falaises et l'océan.

Arrivé dans la baie, la route longe des falaises sculptées par l'érosion dont certaines arrêtes tranchantes laissent présager des chutes de pierres, alors soyez vigilants et gardez les yeux sur la route malgré la beauté du paysage !

Les séismes et les vagues finissent par endommager la route qu'il faut souvent réparer.
Les vagues puissantes parviennent à endommager le bord de la route.

Par beau temps, l'océan se pare d'une teinte turquoise saisissante, mais le vent violent du détroit de Cook et la puissance des vagues qui heurtent de plein fouet des rochers noirs menaçants rappellent qu'il ne faut pas mettre un pied dans l'eau !

Le paysage se transforme peu à peu et les plaines font leur apparition.
Les falaises cèdent la place aux collines et aux paturages.

L'espace entre les falaises et la mer s'élargit peu à peu pour laisser place à des plaines dont la teinte varie au fil des saisons.

Au printemps, le contraste entre les roches noires et le vert éclatant des herbes hautes évoque l'Irlande, mais quelques mois plus tard, l'herbe prend une teinte jaune pâle que l'on confond avec de la neige lorsque le ciel se couvre.

Le vent puissant qui balaye la plaine ne laisse aucun répit et même les moutons viennent s'abriter derrière des rochers.
Les moutons trouvent refuge à l'abri des rochers volcaniques.

Le vent qui balaye constamment le tussack donne vie au paysage, mais épuise même les moutons qui cherchent refuge derrière des rochers.

Survol des plaines et des falaises
Les plaines balayées par le vent et les falaises en bord de mer. Filmé par Ruben Mayor

Ce panorama inquiétant, mais somptueux, fait le bonheur des photographes équipés de téléobjectifs, car la plupart des champs qui bordent la route sont des domaines privés entourés de barbelés.

Ngāwī, le village des pêcheurs

À moins qu'un troupeau de moutons ne se mette en travers de la route, vous devriez rejoindre Ngāwī dans une demi-heure... mais voici déjà le phare ! 

Une fausse alerte, car il s'agit en réalité d'une réplique miniature qui précède l'entrée du camping de Waimeha.

Le camping de Waimeha qui possède également des bungalows fait partie des rares hébergements de la région.
Le Waimeha Camping Village possède une réplique miniature du phare.

Un camping intéressant si vous souhaitez passer la nuit dans les environs, car les rares Beds & Breakfasts de Cap Palliser affichent souvent complet.

À 100 $ la nuit, la location d'un bungalow n'est pas donnée et le confort est assez spartiate (douche partagée, pas de WiFi...) mais vous pourrez profiter du coucher de soleil sur le cap, un spectacle qui n'est pas donné à tout le monde.

CampingWaimeha Camping Village
RéservationsSite officiel
Adresse2805 Cape Palliser Road, Ngawi, Cape Palliser
Tarif bungalow100 $
Certains tracteurs sont laissés à l'abandon, mais certains sont bien entretenus et proposés à la vente.
Le village de Ngāwī compte plus de tracteurs que d'habitants.

La traversée du village de pêcheur de Ngāwī surprend toujours la première fois, car des dizaines de tracteurs et bulldozers occupent le bord de mer.

La puissance des courants marins et l'absence de pontons imposent de traîner les chalutiers sur le rivage en fin de journée.

La baie n'offre aucun refuge aux navires qu'il faut tirer sur le rivage pour les protéger des tempêtes.
Tracteurs et bulldozers servent à mettre les chalutiers à la mer.

Avec le temps, les engins qui se sont accumulés rouillent peu à peu et sont désormais plus nombreux que les marins qui vivent ici toute l'année.

Les « bachs » (des bungalows qui se louent le weekend) abritent les vacanciers qui viennent pêcher des morues et langoustes avec une facilité déconcertante.

The Captains Table est le seul food truck dans une région qui ne compte aucun restaurant.
The Captains Table propose des fish'n chips délicieux.

Une pêche que l'on retrouve au « Captains Table », un food truck en bord de mer qui cuisine des fish'n chips délicieux et des burgers accompagnés des portions de frites gargantuesques.

