French Pass | Quelles visites et activités
284 AVIS
4.79 / 5 | 284 vote(s) Merci !

French Pass, dans les collines du Marlborough.

Guide de la visite

Guillaume Le Nistour, certifié expert par l'office de tourisme
Par Guillaume Poser une question Contact Expert Nouvelle-Zélande

Un aventure au départ d'Havelock

Une vie entière ne suffirait pas pour explorer la région.
French Pass se trouve au coeur des Marlborough Sounds.

Comme souvent en Nouvelle-Zélande, le spectacle est sur la route avec des paysages de rêve qui se renouvellent à l'infini. French Pass ne fait pas exception à la règle, avec un parcours magnifique au coeur des Marlborough Sounds.

Le circuit en voiture débute à Pelorus Bridge, un lieu de tournage de la trilogie du Hobbit de Peter Jackson, avant de grimper dans les collines pour atteindre des points de vue spectaculaires sur la mer de Tasman.

Le reste de la journée enchaîne les escales pour suivre de courtes, mais belles randonnées qui mènent à des plages de rêve pratiquement inconnues des touristes.

Les Marlborough Sounds regorgent de maisons de vacances en bord de mer.
Une vie qui passe au ralenti dans les collines en bord de mer.

Une route qui s'achève au village de French Pass, un petit paradis perdu précédé par le redoutable détroit du même nom qui sépare D’Urville Island et la pointe nord de l'Île du Sud.

Ici, la population se déplace essentiellement en bateau et vit de l'élevage des moutons qui se promènent en liberté à flanc de colline.

En définitive, il faudra compter quatre heures de trajet aller-retour pour sortir des sentiers battus et découvrir une région exceptionnelle, bien éloignée de l'agitation des ports de Nelson ou Picton.

Havelock compte à peine 500 habitants qui travaillent essentiellement dans les fermes d'élevage des moules vertes géantes qui sont la spécialité de la région.
Le village d'Havelock peut servir de camp de base pour explorer la région.

Vous devrez vous aventurer sur une route de gravier, mais serez récompensé au centuple pour vos efforts, à condition de vous lever suffisamment tôt pour avoir le temps de tout faire !

La solution idéale consiste à loger la veille à Havelock, un village dotée d'une marina ouverte sur le Pelorus Sound et spécialisée dans l'élevage de moules géantes que l'on déguste à toutes les sauces au Mussel Pot, un kitchissime mais excellent restaurant sur la rue principale.

RestaurantMussel Pot
Adresse73 Main Road, Havelock
Téléphone+64 3-574 2824
RéservationsSite officiel
Vous pourrez déguster les meilleures Green mussels de Nouvelle-Zélande au restaurant Mussel Pot.
Les moules vertes géantes sont la spécialité d'Havelock.

Vous serez alors reposé et en forme pour attaquer une grande journée d'exploration jusqu'à French Pass, après avoir fait le plein d'essence bien entendu, pour éviter la panne au milieu de nulle part.

Pelorus Bridge dans la trilogie du Hobbit

La séquence de l'évasion des nains a été réalisée près de Pelorus Bridge.
La rivière Pelorus est un lieu de tournage de la trilogie du Hobbit.

Première escale au Pelorus Bridge à une vingtaine de kilomètres d'Havelock où se trouve le célèbre lieu de tournage de la trilogie du Hobbit où fut filmée la scène de l'évasion des nains en tonneaux dans la « Désolation de Smaug ».

Pour attaquer la visite dans les meilleures conditions, je suggère d'aller se garer au Pelorus Bridge (Kahikatea Flat) Campground où se trouve un café qui ouvre dès 8h du matin pour servir les petits déjeuners aux vacanciers et backpackers.

Ce sera surtout l'occasion d'acheter des sandwichs si vous n'avez pas visité le supermarché Foursquare d'Havelock la veille.

CaféPlorus Bridge Cafe
Adresse5949 State Highway 6 RD2 Rai Valley
Horaires en semaineDe 08:00 à 16:00
Horaire du weekendDe 08:00 à 16:00
Le Pelorus Cafe ouvre à 8h du matin, alors profitez-en pour acheter le pique-nique du midi.
Le Pelorus Cafe vend des sandwichs, des quiches et des muffins.