Un établissement d'autant plus incontournable qu'il se trouve être le seul des environs. En haute saison, il faut souvent faire la queue pour se restaurer à l'abri des rares pohutukawas qui protègent un peu des rafales.

Food TruckThe Captains Table
Site WebPage Facebook
Adresse3111 Cape Palliser Road, Ngawi
OuvertureVendredi, Samedi, Dimanche
HorairesDe 11:30 à 17:00 (18:30 le samedi)

Mangatoetoe, dernière escale avant le phare

Après Ngāwī, la route goudronnée se transforme en route de gravier (gravel road) typique de Nouvelle-Zélande.

Vous devrez suivre cette voie durant 5 km et si vous n'avez jamais conduit sur une telle surface, je rappelle qu'il faut réduire son allure à 20 km/h pour ne pas risquer d'endommager les parties basses de son véhicule.

La gravel road débute à la sortie du village de Ngawi en direction de Mangatoetoe.
Le goudron cède la place au gravier pour les derniers kilomètres à parcourir.

N'oubliez pas de ralentir en croisant d'autres voitures pour ne pas projeter des graviers susceptibles de rayer la peinture ou endommager les vitres.

Retrouvez d'autres conseils dans le guide sur la conduite en Nouvelle-Zélande.

Juste avant la bourgade de Mangatoetoe, vous allez traverser une rivière et vous noterez la présence d'un discret panneau du Département de la Conservation.

Suivez le chemin de terre qui part sur la gauche entre les collines pour rejoindre l'une des entrées de l'Aorangi Forest Park.

Suivez le panneau du Département de la Conservation pour rejoindre le parking d'Aorangi Forest Park.
Le parking de l'Aorangi Forest Park se trouve juste avant Mangatoetoe.

Je ne vous propose pas de suivre la randonnée qui mène à Mangatoetoe Hut après deux heures de marche.

D'une part parce que vous n'avez sans doute pas le temps pour cela, et d'autre part parce que le chemin qui traverse des rivières n'est pas parfaitement balisé.

Cette partie du parc forestier d'Aorangi est souvent déserte.
Vous pouvez longer le lit de la rivière quelques instants avant de repartir.

En revanche, je vous encourage à vous aventurer une petite dizaine de minutes dans ce paysage splendide balayé par un vent puissant.

L'entrée principale de ce parc national se situe à plusieurs jours de randonnée de l'autre côté de la chaîne des Aorangi et personne ou presque ne vient par ici.

La marche dans le sable noir est assez difficile.
Promenez-vous sur la plage de sable noir volcanique de Mangatoetoe.

De retour sur la route, vous voilà vite rendu à Mangatoetoe, un paradis pour les pêcheurs qui n'ont même pas besoin de partir en mer pour poser du poisson sur la table le soir. Prenez garde aux lignes des pêcheurs et n'imitez pas les rares surfeurs ou baigneurs qui défient les vagues.

Plage au Cap Palliser avec la mer turquoise
Une plage typique du Cap Palliser avec son sable noir volcanique. Filmé par Robin Chazot
Essayez de repérer des « paua shells », ces coquillages splendides aux reflets arc-en-ciel que les Néo-Zélandais collectionnent et que vous pouvez admirer au Canterbury Museum de Christchurch.
Le relief des falaises est spectaculaire et les otaries occupent la plage et les rochers.
Les otaries sont déjà présentes dans les rochers à la sortie du village.

La promenade sur la plage s'avère plus physique que prévu, car le sable noir volcanique est particulièrement dense !

Les rochers qui s'avancent dans la mer après avoir dépassé Mangatoetoe sont fascinants, mais dangereux pour les plus jeunes.

Leur exploration est possible à condition de redoubler de prudence, car la roche est coupante. Un simple faux pas suffit pour se griffer ou abîmer ses vêtements.

Prenez garde à ne pas chuter dans les rochers de la plage.
Prenez garde aux rochers dont la surface est particulièrement rapeuse.

La route jusqu'au phare se résume ensuite à une voie unique et le dernier virage le long de la falaise présente un angle mort à négocier avec la plus grande prudence.

Le miroir qui était autrefois installé semble avoir disparu et je conseille de klaxonner pour signaler sa présence, car si un véhicule arrive en sens inverse, il faudra tirer à pile ou face pour déterminer qui fera machine arrière !

Le phare se trouve à cinq kilomètres de Mangatoetoe.
Le phare du Cap Palliser est en vue au sommet d'une falaise.

Ce mauvais moment passé, vous dépassez la colonie d'otaries que nous visiterons au retour et vous apercevez déjà le phare au sommet d'un rocher.

C'est le grand panorama tant attendu et le parking marque la fin de la route : vous voilà au bout du monde, à l'extrémité sud de l'île du Nord de Nouvelle-Zélande.

Louer un Camping-car en Nouvelle-Zélande Location camping-car Nouvelle-Zélande Camping-car
À partir de 39 € par jour seulement. À partir de 39 € TTC
VOIR LES TARIFS RÉSERVER VOIR

Visite du phare de Cap Palliser

Le phare mesure 18 mètres de haut.
Le phare signale la côte aux marins en détresse depuis 1897.

Le phare de Cap Palliser n'a pas été construit en Nouvelle-Zélande, mais assemblé à partir de pièces détachées expédiées d'Angleterre en 1897. Ravitaillés chaque trimestre, les gardiens alimentaient en huile la flamme qui brûlait pour signaler la présence des récifs.

Malgré cela, les naufrages ont coûté la vie de nombreux marins et l'on dénombre une vingtaine d'épaves au large. 

Automatisé en 1954 et alimenté enfin à l'électricité, le phare n'a pas changé sa lentille pour autant, mais il est désormais piloté à distance depuis Wellington.

Le phare de Castlepoint, peut-être encore plus beau, se trouve à 2h30 de route en remontant vers la côte Est.
Nous avons compté 253 marches au total, mais d'autres sources indiquent 252.
L'escalier qui mène au phare est particulièrement raide.

Voilà pour la petite histoire, commune à la plupart des phares du monde, mais il faut bien admettre que celui-ci est particulièrement photogénique avec ses rayures rouges (le seul de ce type en Nouvelle-Zélande).

L'ascension jusqu'au phare
Découvrez l'escalier dont les 253 marches mènent au phare. Filmé par Ruben Mayor

Haut de 18 mètres, bâti sur une falaise de roche volcanique engendrée par une éruption il y a 100 millions d'années, c'est le seul phare avec des rayures rouges et blanches de Nouvelle-Zélande.

La plupart des caps de Nouvelle-Zélande possèdent un phare, à l'exception de Cape Kidnappers à Hawke's Bay.
Ne vous lancez pas dans l'ascension si vous avez le vertige, même s'il y a une rampe pour se tenir.
Les marches sont en bon état, mais l'escalier est glissant par mauvais temps.

Si le phare ne se visite pas, il est toutefois possible de rejoindre la plateforme en béton qui l'entoure pour jouir d'une vue exceptionnelle sur la baie.

Une ascension qui se réalise à l'aide d'un escalier en bois qui compte 252 marches selon certains, mais 253 selon Kiwipal...

Si la météo est bonne, il est possible d'apercevoir les montagnes des Kaikoura Ranges sur l'île du Sud.
La plateforme au pied du phare permet d'admirer le panorama.

Avec 58 mètres en pente raide et malgré la présence d'une rambarde pour se tenir, les voyageurs qui souffrent du vertige risquent de se décourager et nul ne leur jettera la pierre. C'est pourtant l'affaire de cinq minutes si l'on est motivé, mais le vertige ne se contrôle pas...

N'escaladez pas les rochers de la falaise derrière le phare, car la chute serait mortelle.
Le phare ne se visite pas, mais la vue sur le cap est déjà spectaculaire.

Si vous hésitez, sachez que le sommet permet d'apercevoir les Kaikoura Ranges qui se trouvent à 120 km sur l'île du Sud !

Quoi qu'il en soit, n'allez pas escalader les rochers qui sont au pied du phare pour gagner quelques mètres en plus, car une chute de 58 mètres ne pardonnerait pas !