Il existe un vaste réseau de randonnées au départ du camping et la carte du Département de la Conservation est des plus déroutantes.

Certains d'entre vous chercheront le pont suspendu mentionné dans certains guides de voyage, mais il se rencontre sur « Circle Walk », une randonnée de 45 minutes qui franchit la rivière Rai, au demeurant très belle, mais qui n'est pas celle où fut tourné le film de Peter Jackson.

La randonnée avec le pont suspendu ne fait pas partie des lieux de tournage du Hobbit.
De nombreuses randonnées partent du camping de Pelorus Bridge.

Pour vous simplifier la vie, je vais vous présenter les deux meilleurs points de vue sur la rivière Pelorus, libre à vous de tous les visiter où de vous contenter d'un seul, selon votre degré de passion pour le monde de Tolkien.

Visite depuis Pelorus Bridge

Pour rejoindre ce premier point de vue, il suffit de se rendre directement au pont construit en 1885 qui enjambe la Pelorus River à quelques pas du camping.

Vous pouvez vous contenter d'admirer le lieu de tournage du Hobbit depuis le pont qui enjambe la rivière Pelorus.
Le Pelorus Bridge possède une partie réservée aux piétons.

Il faut pour cela traverser la route en prenant garde à ne pas se faire renverser ! Un passage pour piéton a été aménagé sur le pont, et de là vous reconnaîtrez sans peine le décor naturel admiré au cinéma.

Survol Pelorus Bridge
La rivière Pelorus filmée depuis le ciel avec un drone. Un film d'Orange Media NZ

Le lieu est populaire, et il n'est pas rare d'assister à des plongeons dans la rivière du haut du pont, malgré la présence d'un panneau d'avertissement décourageant fermement cette pratique.

Au coeur de l'été, l'eau turquoise agit comme un aimant, mais inutile de risquer l'accident grave pour en profiter (quelques inconscients se sont tués en plongeant du pont par le passé.)

Vous pouvez descendre sur les rochers pout vous approcher de la rivière.
Le lieu de tournage du Hobbit est aisément reconnaissable.

Un sentier permet de rejoindre les rochers qui bordent la rivière et si l'on peut aisément mettre les pieds dans l'eau, celle-ci est si fraîche que seuls les plus téméraires auront finalement le courage de s'y baigner entièrement.

Les sandflies sont souvent de la partie, alors n’oubliez pas de mettre du répulsif avant d'attaquer la visite.

Visite depuis Totara Walk

Le second point de vue se trouve au terme d'une courte marche sur le sentier de Totara Walk qui débute avant le pont et traverse une forêt d'arbres à fougère ou résonne le chant des tui, fantails et autres kererus qui nichent dans la canopée.

Le sentier en forêt longe la rivière pour rejoindre un second camping.
La courte randonnée de Totara Walk vous mène à un autre point de vue.

L'immersion dans la nature est bien meilleure, car l'on se trouve hors de portée du bruit de la route. En revanche la rivière comporte moins de rochers qu'au niveau du pont et l'on peine à reconnaître le décor du film.

Making-of de la Désolation de Smaug
Les secrets de tournage de la scène de l'évasion en tonneaux. Un reportage de Peter Jackson

Le cadre n'en est pas moins idyllique et l'on peine à imagine que c'est ici que les tribus maories Ngati Kuia et Ngati Apa se sont entretuées en laissant la région pratiquement déserte à l'arrivée des colons occidentaux.

Si vous poursuivez la marche, vous finirez par rejoindre un autre terrain de camping.
Le second point de vue est magnifique, mais moins en rapport avec le film.

En définitive, ce sera une escale rapide dans un lieu d’autant plus fréquenté qu’il est facile d'accès et popularisé par le décor du Hobbit. Pelorus Bridge est néanmoins désert aux premières heures de la journée comme en basse saison.