Suivez des voyageurs sur la route du phare
Un beau reportage qui vous emmène jusqu'au phare. Une réalisation de Travel at 30
PharePhare Cap Palliser
Adresse3763 Cape Palliser Rd, Cape Palliser
TarifGratuit
Assurance Voyage en Nouvelle-Zélande Assurance Nouvelle-Zélande Assurance Voyage
À partir de 22 € seulement. À partir de 22 €
PROMO -5% OFFRE -5% VOIR

Rencontre avec les otaries à fourrure

Garez-vous au parking puis partez à la rencontre des otaries.
Les rochers entre le phare et Mangatoetoe abritent une colonie d'otaries.

Contrairement à ce que l'on pourrait croire, la visite du phare n'est pas la partie la plus intéressante de Cap Palliser, la première place du podium étant occupée par une colonie d'otaries à fourrure (fur seals en anglais) qui a élu domicile sur les rochers.

Située à mi-chemin entre Mangatoetoe et le phare, cette colonie d'otaries est la plus importante de l'île du Nord. 

Elle facilement accessible, mais je conseille de se garer au parking plutôt que sur les chemins de terre défoncés qui s'adressent aux véhicules tous terrains.

Il suffit d'avancer dans les rochers pour tomber nez à nez avec une otarie.
Les otaries à fourrure peuplent les rochers près de la plage.

On entend souvent dire qu'il y a aussi des phoques sur place, mais je n'en ai jamais vu et il s'agit sans doute d'une erreur reproduite par des guides qui se copient les uns les autres et n'ont jamais mis un pied au cap.

Les otaries ont de petites oreilles tandis que les phoques en sont dépourvus et la confusion est impossible entre ces espèces.

Il est tout à fait possible de marcher sur une otarie si l'on n'y prend pas garde.
Les otaries se fondent dans le décor, alors regardez où vous posez le pied.

En revanche, on parle aussi de « lions de mer » pour désigner les otaries à fourrure de Nouvelle-Zélande, et dans ce cas l'on traite bien de la même chose.

Les otaries de la colonie
Rencontre avec les otaries à fourrure sur les rochers. Filmé par Alexander Media

Ce qui est certain, en revanche, c'est qu'il faut faire attention où l'on pose les pieds pour ne pas marcher sur une otarie dissimulée dans les herbes ou camouflées le long des rochers.

Les parents ne sont jamais loin, alors évitez d'approcher les bébés otaries.
Les bébés otaries naissent entre les mois de novembre à janvier.

Ces créatures se fondent parfois dans le décor, mais se donnent le plus souvent en spectacle, pour le plus grand bonheur des voyageurs qui oublient souvent les règles de sécurité élémentaires.

Les otaries de Cap Palliser sont protégées par le Département de la Conservation et si l'observation est autorisée, elle doit se faire en toute discrétion.

Les otaries dorment dans les herbes haute entre les rochers.
Le téléobjectif est votre ami... n'allez pas réveiller les otaries pour une photo.

Ainsi, il convient de ne jamais barrer l'accès à la mer et de ne pas s'interposer entre une mère et sa progéniture, aussi attachante soit-elle.

Entre novembre et janvier (saison des naissances) l'agitation est à son comble et si les opportunités de photos ne manquent pas, les parents ne dorment que d'un oeil… n'allez pas vous mettre en danger pour un simple cliché !

Une morsure d'otarie peut s'infecter alors gardez vos distances et n'essayez jamais de les caresser.
Les otaries restent sauvages et leur morsure est redoutable.

Une otarie blessée peut être dangereuse et si vous êtes rappelé à l'ordre par un grognement menaçant, c'est que vous étiez sans doute déjà trop près.

Les otaries qui s'affrontent s'infligent de cruelles blessures. Signalez les mammifères marins mals en point au Département de la Conservation (DOC) par téléphone (06 377 0700).

Après ce spectacle touchant, il sera temps d'entamer le trajet du retour avec une escale prévue aux Putangirua Pinnacles sur les traces de J.R.R Tolkien.