Une autre rivière à Arrowtown à servi de lieu de tournage mais pour le premiet volet du Seigneur des anneaux.
L'évasion en tonneau dans la trilogie du Hobbit
La scène du second volet du Hobbit tournée à Pelorus Bridge. Un film de Peter Jackson

Je vous avais promis un voyage hors de sentiers battus, alors il est tant d'entrer dans le vif du sujet en attaquant les 70 km qui nous séparent de French Pass !

Cap sur Okiwi Bay

Toute cette région n'a pas été déboisée et sa végétation est plus importante qu'ailleurs dans le Marlborough.
La route pour French Pass débute dans la Rai Valley.

Le Marlborough nous avait habitués à des collines brûlées par le soleil comme à Blenheim, mais la Rai Valley qui reçoit plus de précipitation offre un panorama d'un vert éclatant avec des sommets en forme de cône et recouverts de forêts.

Vous allez laisser la State Highway 6 qui file vers Nelson pour traverser la vallée en direction des collines. Et même si la route semble en bon état, elle comporte quelques nids de poule disséminés aléatoirement et susceptibles d'endommager sérieusement votre bas de caisse si vous roulez trop vite !

La plupart des voyageurs poursuivent leur route vers Abel Tasman ou Picton sans connaître l'existence de French Pass.
La route dans les collines débute et la circulation se fait déjà moins dense.

Il n'y a déjà pratiquement plus personne sur la route, et l'ascension dans les collines s'amorce avec son lot de zigzags durant un petit quart d'heure avant de rejoindre la seconde randonnée de la journée.

Exploration de Goat Hill Track

La route qui monte offre peu d'occasions de s'arrêter, encore moins de faire demi-tour, alors guettez bien le panneau du Département de la Conservation qui précède le tout petit parking de Goat Hill Track.

Le sentier en forêt ne présente pas de difficulté et vous serez revenu au parking dans une demi-heure.
Goat Hill Track vous mène à un premier point de vue sur la mer.

Point de chèvres (goat en anglais) ici, mais un sentier étroit dans une forêt de rātās dont il faut souvent esquiver les branches.

Un quart d'heure de marche plus tard et vous voilà devant le premier panorama en altitude qui s'ouvre sur la mer. Un banc permet d'admirer tranquillement le paysage et le sentier semble continuer...

Un banc permet de s'asseoir pour admirer le panorama sur les collines et la mer.
Un simple aperçu de la beauté des Marlborough Sounds.

Toutefois, je ne vous encourage pas à poursuivre le sentier au-delà du point de vue, car nous sommes en réalité au terme d'une randonnée qui part d'Okiwi Bay, notre prochaine escale. 

Le panorama que vous avez sous les yeux récompense en réalité les marcheurs qui ont souffert durant une heure pour gravir les 395 mètres de la colline (vous avez quelque peu triché sans le savoir).

Découverte d'Okiwi Bay

De retour au parking, il suffit de suivre la route qui descend la colline durant dix minutes jusqu'à Okiwi Bay et son ancien comptoir de baleiniers qui vit l'arrivée des premiers colons au 18e siècle.

Le kayak et la pêche sont des activités populaires à Okiwi Bay.
L'ancien comptoir des baleiniers est devenu un petit village de vacances.

Le petit village accueille désormais les vacanciers de Wellington qui possèdent une résidence secondaire et viennent pour la pêche et la plongée dans une mer ou l'on côtoie parfois des orques.

Survol d'Okiwi Bay
Le panorama d'Okiwi Bay et des collines de French Pass. Réalisé par The Property Pilots

C'est l'occasion de se dégourdir les jambes quelques instants sur le rivage avant d'entamer la partie la plus exaltante du trajet vers French Pass !

La route paradisiaque vers French Pass

À partir de Squally Cove, le paysage sera une suite ininterrompue de paysages magnifiques.
Le sommet de la colline révèle le panorama sur Squally Cove.

La route repart en zigzag dans les collines recouvertes de forêts, et le premier point de vue spectaculaire sur Squally Cove apparaît après un bon quart d'heure. À compter de cet instant, vous allez changer d'univers et je n'aurais plus vraiment besoin de vous donner des consignes pour faire halte. 