VisiteCape Palliser Seal Colony
Adresse3594 Cape Palliser Road, Cape Palliser
TarifGratuit
Location de voiture en Nouvelle-Zélande Location de voiture Nouvelle-Zélande Louez une voiture
À partir de 29 € par jour seulement. À partir de 29 € TTC
VOIR LES TARIFS RÉSERVER VOIR

Putangirua Pinnacles et le Seigneur des anneaux

Les cheminées sont sculptées par l'érosion depuis 100.000 ans.
Les Putangirua Pinnacles sont une curiosité géologique incontournable.

Dans le troisième volet du Seigneur des Anneaux, Aragorn recrute une armée de fantômes en suivant le chemin des morts (Path of the deads). Une scène filmée aux Putangirua Pinnacles, l'une des merveilles géologiques de l'île du Nord de Nouvelle-Zélande.

La découverte d'un lieu de tournage s'accompagne souvent d'une petite déception, mais ce n'est pas le cas ici, car Peter Jackson a réalisé la séquence sans recourir aux effets spéciaux et l'immersion du visiteur est totale.

Extrait du Retour du Roi de Peter Jackson
La scène du Retour du Roi tournée aux Putangirua Pinnacles. Réalisé par Peter Jackson

La randonnée de Pinnacles Track

La randonnée que je vous propose de suivre permet d'explorer les Pinnacles pour rejoindre un point d'observation dans les collines avant de redescendre le long d'une crête à travers la forêt jusqu'au parking. 

Le parking possède également des toilettes.
Venez vous garer au camping du Département de la Conservation.

Le Département de la Conservation annonce 3 h de marche, mais 2 h 30 me semble être une estimation plus réaliste pour des marcheurs motivés.

Le parking fait partit d'un camping du Département de la Conservation, alors profitez des installations pour vous changer où aller aux toilettes.

Le parcours effectue une boucle que l'on peut naturellement suivre dans un sens ou dans l'autre, mais je vous conseille d'attaquer directement par les Pinnacles.

La randonnée ne présente pas de difficulté majeure, mais le sol constitué de galets et de rochers impose une certaine prudence.
Le début de la randonnée remonte le lit d'une rivière presque asséchée.

La marche commence au sein de « Stream Bed » une vaste rivière presque asséchée ou coule encore un petit torrent.

Le sentier disparaît par endroit, mais l'on retrouve aisément sa trace grâce à des piquets orange. Il suffit de toute manière d'aller tout droit puisque l'on remonte la vallée en longeant le lit de la rivière.

Il suffit d'une vingtaine de minutes pour rejoindre les Pinnacles.
Prenez l'embranchement de droite et vous apercevrez bientôt les Pinnacles.

Une dizaine de minutes suffisent pour rejoindre la fourche qui laisse le choix entre les collines sur la gauche et les Pinnacles sur la droite. Prenez donc à droite pour rejoindre l'attraction principale.

Les Pinnacles et leur origine

Les Pinnacles sont en vue au bout de quelques minutes de marche sur un lit de rivière constitué de graviers et de galets arrachés aux falaises.

La pente se fait de plus en plus raide au fur et à mesure que l'on grimpe et l'on reconnaît rapidement le décor du Seigneur des anneaux.

Vous pouvez vous aventurer dans les Pinnacles, mais méfiez-vous des chutes de pierre.
Certaines parties peuvent être explorées, mais finissent en cul-de-sac.

Vous pourrez sans peine vous prendre pour Aragorn, Gimli ou Legolas (selon votre taille) mais sachez toutefois que la porte qui mène aux fantômes du film n'existe pas, la séquence ayant été finalisée en studio.

Une atmosphère fantastique comme au Tongariro Crossing qui a servi de décor pour le Mordor avec la Montagne du Destin.

Survol des Putangirua Pinnacles
Les Putangirua Pinnacles au coucher du soleil. Un clip de JDHPHD

Si l'on laisse de côté la partie fiction pour s'intéresser aux origines géologiques, les Putangirua Pinnacles sont un parfait exemple de « badlands ». 

Toute la région était jadis sous la surface de la mer.
L'érosion dévore la roche au rythme d'un centimètre chaque année.

Les cheminées dont la forme étrange est associée à d'innombrables légendes se sont formées lorsque la région a alterné les passages à l'air libre et sous la mer au gré des mouvements des plaques tectoniques.

Les sédiments déposés sur la roche ont été sculptés par le vent au rythme d'un centimètre par ans depuis plus de cent millénaires !

L'exploration des Pinnacles

Vous pouvez avancer assez loin dans la vallée et certains passages de traverse peuvent même être explorés sur quelques mètres. Je vous déconseille toutefois de pousser l'exploration trop loin, et je suis bien placé pour en parler.

Évitez tout contact avec la roche qui peut blesser facilement tant elle est rugueuse.
Les cheminées sont constituées d'un agglomérat de sédiments et de galets.

J'ai déjà tenté de grimper la pente entre les Pinnacles et si j'ai réussi à atteindre le sommet recouvert d'arbustes à épine, celui-ci ne présentait pas d'intérêt si ce n'est de permettre d'apercevoir la mer au loin.

Ce décor naturel apparaît au cinéma dans une scène du Retour du roi, le troisième volet du Seigneur des anneaux.
On reconnaît parfaitement le chemin des morts du Seigneur des anneaux.

La descente fut particulièrement ardue et dangereuse, car la roche érodée blesse facilement ou déchire les vêtements.

Le moindre faux pas laisse présager la fin des vacances en Nouvelle-Zélande et si la pluie se met à tomber en prime, le sol recouvert de roche et de galets devient glissant et il faut avancer avec la peur au ventre.

Exploration des Pinnacles avec un drone
Découvrez les Putangirua Pinnacles vues du ciel. Une vidéo de Morgan Whitfield

Randonnée au point de vue (Pinnacles lookout)

Revenez sur vos pas jusqu'au début des Pinnacles où se trouve un embranchement que vous avez sans doute manqué, absorbé que vous étiez par le paysage. Il s'agit du sentier qui part en forêt et grimpe sans discontinuer jusqu'à un belvédère.

L'ascension dans les collines est assez fatigante, mais elle offre une vue dégagée sur la vallée.
Poursuivez la randonnée pour rejoindre un point de vue sur les Pinnacles.

Du haut de la colline, la vue est parfaitement dégagée sur les Pinnacles. On réalise aussitôt que la vallée forme une cuvette dont les falaises sont infranchissables sauf à l'endroit dont j'ai réalisé l'ascension.

Je tiens d'ailleurs à signaler que ce fut l'une de mes décisions les plus stupides en Nouvelle-Zélande, alors ne suivez pas mon exemple.

Les manukas qui donnent un miel thérapeutique excellent poussent par centaines à flanc de colline.
La randonnée s'achève en longeant Ridge Track jusqu'au parking.

Ce point de vue que l'on appelle « Pinnacles lookout » mérite bien quelques efforts même si les moins entraînés d'entrevous seront essoufflés à l'arrivée.

Le retour au parking s'effectue par Ridge Track qui offre de beaux panoramas sur l'autre versant où poussent des manukas.

VisitePutangirua Pinnacles
AdresseAorangi Forest Park, Wairarapa
TarifGratuit
Durée2h30 - 4h selon niveau
Louer un Camping-car en Nouvelle-Zélande Location camping-car Nouvelle-Zélande Camping-car
À partir de 39 € par jour seulement. À partir de 39 € TTC
VOIR LES TARIFS RÉSERVER VOIR

Notre avis sur la région

Si le Cap est de plus en plus fréquenté, il demeure toutefois désert en basse saison.
La renommée du Cap Palliser grandie d'année en année.

Le Cap Palliser est un coup de coeur Kiwipal, ne serait-ce que pour sa colonie d'otarie. Sa popularité se renforce d'année en année, et ce qui était un lieu méconnu des touristes commence à attirer les autocars en provenance de Wellington.

Mais il ne faut pas exagérer, et si l'affluence augmente au coeur de la haute saison, il n'y a absolument personne sur place d'avril à novembre.

Si vous recherchez cette sensation très particulière de bout du monde, le Cap Palliser est incontournable, encore plus par mauvais temps avec un ciel menaçant.

Les photos, si belles soient-elles, n'arrivent pas à reproduire la beauté du Cap.
En basse saison, le cap est pratiquement désert.