La vue est totalement dégagée sur des collines qui furent déboisées jadis pour créer des pâturages. Désormais, la route ne sera plus qu'une succession ininterrompue de paysages grandioses.

La plus belle vue de la journée

Avancez tranquillement jusqu'au parking du « Memorial Picnic Ground » et grimpez la pente à pied jusqu'au monument qui rend hommage aux ouvriers qui ont tracé la route en 1956, l'une des plus belles de Nouvelle-Zélande.

Le relief du pays complique considérablement le tracé des routes, et certaines d’entre elles notamment au Milford Sound ou au Doubtful Sound ont exigé des décennies de travaux.
Il suffit de gravir la colline du Memorial pour profiter d'un point de vue à 360° sur les Marlborough Sounds.
Le paysage de French Pass possède une beauté surnaturelle.

De là, vous profitez d'un panorama sur pratiquement 360° avec la mer de Tasman d'un côté et les criques des Marlborough Sounds de l'autre.

French Pass filmé avec un drone
Découvrez les plus beaux paysages de French Pass. Un film de ACheekyBitofMarty

Aucune photo ne peut rendre justice à la beauté de ce paysage, encore moins reproduire l'impression d'immensité qui s'en dégage et qui marque à vie.

Regardez tout de même où vous mettez les pieds pour ne pas trébucher sur la tombe de Len (un habitant de la région) ni marcher dans une bouse de vache.

Le trajet à flanc de collines

Le reste du trajet en voiture se déroule à flanc de colline et le goudron cède la place au gravier sans que des barrières s'interposent entre votre véhicule et le vide.

Réduisez votre vitesse et gardez les yeux sur la route !
La route de gravier longe les collines en direction du village de French Pass.

Autant dire qu'il faut concentrer toute son attention sur la conduite et réduire sa vitesse pour ne pas déraper ni prendre le risque de percuter un mouton qui se promène tranquillement sur la voie.

Soyez particulièrement vigilant lorsque vous abordez les virages dénués de visibilité, car vous n'avez pas le droit à l'erreur !

Il n'est pas toujours possible de se garer sur le bas-côté de la route, alors ne laissez pas passer votre chance.
Prenez le temps de vous arrêter pour admirer les paysages.

Pour admirer le paysage sans se mettre en danger, il vaut mieux prendre le temps de se garer, alors ne laissez pas passer les occasions de s'arrêter ou gardez-les en tête pour en profiter lors du trajet retour.

Backpacker à French Pass
Un reportage complet sur la route de French Pass. Un reportage de Travel New Zealand

Il serait tentant de gravir les collines, mais il s'agit souvent de pâturages privés. Il est toutefois possible de longer des barbelés ou d'emprunter à pied des routes secondaires pour rejoindre des points de vue spectaculaires.

Ne vous trompez pas d'itinéraire !

La route conduit ensuite à une fourche qui mène à Cissy Bay, Port Ligar et Bulwer d'un côté et French Pass de l'autre. 

Cet article étant consacré à French Pass, le choix semble évident, mais les autres destinations sont tout aussi belles et elles s'offrent aussi à vous si vous disposez de suffisamment de temps libre.

Port Ligar et Bulwer méritent également une visite, mais il faut disposer d'une journée entière dans la région.
Suivez la route en direction de French Pass pour rejoindre le village.

Les cinq derniers kilomètres avant le détroit de French Pass se déroulent sur une voie privée occasionnellement fermée par une barrière.

Ne vous laissez pas intimider, car il s'agit avant tout de ne pas laisser filer le bétail et le passage est autorisé si vous refermez bien derrière-vous.

Arrivée au redoutable détroit

La randonnée rejoint un point de vue puis une plage de rêve.
Une courte randonnée permet de rejoindre le détroit de French Pass.

À partir d'un petit parking indiqué par un panneau du Département de la Conservation, dix minutes suffisent pour rejoindre un point de vue sur le célèbre détroit de French Pass.

Les vagues forment des remous étranges et si le cadre est magnifique, on distingue des tourbillons et l'on commence à deviner pourquoi les marins redoutent la navigation dans ces eaux agitées.