Vous l'aurez peut-être remarqué, mais les itinéraires de Kiwipal ne mènent pas au Cap Palliser alors même que je viens d'encenser cette étape qui figure dans notre best of de la Nouvelle-Zélande...

Le manque d'hébergement est la première raison invoquée, car si l'on excepte un camping et quelques B&B, le Cap Palliser a des capacités d'accueil quasi nulles.

Située exactement à mi-parcours depuis Wellington, la petite ville de Martinborough est célèbre pour ses vignobles.
Martinborough est une escale idéale pour passer la nuit dans la région.

Dès lors, comment proposer un itinéraire avec une étape qui implique des heures de route, mais n'offre pas d'hébergement sur place ?

Cela ne doit pas vous dissuader de visiter cette merveille, car l'excursion à la journée depuis Wellington est possible, même s'il est préférable de prévoir une nuit à Martinborough pour éviter de s'imposer cinq heures de route.

Se loger au Cap n'est pas impossible à condition de réserver bien à l'avance ou en basse saison.
Il existe toutefois quelques hébergements au cap pour admirer le crépuscule.

Il faut avoir le temps pour organiser cette sortie, mais, quelle que soit votre décision, il est crucial de partir avec le plein d'essence, car vous ne trouverez pas de station essence dans la baie !

Un timelapse des étoiles réalisé au pied du phare
Admirez la voie lactée depuis le phare du cap. Une vidéo d'Auckland War Memorial Museum

L'accès en camping-car ne pose aucun problème, mais il faut redoubler de vigilance sur les routes de gravier et se garer exclusivement sur les parkings. Pour la nuit, utilisez le camping des Putangirua Pinnacles dont le prix est raisonnable. 

Si la route s'arrête un peu après le phare, il existe une randonnée qui mène à une cascade.
Il existe quelques randonnées au-delà du Cap... mais chut, c'est un secret !

Et n'oubliez pas de compter les marches qui mènent au phare, car le débat fait rage au sein de la rédaction de Kiwipal et je compte sur vous pour mettre un terme à cette querelle entre guides de voyages !

Infos pratiques

Questions fréquentes

Guillaume, Guide Kiwipal

Demandez à Guillaume de vous aider ! Besoin d'aide ? Je suis un guide certifié par l'office de tourisme et je vous réponds avec plaisir tous les jours de la semaine. Guide certifié par l'office de tourisme, je réponds avec plaisir tous les jours de la semaine. Je réponds avec plaisir à vos questions.

Poser une question à Guillaume Poser une question

Hébergement et restauration

Peut-on camper au Cap Palliser ?

Oui, le Waimeha Camping Village qui a ouvert dernièrement est assez confortable (avec des douches chaudes), mais il est payant. Vous pouvez aussi camper dans le Putangirua Campsite du Département de la Conservation qui est payant mais moins cher (comptez 8 $ par adulte, 4 $ par enfant) et plus spartiate avec des douches froides.

Est-ce qu'il y a des hôtels sur place ?

Il existe quelques Bed & Breakfast sur la côte et le Waimeha Camping Village situé avant Ngawi propose des bungalows. La distance raisonnable avec Martinborough limite l'intérêt de se loger sur place, car il vaut souvent mieux s'imposer une heure de route pour retrouver une ville avec tous les commerces indispensables.

Y a-t-il des restaurants sur place ?

Le Food Truck de Captains Table est à ma connaissance le seul commerce où vous pourrez vous procurer de la nourriture, mais il n'est ouvert que du vendredi au dimanche !

Le Phare

Quels sont les horaires d'ouverture du phare ?

Le phare en lui-même n'est jamais ouvert au public, mais la plateforme qui l'entoure et que l'on rejoint par l'escalier demeure ouverte 24h/24 et son accès est gratuit.

Y a-t-il des toilettes sur place ?

Oui, des toilettes sont accessibles sur place.

Combien y a-t-il de marches pour grimper au phare ?

J'ai compté 253 marches lors de ma dernière visite ! Le chiffre de 250 que l'on peut lire dans certains guides est certainement faux, mais il est possible que 252 soit le chiffre exact, car il est souvent mentionné et même inscrit au pied du phare. À vous de vérifier et de nous dire au retour !

Peut-on faire l'ascension si l'on a le vertige ?

Tout dépend de l'intensité de votre vertige ! Si vous êtes très mal à l'aise en montant sur une simple échelle, vous pouvez faire une croix sur l'accès au phare. En revanche, si vous souffrez d'un vertige modéré, vous devriez pouvoir y arriver s'il n'y a pas grand monde, car il n'est pas aisé de se croiser. De toute manière, vous pourrez faire demi-tour si votre vertige est trop prononcé.

Les otaries

Où se trouvent les otaries ?

Les otaries se trouvent un peu partout sur la côte, mais sont essentiellement concentrées dans les grands rochers non loin du phare, à mi-chemin de Mangatoetoe.

Y a-t-il des otaries toute l'année ?

Oui, il s'agit bien d'une colonie présente tous les jours de l'année au Cap Palliser.

Peut-on caresser les otaries ?

Non, car les risques de morsure sont bien réels et les otaries sont des animaux sauvages qui perçoivent toute tentative de contact comme une forme d'agression. La salive des otaries contient une bactérie dangereuse pour l'homme, et qui se soigne souvent par une amputation... vous voilà prévenu !

Météo

Quelle est la meilleure saison pour venir ?

Visiter le Cap au début du printemps permet de profiter d'un paysage verdoyant avec des airs d'Irlande. Le reste de l'année, le Cap affiche sa teinte jaune pâle qui n'est pas moins spectaculaire. Vous pouvez venir toute l'année, mais il faut s'attendre à avoir très chaud au coeur de l'été.

Faut-il annuler la visite s'il pleut ?

Non, car le Cap est presque plus impressionnant quand il pleut et lorsque la mer est déchaînée. C'est alors une expérience très marquante, presque effrayante qui laisse des souvenirs impérissables. En revanche, il vaut mieux éviter les Putangirua Pinnacles par mauvais temps, car la randonnée serait potentiellement dangereuse dans les collines. Comme d'habitude, la pluie n'est pas vraiment un obstacle en Nouvelle-Zélande, et c'est surtout le brouillard qu'il faut craindre.

Putangirua Pinnacles

Peut-on camper au Putangirua Pinnacles ?

Oui, car le Département de la Conservation propose un terrain de camping à proximité et qui coïncide d'ailleurs le début de la randonnée.

L'accès est-il payant ?

La visite des Putangirua Pinnacles est intégralement gratuite.

Y a-t-il des risques de chute de pierre ?

Oui, le risque est bien réel et c'est pourquoi il faut éviter de rester contre les parois des Pinnacles. En se tenant au milieu du sentier, le danger est minime, mais il faut surveiller où l'on marche pour ne pas glisser.

Peut-on escalader les Pinnacles ?

Non, car la roche qui mélange gravier et sédiments est très friable et peut se détacher. Non seulement vous risquez de vous blesser sérieusement, mais vous pourriez abîmer une merveille naturelle qui s'est formée durant des millions d'années !

Trajet pour aller au Cap Palliser

Peut-on faire l'aller-retour depuis Wellington ?

Dans la pratique, c'est tout à fait possible, mais ce n'est pas idéal, car cela vous oblige à faire cinq heures de route sur la journée en accumulant de la fatigue. Il vaut sans doute mieux passer la nuit à Martinborough, quitte à se montrer matinal le lendemain pour rentrer à Wellington.

Peut-on venir en camping-car ?

Oui, cela ne pose pas de problème à condition de toujours se garer dans les parkings et en se montrant prudent sur la route de gravier qui achève le parcours jusqu'au phare.

À quoi servent les tracteurs sur la plage ?

Tracteurs et bulldozers sont utilisés pour descendre et remonter les chalutiers et les bateaux de plaisance en raison de l'absence de port ou de jetée dans le cap.

La route au cap est-elle dangereuse ?

La route goudronnée est sans danger, mais les chutes de pierre sont toujours possibles. Le principal risque consiste à devoir éviter un rocher tombé sur la voie. Ce qui implique d'être vigilant et de porter son regard sur la route et non sur le paysage alentour. N'hésitez pas à vous arrêter quand l'occasion se présente plutôt que d'essayer de faire plusieurs activités en même temps.