Une fourche permet de rejoindre un point de vue ou la plage de Man-o-War.
Le sentier en forêt descend le flanc de la colline pour rejoindre la mer.

L'intégralité de French Pass Lookout Track se déroule en descente dans une forêt à flanc de colline qu'il faudra naturellement remonter par la suite !

Même si la marche est courte, vous seriez bien inspiré de ne pas partir les mains dans les poches, d'autant que la visite sera certainement plus longue que prévu...

French Pass Passage et ses tourbillons

Si vous avez lu notre guide sur Castlepoint, vous savez déjà qu'une légende maorie évoque la rencontre entre le navigateur Kupe et une pieuvre géante. L'affrontement fut si violent qu'il modifia le relief et donna naissance aux Marlborough Sounds.

Vous pouvez déjà deviner la puissance du courant au large.
Le point de vue sur le détroit de French Pass.

Épuisé, mais victorieux, Kupe envoya son fidèle cormoran Te Kawau-a-Toru pour explorer les environs à la recherche de nourriture, mais l'oiseau se brisa une aile et se noya emporté par les flots.

L'eau file à 8 noeuds, ce qui correspond environ à 16 fois la vitesse de pointe d'un nageur olympique !

Autrement dit, le danger du détroit était déjà connu des Maoris et l'on y trouve les courants marins les plus rapides de Nouvelle-Zélande, capable d'assommer les poissons qui s'y risquent !

De nos jours, la traversée de French Pass en bateau demeure encore délicate.
On aperçoit les tourbillons près des balises destinées aux navires.

De nombreux récifs et des hauts fonds sont parsemés de puits où les différences de marées d'un bord à l'autre du détroit engendrent de véritables tourbillons.

Trois apprentis plongeurs ont trouvés la mort ici en 2001 et l'ordinateur de plongée retrouvé sur l'un des corps révéla qu'il avait été aspiré à 90 mètres de profondeur, une hauteur équivalente à un immeuble de 25 étages !

Traversée du détroit en bateau
Franchissez les tourbillons du détroit à bord d'un navire. Une vidéo de Terrabad

Si la navigation à moteur réduit les risques, la traversée de French Pass n'est pas une partie de plaisir et impose de connaître la manoeuvre par coeur pour s'en tirer indemne.

Après tout ce temps passé sur la route au soleil, ce n'est pas l'endroit rêvé pour une baignade, mais ne vous découragez pas, car la plage de Man-O-War Bay est proche.

La plage de Man-O-War Bay (Paharakeke)

Du point de vue sur le détroit, il suffit d'emprunter le sentier de Beach Track pour rejoindre une plage en contrebas dont on perçoit déjà le bruit des vagues. Soyez prudent durant la descente, car la fin du parcours est relativement accidentée.

La plage de Man-o-War porte mal son nom, car elle paisible et à l'abri des courants.
La plage de Man-o-War est pratiquement inconnue des visiteurs.

La crique de Man-O-War est à l'abri du courant puissant de French Pass et son sable dont la teinte tire vers l'orange préfigure déjà les plages paradisiaques d'Abel Tasman et de Golden Bay.

Les chutes de pierre restent possibles, alors soyez vigilants.
Vous pouvez longer la plage en marchant avec prudence sur les rochers.

La baignade dans l'eau turquoise à la pureté cristalline est envisageable, mais à condition de ne pas s'éloigner de zone ou l'on a de l'eau jusqu'à la taille.

L'exploration avec prudence des rochers de la plage est une activité recommandée, car les strates de sédiments font penser aux Pancake Rocks de la West Coast.

Les couches de sédiments évoquent un peu les paysages de Punakaiki sur la West Coast.
L'oxyde de fer donne une teinte rouge à certains rochers.

Prenez le temps qu'il faut pour savourer ces instants magiques, quitte à pique-niquer sur le sable avant de remonter au parking, car il reste encore deux étapes fantastiques pour achever la visite de French Pass.

Visite de la pointe de French Pass

Une promenade rejoint un dernier point d'observation non loin du détroit de Cook.
Un belvédère permet d'admirer à la fois le village et le détroit de French Pass.

Avant de rejoindre le village de French Pass, vous trouverez un dernier parking avec un monument qui commémore la traversée du détroit par le navigateur français Jules Dumont d'Urville en 1827 à bord de son Astrobale qui faillit sombrer corps et biens.

Une promenade vous mènera ensuite à Collinet Point Lookout, un promontoire qui marque l'extrémité du Sound face à D'Urville Island (Rangitoto ki te tonga) et d'où l'on aperçoit parfois des baleines à bosse.

Collinet Point Lookout et son monument en hommage au français Jules Dumont d'Urville.
Une plaque commémore la traversée du détroit par Jules Dumont d'Urville.

Ce sera l'occasion d'admirer French Pass sous un autre angle, avec l'ouverture sur le détroit de Cook qu'empruntent les ferries en partance pour l'Île du Nord.

Rencontre avec Pelorus Jack

C'est pourtant la statue d'un dauphin à l'aspect étrange qui monopolise l'attention des rares visiteurs. Il s'agit en réalité d'un Dauphin de Risso, une espèce qui ne nous est pas familière et rarement observée dans les Marlborough Sounds.

Pelorus Jack escortait les bateaux à French Pass de 1888 à 1912.
La statue de Pelorus Jack, le dauphin qui guidait les navires dans le détroit.

Pelorus Jack escorta les navires pendant pratiquement 25 ans à partir de 1888 en les guidant dans French Pass comme s'il connaissait la nature du danger.

Le dauphin qui égayait les matelots devint si populaire dans le pays qu'une Loi fut même promulguée pour le protéger, une première dans le monde.

Le corps inanimé de Pelorus Jack fut retrouvé près de French Pass en 1912, probablement décédé de mort naturelle.

Visite du village de French Pass

Du promontoire, on aperçoit déjà le village de French Pass qui marquera bientôt la fin de notre aventure. Reprenez la route quelques minutes sur la route redevenue goudronnée pour rejoindre ce havre de paix.

Le village possède pourtant une école et une épicerie.
Le minuscule village à la pointe de French Pass.

La plage de rêve avec son totem maori et son ponton en bois qui s'avance dans Elmslie Bay achève de la plus belle des manières notre découverte de la région.

Je vous invite à avancer sur les planches pour prendre des photos et vous pourrez même vous baigner dans l'eau turquoise si le coeur vous en dit.

On pourrait rester des heures à contempler le paysage !
Un totem maori sur la plage du village de French Pass.

Des panneaux font état de la présence de requins, mais aucune attaque sur l'homme n'a jamais été enregistrée ici en 200 ans.

Il s'agit surtout de dissuader les marins qui jettent des restes de poissons par-dessus bord, ce qui pourrait finir par attirer les prédateurs dans les parages.

La plage du village de French Pass est l'une des plus paradisiaques de Nouvelle-Zélande.
Le panorama avec son ponton en bois laisse rêveur...

La visite du village est rapide et aussi incroyable que cela puisse paraître, des gens vivent ici toute l'année. On y trouve même une école et un commerce pour ces habitants qui possèdent souvent leurs navires de plaisance et circulent dans les Marlborough Sound pour aller pêcher ou chasser le cerf.

Navigation au large de French Pass
La traversée en bateau de D'Urville Island à Okiwi Bay. Réalisé par Troy Dando Fishing
Vous trouverez des toilettes publiques au camping de French Pass.

Après vous être lamenté sur votre sort, déçu de ne pouvoir rester plus longtemps dans cet endroit magique, mais coupé du monde, il sera temps de rebrousser pour poursuivre votre aventure en Nouvelle-Zélande.

Nos conseils pratiques

French Pass permet d'admirer des paysages sans suivre de longues randonnées.
French Pass est une alternative au Queen Charlotte Track de Picton.

French Pass est une alternative intéressante pour les voyageurs qui n'ont pas le temps de suivre la Queen Charlotte Track au départ de Picton (toutes proportions gardées, car un trajet en voiture ne pourra jamais vraiment rivaliser avec une grande randonnée). 

Se retrouver seul au monde dans des paysages enchanteurs est l'un des aspects les plus plaisants de cette sortie, mais ce sont surtout les nombreuses escales qui rythment la journée qui donnent satisfaction.

Vous pouvez visiter French Pass toute l'année.
Le paysage évolue au gré des saisons, mais demeure magnifique toute l'année.

Et si la teinte de l'herbe change au gré des saisons pour passer du vert éclatant du printemps au jaune clair de l'été, French Pass demeure un véritable enchantement toute l'année.

Notre avis sur la route à suivre

Vous l'aurez compris, il ne s'agit pas d'un simple détour sur la route entre Nelson ou Picton ! Pensez à faire le plein de carburant à l'étape précédente, car la station-service du village de French Pass ne propose que du diesel à prix d'or !

Soyez prudent sur la gravel road et réduisez votre allure.
La route goudronnée cède rapidement la place à une route de gravier.

Beaucoup de kilomètres à parcourir, certes, mais la découverte de panoramas nouveaux à chaque virage suffit pour entretenir la motivation.

Il n'en demeure pas moins que quatre heures de conduite peuvent épuiser, et il vaut mieux partager le volant en cédant sa place d'étape en étape.

Le bétail se déplace librement dans les collines et traverse parfois la route.
Il n'est pas rare de croiser des moutons sur la route !

Je tenais à revenir sur la conduite qui doit être d'autant plus prudente qu'elle se déroule en grande partie sur de la route de gravier.

Rouler à faible allure (25 km/h) suffira à assurer votre sécurité et vous pourrez aisément repérer les occasions de vous arrêter pour admirer le paysage.

En revanche, si vous estimez ne pas avoir suffisamment de temps pour faire le trajet sans vous presser, alors il vaut mieux renoncer à cette visite.

Peut-on passer la nuit à French Pass ?

Bien entendu, l'idéal serait de pouvoir passer la nuit dans les environs pour avoir le temps d'explorer Port Ligar ou le village de Bulwer qui regorgent de panoramas à couper le souffle sur les Marlborough Sounds.

Se loger au village de French Pass est envisageable, mais il faut s'y prendre à l'avance.
Les chanceux qui passent la nuit sur place auront droit au coucher du soleil.

Les voyageurs en camping-car n'auront pas la route facile, mais seront récompensés par la présence d'un camping aussi magnifique que spartiate à French Pass. Les voyageurs en voiture devront chercher les rares chambres disponibles sur Airbnb, mais il faudra souvent venir avec son propre linge de maison.

CampingFrench Pass Campsite
AdresseFrench Pass Village, Marlborough
InformationSite officiel

Okiwi Bay offre une alternative, avec un Holiday Park doté de nombreuses places pour camping-car (avec ou sans prises électriques) et de lodges.

CampingOkiwi Bay Holiday Park & Lodge
Adresse15A Renata Road, Okiwi Bay
InformationRéservations
La route de gravier inadapté aux autocars devrait garder French Pass à l'abri du tourisme de masse pour encore de longues années.
French Pass demeure une visite largement méconnue des voyageurs.

Quoi qu'il en soit, French Pass demeure une merveille cachée de Nouvelle-Zélande, à l'abri pour encore longtemps des autocars de touristes qui sillonnent la région des vignobles autour de Blenheim.

Cette étape méconnue mérite bien quelques efforts, récompensés au centuple par des paysages de rêve !

Infos pratiques

Questions fréquentes

Guillaume, Guide Kiwipal

Demandez à Guillaume de vous aider ! Besoin d'aide ? Je suis un guide certifié par l'office de tourisme et je vous réponds avec plaisir tous les jours de la semaine. Guide certifié par l'office de tourisme, je réponds avec plaisir tous les jours de la semaine. Je réponds avec plaisir à vos questions.

Poser une question à Guillaume Poser une question

French Pass

La route de gravier est-elle dangereuse ?

Non, à condition de conduire à une vitesse modérée et en gardant les yeux sur la route et non sur le paysage. Pour admirer le panorama, il faut prendre le temps de s'arrêter pour ne pas risquer de faire une embardée et finir dans le décor.

Est-on obligé de suivre toutes les randonnées ?

Vous êtes libre de faire halte où bon vous semble, et l'on peut apprécier la beauté de French Pass sans faire de randonnée. Il serait toutefois dommage de ne pas visiter la plage de Man-o-war Bay !

Peut-on venir en camping-car ?

Oui, à condition que le modèle ne soit pas trop large. Les minivans et les modèles pour deux adultes et un enfant n'auront aucun mal à manoeuvrer sur la route de French Pass, même s'il faudra naturellement faire preuve de prudence lorsqu'il s'agira de se garer.

Peut-on se loger à French Pass ?

On trouve quelques hébergements sur Airbnb et booking.com, mais il ne faut pas attendre la dernière minute pour réserver.

Quelles sont les randonnées incontournables ?

La courte randonnée qui mène à Man-o-war Bay est fortement recommandée, car elle mène à une plage absolument superbe.

Pourquoi le détroit s'appelle-t-il French Pass ?

Il s'agit d'un hommage au français Jules Dumont d'Urville qui fut le premier Occidental à survivre à la traversée du détroit, non sans heurter deux récifs qui auraient pu faire couler son navire en 1827.

Peut-on venir directement depuis Nelson ou Picton ?

Le trajet depuis Nelson dure environ 2h et même 2h30 depuis Picton (sans compter les pauses), ce qui est tout à jouable sur une journée, à condition que l'étape suivante soit située à une distance raisonnable. Certes, French Pass peut très bien s'intercaler entre Picton et Nelson, mais au prix de 4h30 de route sur une journée, ce qui me semble beaucoup. En camping-car, l'équation est souvent plus simple à résoudre, car il existe des campings à French Pass, Okiwi Bay ou Pelorus Bridge. C'est pourquoi nous avons suggéré de commencer la visite à Havelock, pour réduire la distance à parcourir.

Havelock

Où peut-on goûter les meilleures moules vertes ?

Difficile de manquer le Mussel Pot, un restaurant avec une décoration originale de moules vertes géantes sur sa toiture... Ce n'est pas comme si vous aviez vraiment le choix à Havelock, mais la proximité avec les élevages garantit la fraîcheur, et de l'avis général, c'est l'un des meilleurs restaurants pour déguster des moules en Nouvelle-Zélande.

Peut-on se loger à Havelock ?

Havelock offre moins de solutions d'hébergement que Picton ou transitent les voyageurs qui débarquent des ferries, mais vous devriez trouver sans peine des B&B en vous y prenant suffisamment longtemps à l'avance.

Y a-t-il un supermarché sur place ?

Impossible de manquer le supermarché Foursquare d'Havelock au 68 Main Road, mais prenez garde aux horaires d'ouverture !

Que peut-on visiter à Havelock ?

Havelock possède un petit musée sur l'histoire de la région et c'est à peu près tout, car ce petit village sert avant tout d'escale pour passer la nuit ou pour déguster des greens mussels.

Pelorus Bridge

Faut-il venir si l'on n'aime pas les films du Hobbit ?

Si vous n'avez pas vu les films ou si vous ne les appréciez pas, vous devriez malgré tout faire un saut rapide à la rivière, ne serait-ce que pour vous rafraîchir au bord de l'eau en été.

Retrouve-t-on vraiment l'atmosphère du film ?

Oui et non, dans la mesure où si l'on reconnaît la rivière et ses rochers, le film est trop retouché au niveau de l'image, contrairement au Seigneur des anneaux qui semblait plus réaliste. À dire vrai, on se demande parfois si toute la scène n'a pas été filmée en studio, et l'on s'interroge sur les raisons qui ont poussé à tourner en extérieur. Un défaut que l'on retrouve plus ou moins dans l'ensemble de la trilogie du Hobbit.

Peut-on se baigner dans la rivière Pelorus ?

Oui, mais l'eau sera très fraîche, même au coeur des mois les plus chauds de l'année, et en basse saison, il ne faut même pas y penser !